435 connectés

Game of Thrones : Review 8.02 Un Chevalier des Sept Royaumes

Date : 23 / 04 / 2019 à 14h30
Sources :

Unification


Intitulé A Knight of the Seven Kingdoms (Un Chevalier des Sept Royaumes), le second épisode de la saison épilogue de Game Of Thrones est, du point de vue du contenu, plus satisfaisant et plus révélateur, voire fondateur, que le pilote Winterfell.

Le titre de l’épisode contient déjà des donnés d’importance. Il souligne d’abord le titre de chevalier avec ses codes, ce qui permet de mettre en valeur la haute qualité des personnages qui se sont réunis à Winterfell pour respecter, avec honneur, leur serment de se battre pour la cause des " vivants ". La présence de Jaime Lannister témoigne en soi de l’idée de l’évolution notable des protagonistes. En un sens, mettre en valeur " ceux qui restent " révèle les nombreuses pertes qu’ont subies chaque famille. De plus, identifier les " présents " marque du sceau du déshonneur ceux qui brillent par leur absence, comme Cersei Lannister ou Euron Greyjoy, à l’exception notable de Yara Greyjoy.

Le titre évoque également le contexte d’une dernière " nuit " (night) avant l’arrivée des marcheurs blancs, dont les intentions, un brin décevantes car évidentes, sont ici en partie révélées.

Ce contexte de " dernière nuit avant la fin du monde " offre aux showrunners l’opportunité de livrer un épisode " paiement ", c’est-à-dire qu’ils donnent à voir des " évènements " qui ont été patiemment et longuement préparés tout au long des 7 saisons précédentes. Ainsi, quand la mort approche, les humains mettent de côté les différends d’antan pour se réconcilier, se pardonner, s’adouber et surtout s’aimer.

L’épisode offre donc des belles séquences baignées dans une atmosphère mélancolique mais néanmoins légère. Sans évoquer l’évolution notable d’Arya, la petite dernière des Stark, une mention spéciale peut être faîte pour Brienne de Torth, figure inspirée de Jeanne la Pucelle, qui est une femme d’honneur tiraillée entre un Homme réputé " sans honneur " et un homme ignorant des codes de Westeros. En passant, l’épisode renforce encore l’idée selon laquelle les femmes sont à l’honneur dans les ultimes heures de Westeros.

Considérée comme violente et sans concessions, la série Game of Thrones a su se hisser au rang d’œuvre culte car son propos résonne au plus profond de tout un chacun, pour la simple et bonne raison qu’elle traite avec intelligence et justesse " des choses que l’on fait par Amour ".

Sur ce point, ce n’est pas un hasard si ce second épisode rappelle que l’essentiel de l’intrigue de la saga ne relate que les conséquences de deux Amours interdits des couples formés par Duncan Targaryen - Jenny de Vielles-Pierres et Rhaegar Targaryen - Lyanna Stark.

Si l’idylle entre Rhaegar – Lyanna, inspirée de Paris et Hélène de Troie, est évoquée au moins à deux reprises, soit par Oberyn Martell (Saison 4), soit par Bran Stark (Saison 7), les écrits sur la romance entre le prince Duncan et lady Jenny se limitaient à un seul couplet d’une chanson, présent dans le Tome 3 de la saga de G.R.R. Martin. En ce sens, l’épisode 2 de la saison 8 livre une version complète et inédite de la chanson de Jenny, interprétée par Podrick ou le groupe Florence and The Machines.

Plus précisément, il est chanté le désespoir de Lady jenny après la mort du Prince Duncan Targaryen, à Lestival, qui a abandonné son droit au trône de fer par amour pour elle. Cette décision du prince Duncan sera lourde de conséquence puisqu’elle amènera sur le trône Aerys le Fol, père du Prince Rhaegar. Néanmoins, le choix guidé par amour de Duncan va déclencher une prophétie d’une prophète albinos, considérée comme une enfant de la forêt. Cette prophétie annonce que la réincarnation d’Azor Ahai descendra de la lignée du prince cadet Jaehaerys, grand père de Jon Snow, qui est doté d’un loup albinos.

A noter qu’il n’est pas alambiqué de tisser un lien entre Duncan Targaryen et Jon Snow au regard du titre évocateur de l’épisode qui fait référence à une série de nouvelles écrites par G.R.R MARTIN narrant les aventures, et donc le lien fort entre le Chevalier errant Duncan, illustre ancêtre de Brienne, et Aegon Targaryen.

En ce sens, la chanson de Podrick étant relié directement à la scène où Jon dévoile son identité à Daenerys, le second épisode de la saison 8 semble avoir livré deux pistes capitales sur la destinée de Jon et Daenerys : Le prince Duncan renonce à des prétentions au trône de fer par amour, néanmoins, par le passé, les choix amoureux des Targaryen n’ont pas connu de fins heureuses.

Episode qui révèle les liens inextricables du passé et du présent à Westeros, A knight of the Seven Kingdoms est aussi le moment des adieux avant que ne débute la bataille de Winterfell.

EPISODE

- Episode : 8.02
- Titre  : Un Chevalier des Sept Royaumes
- Date de première diffusion : 21/04/2019 (HBO) - 22/04/2019 (OCS)
- Réalisateur : David Nutter
- Scénariste : Bryan Cogman

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


The Society : Review de la Saison 1
See You Yesterday : La review du film Netflix
Good Sam : La review du film Netflix
The Red Line : Review 1.05-1.06 One Day We May Be More than a (...)
Doom Patrol : Review 1.13 Flex Patrol
The Batman : Pas moins de 6 méchants dans le prochain (...)
Westworld : La première bande annonce de la saison 3 montre une (...)
Crisis on Infinite Earths : Le prochain crossover de (...)
Fast & Furious 9 : Michelle Rodriguez ne quittera pas la (...)
His Dark Materials : HBO présente la guerre entre les mondes (...)
Aladdin : Table ronde musicale avec Alan Menken
Une part d’ombre : La critique
Nancy Drew / Katy Keene : Les premières bandes-annonce des toutes (...)
Madam Secretary : La saison 6 sera la dernière
Le Manoir de Paris : Le 8ème anniversaire à Clown Academy