96 connectés

Vingt-cinq : Review de la saison 1

Date : 22 / 10 / 2018 à 11h30
Sources :

Unification


Vingt-Cinq est la nouvelle série-événement du bouquet OCS et de son label OCS Signature. Cette série, qui se veut générationnelle, est centrée sur des amis d’enfance qui à l’aube de la trentaine se remettent en question à tous les niveaux. Ainsi, le personnage principal, Jeremy vient de se faire plaquer par sa petite amie et à l’impression de n’avoir rien accompli dans sa vie alors que son ami Adrien, par exemple, rangé et en couple depuis plusieurs années fait une sorte de "crise de la vingtaine " et décide de tout plaquer pour une fille de 17 ans. 

La photographie est agréable à l’œil et la réalisation soignée, ce qui donne envie immédiatement de découvrir la série visuellement au-dessus de la majorité des productions françaises. Malheureusement, la mise en place lors des premiers épisodes est assez laborieuse. Le créateur de la série, Bryan Marciano, a voulu aborder trop de thématiques et aurait peut-être dû resserrer davantage son intrigue sur le personnage principal qu’il interprète. Il y a trop de personnages et tout est traité un peu superficiellement à travers des situations trop " cliché ". De plus, la bande son est omniprésente et vient souligner de manière un peu trop appuyée ce qui se passe à l’écran, desservant des scènes-clefs de la vie des personnages. Très clairement, l’intrigue commence à devenir véritablement intéressante à partir du cinquième épisode en fournissant dès lors des passages plutôt réussis.

Si vous vous attendez à une comédie, vous risquez d’être déçu. En effet, la série accumule un nombre impressionnant de situations où nos protagonistes se font humilier ou se retrouvent dans des situations gênantes. En outre, les personnages vont au bout de leurs bêtises et cela aurait mérité d’être fait avec plus de recul et de dérision. On ne rit pas de leur bêtise, mais on est plutôt atterré (mention spéciale au personnage féminin qui urine de colère sur le bureau de son patron...). Pour ne citer qu’une série, Irresponsable labellisée également OCS signature, arrivait à faire preuve de plus de nuances et de dérision avec des effets comiques très réussis. Ici, tous les personnages sont des adulescents égoïstes ayant beaucoup de mal à prendre des décisions réfléchies. Il manque en fait à la série davantage de contrepoints qui rendraient sans doute les situations plus acceptables aux yeux du spectateur. À vrai dire il n’y a que le personnage joué par Vincent Dedienne qui apporte une certaine hauteur. 

À la fin de la saison, les personnages ont peu évolué et certains voient même leur situation se détériorer. Peut-être que Bryan Marciano a voulu prendre le temps de faire évoluer ses personnages dans les saisons à venir ? Malgré ces imperfections, Vingt-Cinq demeure une séries ambitieuse portée par un casting talentueux et qui mérite largement que l’on y jette un œil.

EPISODES

- Episodes : 1.01 – 1.02 – 1.03 – 1.04 – 1.05 – 1.06 – 1.07 – 1.08 – 1.09 – 1.10 - 1.11 - 1.12
- Titres  : Le retour - Le Château de Sarcelles - Pas seul - Yesterday s pain is tomorrow’s strenght - Jonas a un truc - Papa - Le renault espace - Le triangle - Le tour du monde - Enterrements de vies de garçons - Les petites choses pt.1 - Les petites choses pt.2
- Date de première diffusion : 25/10/2018 (OCS Max)
- Réalisateurs : Bryan Marciano
- Scénaristes : Bryan Marciano

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Origin : Review des premiers épisodes de la saison 1
Doctor Who : Review 11.06 Demons of the Punjab
Manifest : Review 1.07 S.N.A.F.U.
Star Trek - Short Treks : Review 1.02 Calypso
Doctor Who : Review 11.05 The Tsuranga Conundrum
Aquaman : La bande annonce finale
Flash : Ezra Miller continue à confirmer le film
Westworld : L’ouest s’en relèvera
Les voyageurs du temps : Une date pour la saison 3
Supergirl : On sait qui jouera Lex Luthor
Bios & Project Blue Book : Retour à la science-fiction pour (...)
Les filles du soleil : La critique
Mortal Engines : Le 2 premiers tomes en grand format
Bärenpark : La critique du jeu de parc à ours
Bandes Annonces & Co : 20 novembre 2018