414 connectés

Orc et Gobelins : La critique du tome 4

Date : 04 / 02 / 2019 à 10h30
Sources :

Unification France


Orcs & Gobelins
Tome #4 - Sa’ar

  • Éditeur : Soleil Prod
  • Scénariste : JARRY Nicolas
  • Dessinateur : DEPLANO Paolo, VUKIC Bojan
  • Date de sortie : 22 août 2018
  • Série : ORCS & GOBELINS
  • Collection : Heroic fantasy
  • Pages : 48
  • Taille : 23,4 x 32,3 cm
  • ISBN : 978-2-302-06215-3
  • Prix : 14,95 €

Sa’ar est un gobelin naïf au coeur un peu trop tendre... Pour faire sa place dans un monde qui lui est hostile, il devra apprendre à être aussi féroce qu’impitoyable.

Sa’ar n’est jamais sorti de sa mangrove et ne connaît rien des terres qui s’étendent au-delà l’estuaire. Jusqu’au jour où un seigneur Orc réduit son clan en esclavage. Privé de tout espoir, le gobelin découvre un monde où seuls les forts survivent. Il fait alors le serment de devenir le maître de la cité des Sang-mêlés, un ramassis de voleurs, d’assassins et de bâtards... Même si pour cela il doit devenir le pire d’entre eux !

Décryptage

Gnar-la-gargouille est un simple voleur Gobelin de la cité des sang-mêlés. Mais alors qu’il se fait attraper en commétant un larcin, plutôt que d’être châtié comme il devrait, il se retrouve chez le maitre de la cité, un Gobelin comme lui, qui préfère l’épargner pour lui raconter sa lente et pénible ascension vers le pouvoir, à commencer par une époque de captivité, lorsqu’une partie de son clan s’est retrouvée en esclavage. C’est là qu’il comprendra que pour survivre il faut être le plus fort, quitte à écraser les autres pour se faire une place au plus haut niveau.

4ème tome de la série Orcs & Gobelins, Sa’ar, fait la part belle aux Gobelins et à la dure réalité d’un monde où règne la loi du plus fort. La narration est originale puisque le vieux gobelin, alors maitre de la cité, raconte son ascension à un jeune (padawan ?) Gobelin ramassé dans la rue, qui l’écoute attentivement pour éviter un châtiment. C’est une histoire d’héritage, une leçon de vie, de souffrance et de détermination d’un vieux sage à un jeune chien fou, qui lui transmet son expérience, son lourd apprentissage de la vie, la haine nourrissant ses actions, la peur, la souffrance, la violence qui ont parsemés son parcours, les petits trafics, les petits et les grands délits, les meurtres, l’éducation, l’ascension, la manipulation, les complots, les trahisons et l’angoisse.

Niveau dessin, c’est juste sublime. On en prend plein les yeux même si les Gobelins sont laids (en même temps un Gobelin ce n’est pas vraiment beau), ils sont magnifiquement bien rendus et le reste est juste superbe, les décors et toutes les planches regorgent de détails et même si c’est souvent le cas dans les 3 séries (Elfes, Nains et celle-ci), on est ici encore un cran au-dessus avec des dessins très fins et des planches très vivantes et très très détaillées.

L’histoire plutôt sombre est toutefois assez linéaire et monocorde. C’est la narration qui veut ça et du coup, on sait qu’il n’arrivera rien à Sa’ar. L’histoire manque de suspense et de rebondissements mais elle est maitrisée et intéressante jusqu’au bout. Les auteurs arrivent à ce que l’on éprouve une certaine sympathie, voire de la compassion pour un personnage qui explique tout de même qu’il faut savoir être impitoyable pour survivre aux autres.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Goblin Slayer roman : La critique du tome 1
Les coulisses de Minuscule - Les Mandibules du bout du monde : La (...)
Stranger Things - Suspicious Minds : La critique du livre
Persona : La critique des tomes 1 et 2
Adieu mon Utérus : La critique du manga
Avengers Endgame : Les superbes affiches des cinémas (...)
The Eternals : L’acteur Ma Dong-Seok rejoint le (...)
The Six Billion Dollar Man : Travis Knight réalisera (...)
Homecoming - Un film de Beyoncé : La review du film Netflix
Disperata : La critique
Utopia : John Cusack rejoint la série d’Amazon
One Key : La critique du jeu
Les cloches Aliens
VOD DVD - Bandes Annonces : 20 avril 2019
Star Trek Picard : Jonathan Frakes parle d‘une série (...)