372 connectés

[Spectacle] Gustave Eiffel - en fer et contre tous : La critique

Date : 21 / 03 / 2019 à 08h30
Sources :

Unification


Gustave Eiffel : en fer et contre tous est un très bon seul en scène qui revient sur la construction d’une célèbre tour éponyme créée pour l’organisation de l’Exposition Universelle de 1989 à Paris.

Dans la pièce, on découvre l’architecte 3 mois avant la livraison de la tour, se trouvant face à une nouvelle grève de ses ouvriers qui veulent une augmentation.

Le comédien Valentin Giard est très bon et incarne parfaitement un Gustave Eiffel en proie à ses démons intérieurs avec le canal du Panama qui mine son moral et cette énième grève qui peut le ruiner si la tour n’est pas achevée pour l’ouverture de l’Exposition Universelle.

On apprend de très nombreuses choses sur la vie de l’architecte, ses créations les plus célèbres et une foule de détails et d’anecdotes concernant la création d’une tour qui était un projet révolutionnaire au 19ème siècle. Une création humaine qui est longtemps restée la plus haute jamais réalisée et qui a inspiré d’autres pays tels le Japon et sa tour de Tokyo.

La mise en scène du spectacle est sobre. L’acteur habillé en habit d’époque utilise quelques accessoires, dont des lettres pour ponctuer son discours et revenir sur des éléments qu’il assène.

On découvre un homme brillant, ayant créé, entre autre, le management et le montage en kit, les tronçons de la tour étant assemblée en amont avant d’être fixés in situ. Et un individu ayant beaucoup renforcé la sécurité des travailleurs, ce qui a entraîné une construction de 324 mètres de haut sans qu’aucun ouvrier ne soit mort lors de sa construction.

Vivant, le comédien incarne parfois plusieurs rôles pour mimer les conversations qu’il a eues avec d’autres personnes, notamment concernant la grève.

Il prend aussi régulièrement à parti le public pour lui demander leur avis sur certaines choses avant de donner la bonne réponse qui est toujours très surprenante. Car outre la découverte d’un homme d’exception, qui a énormément été critiqué pour son œuvre qui est aujourd’hui la plus célèbre, on apprend énormément de chose sur la tour devenue l’emblème de Paris.

Gustave Eiffel : en fer et contre tous est un spectacle sympathique. Un retour dans le passé, lors de la construction d’un édifice détesté lors de son érection. Avec un acteur très convainquant, une mise en scène sobre, et des informations passionnantes à entendre, cette plongée dans la psyché d’un architecte de génie est vraiment agréable.

Le très beau livre du texte de la pièce est en vente à 10 euros à la sortie du spectacle et peur être dédicacé par son auteur Alexandre Delimoges ou l’acteur qui alterne avec lui, Valentin Giard.

Plaisant et instructif.

INFORMATION

Le spectacle se joue tous les dimanches à 17h au Théâtre le Bout (6 Rue Frochot, 75009 Paris) jusqu’au 9 juin 2019.

- SITE OFFICIEL ET RÉSERVATION

SYNOPSIS

À la fin du XIXème siècle, la France entière hait Gustave Eiffel, rendu responsable du suicide de milliers de personnes. Que s’est-il passé ?

Décembre 1888. À 3 mois de l’inauguration de la Tour Eiffel, les charpentiers se mettent en grève. Comment Eiffel va-t-il gérer cette crise ?

Mais, au-delà de l’anecdote, que s’est-il passé pour que, à la fin du XIXème siècle, la France entière haïsse à ce point Gustave Eiffel, rendu responsable du suicide de milliers de personnes ?

Avec fougue et humour, le comédien incarne un Gustave Eiffel étonnant.

Découvrez Eiffel l’homme moderne, qui inventa le Management.
Découvrez Eiffel le visionnaire, qui fit entrer la France dans la démocratisation technologique comme Steve Jobs imposa la démocratisation numérique.
Découvrez Eiffel le génie, qui créa l’emblème de la France et lui redonna sa fierté de grande puissance mondiale.
Découvrez l’homme impitoyable et juste qu’était Gustave Eiffel.

« Gustave Eiffel en Fer et contre Tous » est une élucubration historique qui ravit passionnés et curieux.

Prix du Meilleur Auteur Avignon Off 2018 : Alexandre Delimoges pour Gustave Eiffel en Fer et contre Tous à la tâche d’encre.


