260 connectés

Leave no Trace : La critique

Date : 16 / 09 / 2018 à 09h00
Sources :

Unification


Leave no Trace est un très bon film américain indépendant parlant de liberté et de relation père-fille adapté de l’œuvre de Peter Rock.

Un homme vit illégalement avec son enfant dans une forêt et se cache des gardes-forestiers. Ancien militaire ayant fait l’Afghanistan, c’est en se mettant aux marges de la civilisation qu’il peut exister. C’est leur capture et leur retour forcé vers la société qui va servir de ressort à l’intrigue.

Debra Granik réalise une histoire sobre et souvent silencieuse, qu’elle co-scénarise avec Anne Rosellini. Un récit qui est une vraie critique sociétale d’une grande subtilité. De plus, la relation entre une jeune fille en plein épanouissement et son géniteur taciturne est remarquablement brossée.

Les deux comédiens sont vraiment excellents et parfaitement en osmose. Ben Foster est superbe en homme renfermé et Thomasin McKenzie éblouissante en jeune pleine de vigueur. Leur jeu, passant beaucoup par leur posture et leur regard, impressionne franchement et reste longuement en mémoire.

Ce choc de génération et de volonté est très intelligemment mis en images dans une mise en scène montrant la séparation progressive de ce duo fusionnel alors que les goûts des uns et des autres commencent à diverger.

Le long métrage est principalement basé sur les deux personnages principaux, ces derniers croisent une galerie d’individus intéressants, travaillant soit dans le domaine social, soit vivant dans des communautés à la frontière des petites villes.

C’est donc à une cartographie originale des États-Unis à laquelle on a droit. Une vision des personnes ayant peu de ressources ou marginalisées, mais ayant souvent un grand cœur et un véritable sens de l’entraide. Une population souvent invisible dans les longs métrages de fiction à laquelle la réalisatrice offre un bien bel écrin.

La photographie de Michael McDonough est très belle. L’image suit de près le duo, et offre des plans larges magnifiques montrant les belles forêts américaines. L’atmosphère est particulièrement bien rendue et les silences font plus de bruit, et ont plus d’impact, que les mots.

Leave no Trace est un film d’une grande qualité, profondément touchant et vraiment intéressant. En proposant un sujet fort, permettant de mettre à l’honneur les laissés-pour-compte de l’Amérique, cette œuvre est mâtinée d’une délicate poésie. La relation père-fille est remarquablement étudiée et avec deux acteurs de grand talent, ce voyage, parfois odysséen, est à faire sans hésiter.

Captivant et poignant.

SYNOPSIS

Tom a 15 ans. Elle habite clandestinement avec son père dans la forêt qui borde Portland, Oregon. Limitant au maximum leurs contacts avec le monde moderne, ils forment une famille atypique et fusionnelle.
Expulsés soudainement de leur refuge, les deux solitaires se voient offrir un toit, une scolarité et un travail. Alors que son père éprouve des difficultés à s’adapter, Tom découvre avec curiosité cette nouvelle vie.
Le temps est-il venu pour elle de choisir entre l’amour filial et ce monde qui l’appelle ?

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 49
- Titre original : Leave no Trace
- Date de sortie : 19/09/2018
- Réalisateur : Debra Granik
- Scénariste : Debra Granik, Anne Rosellini d’après l’œuvre de Peter Rock
- Interprètes : Thomasin McKenzie, Ben Foster, Jeff Kober, Isaiah Stone, Dale Dickey, Ayanna Berkshire, Dana Millican, Michael J. Prosser
- Photographie : Michael McDonough
- Montage : Jane Rizzo
- Musique : Dickon Hinchliffe
- Costumes : Erin Aldridge Orr
- Décors : Chad Keith
- Producteur : Anne Harrison, Linda Reisman, Anne Rosellini pour Productrice, Harrison Productions, Still Rolling Productions, Bron Studios, Topic Studios, Reisman Productions
- Distributeur : Condor Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Leave no Trace



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


La nonne : La critique
Climax : La critique
Leave no Trace : La critique
Avant l’aurore : La critique
Vaurien : La critique
Loki / La Sorcière Rouge : Des séries télé pour le service de (...)
Captain Marvel : Plus haut, plus loin, plus vite
Charlie’s Angels : Patrick Stewart au casting du reboot des (...)
Red Sonja : Bryan Singer à la réalisation ?
Bojack Horseman : Review saison 5
Netflix - Bandes annonces : 19 septembre 2018
Albin-Michel : Lancement de la collection Imaginaire
La nonne : La critique
Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Bandes Annonces & Co : 19 septembre 2018