271 connectés

Yentl : La critique

Date : 10 / 12 / 2018 à 09h30
Sources :

Unification


Yentl excellent film musical reposant entièrement par Barbra Streisand qui a mis une dizaine d’années pour pouvoir porter à l’écran cette nouvelle de l’auteur Isaac Bashevis Singer, prix Nobel de littérature en 1978.

Elle en est la productrice, co-scénariste, réalisatrice et actrice principale. Une omniprésence qui lui a valu un certains nombre de critiques à l’époque de sa sortie du film. Si ce dernier, en 1983, a été un grand succès populaire, et lui a valu d’être la première femme réalisatrice à emporter un Golden Globe 1984 du meilleur réalisateur, ainsi que celui du meilleur film, elle a été boudé aux Oscars qui n’a décerné qu’un Oscar à la meilleure musique de film à Michel Legrand.

30 ans plus tard, le long métrage est toujours d’actualité, et n’a pas pris une ride, d’autant que la très belle version restaurée donne l’impression que ce dernier sort cette année.

On y découvre, dans la Pologne du début du 20ème siècle, une jeune femme décidant de se faire passer pour un garçon à la mort de son père afin d’aller étudier dans une école religieuse.

Sa grande intelligence et son amitié pour un autre étudiant brillant, qui la trouble de plus en plus, va l’entraîner dans des situations incroyables.

Plus que du genre, l’œuvre parle de la place de la femme dans la société et son accès à l’éducation et à un métier qu’elle aimerait faire. Le décalage avec notre époque n’est malheureusement pas si grand que cela, alors que des centaines de millions de femmes n’ont aucun accès à l’enseignement.

Le film a d’ailleurs donné son nom au syndrome de Yentl, définit en 1991 par la cardiologue Bernadine Heal pour la prise en charge cardiaque, puis dont la définition a été généralisée. Le syndrome représente la différence de prise en charge et de suivi médical entre les hommes et les femmes, ces dernières étant souvent plus mal soignées.

Le long métrage est donc féministe, mais parle avant tout de la passion et de la volonté que l’on doit avoir pour accomplir ses rêves, envers et contre tout et tous.

Le film est très bien réalisé, proposant des séquences de foules dans lesquelles le spectateur ne se perd pas, ou des passages plus intimistes, généralement centrées sur Barbra Streisand. C’est au court de telles scènes que la comédienne chante son état d’esprit dans des airs envoûtants et parfaitement maîtrisés.

La musique de Michel Legrand est d’ailleurs l’un des grands atouts du long métrage. Très présente, mais non invasive, collant parfaitement à ce que l’on voit, et dont les paroles chantées illuminent les moments les mettant en valeur.

On est loin de la comédie musicale. Chacun des titres permet l’avancement de l’histoire et se déroule dans le contexte du récit. Ainsi Papa, Can You Hear Me ?, l’un des morceaux les plus célèbres, se focalise sur Yentl assise auprès d’un feu, perdue dans les bois, ou elle s’adresse à son père disparu. Un grand moment émouvant, prélude à d’autres l’étant tout autant.

Les prestations des comédiens sont très bonnes. Barbra Streisand crève complètement l’écran. Mandy Patinkin est charmant en érudit brillant. Et Amy Irving est sympathique en fille voulant se marier.

La reconstitution de la Pologne des années 1900 est très bien faite. Le très beau travail sur les costumes de Judy Moorcroft et sur les décors de Roy Walker, appuyés par la superbe photographie de David Watkin donnent l’impression d’être transporté au siècle précédent.

Yentl est un grand film. Une œuvre marquante de la cinématographie mondiale, montrant à la fois un temps révolue, mais contant aussi le destin d’une femme ayant voulu s’affranchir de la vie qu’on lui imposait. Avec des chansons magnifiques, une réalisation solide et une actrice toujours envoûtante, le long métrage n’a pas pris une ride. Toujours aussi plaisant à voir, ce voyage est fascinant à parcourir après d’une héroïne n’ayant pas froid aux yeux.

Captivant et musical.

SYNOPSIS

Au début du 20e siècle, une Polonaise répondant au nom de Yentl enfreint la Torah en se déguisant en homme pour étudier les textes sacrés.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 15
- Titre original : Yentl
- Date de reprise : 12/12/2018
- Réalisateur : Barbra Streisand
- Scénariste : Barbra Streisand, Jack Rosenthal d’après l’œuvre de Isaac Bashevis Singer
- Interprètes : Barbra Streisand, Mandy Patinkin, Amy Irving, Nehemiah Persoff, Steven Hill, Allan Corduner, Ruth Goring, David de Keyser
- Photographie : David Watkin
- Montage : Terry Rawlings
- Musique : Michel Legrand
- Costumes : Judy Moorcroft
- Décors : Roy Walker
- Producteur : Barbra Streisand, Rusty Lemorande pour Productrice, United Artists, Ladbroke Investments, Barwood Films
- Distributeur : Lost Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Yentl



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Toy Story 4 : La critique
Teen Spirit : La critique
Bixa Travesty : La critique
Yves : La critique
The Mountain - Une odysée américaine : La critique
Toy Story 4 : La critique
Star Wars : Une productrice pour superviser la franchise
Spider-Man/Venom : Deux héros susceptibles de se croiser
The Boys : Nouvelle bande annonce centrée sur le personnage tenu (...)
Angel : La Warner était "complètement paniquée" après le 2e (...)
Shaft : La bande annonce du film Netflix
Wheel of Time : Rosamund Pike pour mener la série Amazon
The Invisible Man : Aldis Hodge et Harriet Dyer pour le remake (...)
Flora & Ulysses : Alyson Hannigan, Ben Schwartz et Matilda (...)
Black Christmas : Un remake du film de 1974 réalisé par Sophia (...)