181 connectés

Mon tissu préféré : La critique

Date : 14 / 07 / 2018 à 10h00
Sources :

Unification


Mon tissu préféré est un film syrien présentant une mère et ses filles vivant dans un appartement à Damas juste avant le déclenchement de la guerre, qui malheureusement perdure toujours.

C’est l’arrivée d’une nouvelle voisine tenant une maison close qui va attirer l’une des sœurs en ces lieux. Cette dernière va découvrir un monde différent de celui dans lequel elle vit.

L’histoire suit les pas de ce personnage, entre occupations courantes, travail et espoir en un avenir meilleur, notamment grâce à un mariage arrangé.

Le scénario de Gaya Jiji, qu’il met en scène lui-même, brosse le portrait d’un pays et d’une condition de vivre que 7 années de guerre ont balayé pour un moment. Sa chronique douce-amère permet de rentrer dans l’intimité d’une famille sans homme et d’évoquer la sexualité de ces derniers par le biais d’une maison close d’un certain standing.

Il est dommage qu’à travers les tribulations du personnage principal, entre fantasmes et réalité, désirs et manigances, on ne sache plus vraiment exactement ce que le réalisateur veille dire. D’autant que son héroïne, très bien interprétée par Manal Issa, est vraiment peu sympathique et attachante. On a donc du mal à compatir à ses malheurs ou à apprécier ses joies.

Le reste du casting est aussi bien trouvé. Il faut d’ailleurs donner une mention spéciale au personnage le plus intéressant de l’histoire, la troublante Madame, formidablement interprétée par Ula Tabari.

La mise en scène de Gaya Jiji est très belle, tout comme la photographie d’Antoine Héberlé. Ce dernier propose de magnifiques séquences oniriques qui restent longuement en mémoire. Il se coule dans les pas de son personnage principal, faisant souvent entrer le spectateur sans son intimité et ses pensées.

Les décors de Nadide Argun sont véridiques et ceux concernant la maison close sont particulièrement bien travaillés.

Mon tissu préféré est un film qui a de belles qualité, notamment visuelles, mais possède une histoire et un personnage n’arrivant pas à émouvoir. Néanmoins, ce tableau d’un temps suranné d’un pays en pleine souffrance est le beau, et nostalgique témoignage, d’une autre époque perçue à travers les désirs et espoirs des habitants y vivant.

Intéressant et véridique.

SYNOPSIS

Damas, mars 2011. Nahla est une jeune femme célibataire qui mène une vie morne dans une banlieue syrienne, aux côtés de sa mère et ses deux sœurs. Le jour où on lui présente Samir, un expatrié Syrien en provenance des États-Unis à la recherche d’une épouse, elle rêve d’une vie meilleure. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Contre toute attente, il décide de se marier à sa cadette, Myriam. Dès lors, Nahla se rapproche de Mme Jiji, une voisine récemment installée dans l’immeuble qui dirige une maison-close deux étages plus haut. Alors que les tensions s’intensifient dans le pays et que la famille est occupée à l’organisation du mariage de sa sœur, Nahla va explorer le monde de Mme Jiji. Un lieu rempli de fantasmes où elle sera confrontée à ses propres peurs et désirs.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 36
- Titre original : Mon tissu préféré
- Date de sortie : 18/07/2018
- Réalisateur : Gaya Jiji
- Scénariste : Gaya Jiji
- Interprètes : Manal Issa, Ula Tabari, Mariah Tannoury, Saad Lostan, Souraya Baghdadi, Metin Akdülger, Wissam Fares, Nathalie Issa
- Photographie : Antoine Héberlé
- Montage : Jeanne Oberson
- Musique : Peer Kleinschmidt
- Costumes : Tugba Ataç
- Décors : Nadide Argun
- Producteur : Laurent Lavolé pour Dublin Films, Gloria Films, Katuh Studio
- Distributeur : Sophie Dulac Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Mon tissu préféré



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


BlacKkKlansman - J’ai infiltré le Ku Klux Klan : La (...)
Silent Voice : La critique
Papillon : La critique
The Intruder : La critique
Le monde est à toi : La critique
Star Trek : Ronald D. Moore parle de Star Trek, de la fatigue de (...)
BlacKkKlansman - J’ai infiltré le Ku Klux Klan : La (...)
Planet Fiction : Une convention française dédiée à la SF arrive à (...)
Treadstone : USA Network commande une série spinoff de la saga (...)
Yeti et compagnie : La bande annonce finale et des affiches (...)
Blood Rage : La critique du jeu
Netflix - Bandes annonces : 19 août 2018
Star Trek Discovery : Nouveau changement de look pour les (...)
Silent Voice : La critique
Les Tommyknockers : Jeremy Slater pour écrire le remake (...)