DISTRIBUTION

  • Mise en scène : Alexandre Delimoges
  • Avec : Valentin Giard et Alexandre Delimoges
  • Texte : Alexandre Delimoges
  • Durée : 1h00
  • Public : tout public
TARIFS

  • Plein tarif : 20 euros
  • Tarif réduit et promotionnel : 12 euros
COMMUNIQUḖ DE PRESSE

A propos du spectacle :

« Gustave Eiffel. En fer et contre tous » est une biographie théâtralisée servie par un comédien seul, jouant le héros illustre dans son contexte mais avec des références de notre époque. Pour une meilleure mise en perspective, le comédien n’est pas grimé tel que le personnage célèbre était en réalité ; au contraire, le comédien peut être jeune (ou femme, par exemple) pour jouer un homme célèbre et sexagénaire !

Ce spectacle sur Gustave Eiffel marque le début d’une série de « Seuls en scène Biographiques ». Ainsi, un deuxième est en cours d’écriture sur Joséphine Baker.
Dans cette série, le principe est à chaque fois le même : une anecdote « explosive » dans la vie de notre illustre héros sert de point de départ à un monologue retraçant sa vie, son contexte historique, social et politique. L’anecdote sert ainsi de prétexte à faire revivre un pan entier de notre Histoire collective. L’unité de temps et de lieu est respectée. Tout se passe en temps réel, sans ellipse, sans flashback. L’acteur s’exprime dans le style confidence à un public qui a le droit de réponse, rendant le spectacle vivant et moderne.

Alexandre Delimoges :

Archéologue contrarié, comédien et auteur - non contrariés - depuis 1992, Alexandre Delimoges a longtemps dirigé théâtres et festivals d’arts vivants à Paris. A la scène, il fait le grand écart entre drame et comédie, cette dernière étant le domaine où il est le plus « réquisitionné », comme il dirait lui-même. Son premier metteur en scène s’appelait d’ailleurs Sylvie Joly. En tant qu’auteur, il écrit sous plusieurs noms. Martin Leloup pour les enfants : quatre de ses spectacles se jouent actuellement à Paris, dont un depuis seize ans. Et Alexandre Delimoges, son vrai nom, pour le théâtre : drame psychologique, sketch, comédie, livret musical. Dans l’esprit du spectacle sur Gustave Eiffel, il écrit actuellement sur le personnage de Joséphine Baker pour sa série de monologues théâtraux ressuscitant nos personnages illustres.

« Passionné d’histoire et amoureux des grands hommes, des révolutionnaires, des précurseurs, des « chercheurs d’absolu », de ceux qui se dépassent et élèvent l’humanité, j’admire Gustave Eiffel le téméraire. Loin d’être un mégalomane, c’était un pragmatique. Pour lui, se dépasser était raisonnable. Sa limite était celle qu’il fixait selon son propre jugement. Personne ne pouvait l’influencer. Il travaillait consciencieusement, avec acharnement, avec dureté. J’aime cette personnalité et je souhaitais écrire quelque chose à son sujet, le faire revivre, en montrant l’homme qu’il était à la ville et surtout au bureau.

Par ailleurs, l’énorme révolution qui secoua le XIXème siècle, selon moi, ne fut ni politique (Napoléon) ni sociale (postrévolution 1789), mais bien industrielle : nous y sommes encore aujourd’hui !
Cette révolution a réorganisé notre société, entre patrons et employés, et nous en parlons également durant tout le spectacle ».

GALERIE PHOTOS

Gustave Eiffel : en fer et contre tous



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


[Spectacle] Le mentaliste Pourang - Labyrinthe : La critique
[Théâtre] Louison : La critique
[Théâtre] Comment j’ai dressé un escargot sur tes seins : (...)
[Théâtre] L’exception : La critique
[Spectacle] Gustave Eiffel - en fer et contre tous : La (...)
X-Men - Dark Phoenix : Simon Kinberg assume la responsabilité de (...)
Swamp Thing : Review 1.03 He Speaks
Spider-Man Far from Home : La garde robe en 3 bannières
Titans : Drew Van Acker sera Aqualad
Chernobyl : La série HBO explose tous les records
Elba vs. Block : Idris Elba cascadeur pour Quibi
Anna un jour : La critique
Paradise Lost : Bridget Regan et Josh Hartnett pour la série de (...)
Buñuel après l’âge d’or : La critique
La roue du temps : Les tomes 5 et 6 en poche chez Bragelonne