382 connectés

Onimusha Warlords : La critique du jeu vidéo remasterisé

Date : 18 / 01 / 2019 à 07h30
Sources :

Unification France


Onimusha Warlords
Un grand classique remasterisé

Description :

"Lancé à l’origine en 2001, Onimusha : Warlords proposait un mélange d’action, d’exploration et de puzzles intégrés dans une histoire palpitante et connut un succès aussi bien critique que commercial avec plus de 2 millions d’exemplaires vendus dans le monde entier.

Aujourd’hui, l’éditeur Capcom remet le titre au goût du jour sur toutes les machines actuelles avec une version en haute-définition, une option d’écran large, la possibilité d’utiliser le stick analogique, un mode Facile pour les nouveaux venus et une nouvelle bande-son.

Onimusha : Warlords suit le périlleux périple du samouraï Samanosuke Akechi et de la kunoichi Kaede dans leur quête pour sauver la princesse Yuki d’une légion de démons ayant envahi le château d’Inabayama. Lors de leur enquête dans la région, ils démêleront un complot fomenté par les serviteurs de l’inquiétant seigneur Nobunaga.

Combats éclairs au katana, utilisation du Gant Magique et astuce seront les atouts principaux des joueurs pour venir à bout de l’aventure mémorable proposée par cette version modernisée du grand classique de Capcom."

Le gameplay :

Vraiment simple d’accès, sans combinaisons floues, le gameplay de ce beat’em’all est classique pour le genre, l’ambiance et le fun étant plus privilégié plus que la technicité.
On tourne donc, ici, autour de peu de boutons (une attaque principale, des attaques magiques élémentaires, une esquive). Bien entendu, les attaques contextuelles sont gérées, et l’on peut même effectuer des attaques one-shot très efficaces.

Voici pour l’action. En terme d’aventure, la progression se fait grâce à un gantelet divinatoire qui tire l’essence des âmes de vos adversaires vaincus. Rien de transcendant ou de vraiment original.

Il faut aussi préciser que toutes les scènes sont proposées en angles de caméra fixes aux décors pré-calculés. Si ce système ne plaira pas à tous, il permet tout de même une scénarisation cinématographique des combats du plus bel effet, par rapport à un simple rendu 3D.

Tous ces éléments feront penser au titre principal de l’éditeur Capcom : Resident Evil.
En effet, Onimusha Warlords est construit sur la même ossature et le même concept, décliné dans un monde asiatisant, avec une composante action plus marquée.

Le verdict :

Onimusha Warlords reste un classique du genre. En effet, on retrouve, dans cette reconversion HD, tout ce qui avait fait son succès il y a près de 20 ans en y ajoutant quelques éléments propres aux attentes des joueurs actuels : de meilleurs graphismes, une approche plus accessible (sauvegardes et mode Facile) en tête.

Toutefois, la remasterisation est un peu fainéante, voir laborieuse. On pouvait attendre vraiment mieux, on espérait même un peu de nouveauté peut-être.

Ne nous trompons pas, le jeu devrait plaire à ceux qui le découvriront, mais sans doute moins aux vieux joueurs qui y verront plus une simple tentative de leur soutirer un peu plus d’argent en misant sur une valeur sûre.

Fiche technique

Studio : Capcom
Genre : Beat’em’all / Hack’n’slash
Nombre de joueurs : 1
Date de sortie : 15 Janvier 2019
Plateforme : PC / PS4 / Switch / Xbox One
Version testée : PC sur Steam




Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Sunless Skies : La critique du jeu vidéo
Resident Evil 2 : La critique de la nouvelle version du jeu (...)
Battlefleet Gothic - Armada 2 : La critique du jeu vidéo
Onimusha Warlords : La critique du jeu vidéo remasterisé
Unif’ d’or 2018 : Et le Prix du meilleur Jeu Vidéo (...)
Star Trek Discovery : Review 2.05 Saints of Imperfection
Le Seigneur des Anneaux : Du temps, beaucoup de temps pour les (...)
Loki : Le plein d’infos sur la série Disney +
Pirates des Caraïbes : Le bateau prend l’eau
Destroyer : La critique
Agents of S.H.I.E.L.D. : Le début de la saison 6 avancé
NOS4A2 : De nouvelles photos de la série d’horreur (...)
The Devil All The Time : Chris Evans remplacé par une vieille (...)
Le chant du loup : La rencontre avec Antonin Baudry, François (...)
Your Name : Le remake US en prise de vue réelle a trouvé son (...)