400 connectés

Entre les roseaux : La critique

Date : 16 / 03 / 2019 à 10h00
Sources :

Unification


Entre les roseaux est un bon film parlant avec délicatesse de l’homosexualité et de l’immigration.

L’œuvre a d’ailleurs remporté les prix Meilleur Film au LesGaiCineMad, Madrid International LGBT Film Festival et Meilleur Film au Molodist International Film Festival.

Un jeune homme suivant des études littéraires en France revient en Finlande pour aider son père à rénover sa maison de campagne. Il va alors faire équipe avec un immigré d’origine syrienne qui ne va pas le laisser indifférent.

C’est cette relation qui est explorée dans le film et qui permet de découvrir deux personnalités attachantes. Elle vient se greffer sur une belle étude entre la relation compliquée entre un père et son fils, souvent basée sur des non-dits.

Les trois acteurs sont très bons. Janne Puustinen est formidable en jeune finlandais préférant habiter en France pour vivre la vie qu’il désire. Boodi Kabbani incarne parfaitement un réfugié syrien au lourd secret essayant de faire de sa terre d’accueil son nouveau pays. Et Mika Melender est impeccable en père se désespérant de voir que son fils ne lui ressemble pas.

Mikko Makela maîtrise bien son œuvre, qu’il a scénarisé, et s’appuie sur le magnifique berceau de verdure dans lequel se situe son intrigue. Car c’est dans cet écrin de nature que se tissent les liens et se délient les langues.

Son film joue beaucoup sur le visuel, le regard, la posture du corps, ou encore une simple caresse pour évoquer les relations entre chacun des protagonistes. Il présente une très belle histoire d’amour dans laquelle des jeunes gens peuvent enfin exprimer vraiment ce qu’ils sont.

Beau et touchant, Le récit se laisse regarder avec plaisir et parle de sujets forts. L’immigration et l’homosexualité y sont abordées d’une belle façon, loin des clichés et des idées reçues.

De plus, la très belle photographie de Iikka Salminen vient enjoliver une histoire qui va droit au cœur.

Entre les roseaux est une œuvre délicate et sincère qui montre que l’amour est le même quel que soit le sexe, et que les préjugés ne sont qu’obscurantisme. Avec une belle réalisation, de grands acteurs et une histoire poignante, ces quelques jours d’été passés en compagnie des personnages sont plaisants à suivre.

Subtil et authentique.

SYNOPSIS

De retour en Finlande pour les vacances d’été, Leevi aide son père à restaurer le chalet familial au bord d’un lac. Tareq, un réfugié syrien demandeur d’asile, les aide sur ce chantier. Alors que Leevi trouve refuge dans la littérature de Rimbaud, Tareq tente de se construire une identité dans un monde fait d’inégalités. Loin du regard du père, ces deux hommes que tout oppose se découvrent l’un l’autre. L’amour devient un exutoire…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 48
- Titre original : A Moment in the Reeds
- Date de sortie : 20/03/2019
- Réalisateur : Mikko Makela
- Scénariste : Mikko Makela
- Interprètes : Janne Puustinen, Boodi Kabbani, Mika Melender, Virpi Rautsiala
- Photographie : Iikka Salminen
- Montage : Mikko Makela
- Musique : Sebastián Kauderer
- Costumes : Kati Silo
- Producteur : Mikko Makela, Jarno Pimperi, James Robert Benjamin Watson pour Wild Beast Productions
- Distributeur : Outplay

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Entre les roseaux



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Anna un jour : La critique
Buñuel après l’âge d’or : La critique
Dirty God : La critique
Tolkien : La critique
Noureev : La critique
X-Men - Dark Phoenix : Simon Kinberg assume la responsabilité de (...)
Swamp Thing : Review 1.03 He Speaks
Spider-Man Far from Home : La garde robe en 3 bannières
Titans : Drew Van Acker sera Aqualad
Chernobyl : La série HBO explose tous les records
Elba vs. Block : Idris Elba cascadeur pour Quibi
Anna un jour : La critique
Paradise Lost : Bridget Regan et Josh Hartnett pour la série de (...)
Buñuel après l’âge d’or : La critique
La roue du temps : Les tomes 5 et 6 en poche chez Bragelonne