260 connectés

Carta Impera Victoria : La critique du jeu de civilisations

Date : 13 / 08 / 2018 à 08h00
Sources :

Unification France


Carta Impera Victoria
Le jeu de CIVilsation en CIV cartes

Description :

"CIV est un jeu de cartes qui contient tous les ingrédients du jeu de civilisation… en passant par le deck building, la gestion de main, un soupçon de diplomatie et beaucoup de majorité !

Chaque joueur doit bâtir sa civilisation, en trois âges, et ce à travers 104 cartes réparties sur 6 domaines : militaire, religion, économie, science, art et utopie. L’objectif principal est d’obtenir la majorité dans l’un de ces champs, pour employer les pouvoirs permanents qui y sont rattachés, ou sacrifier d’autres cartes pour abuser des capacités temporaires… Ce qui peut ralentir la progression des autres joueurs ! Les domaines sont liés à des âges précis. Les stratégies évoluent donc durant la partie, les revirements sont nombreux et la victoire n’est jamais vraiment acquise. Choisir avec soin ses alliances et préparer ses retournements de veste est le bienvenu : l’emporter seul est possible, mais très compliqué ! Un brin de diplomatie est donc un atout.

Le joueur qui obtient la main mise complète sur un domaine gagne la partie. Si cela ne se produit pas, un décompte de points intervient.

CIV propose des règles accessibles dès 8 ans, ainsi qu’une version duel ou par équipes, et peut réunir la famille autour d’un jeu aux possibilités et aux stratégies multiples, avec différents niveaux de jeu."

Le visuel de la boîte et son contenu :

Dans une petite boîte coffre très sympa et pratique, on retrouve : 4 Aides de jeu, 1 Pièce de Majorité en Art, 104 cartes réparties en 3 Âges et 6 Domaines.
Les illustrations dans un ton pastel sont très réussies.

Le déroulement d’une partie :

Chacun pioche 3 cartes (6 domaines - couleurs - différents) et en joue une devant soi, résout ses effets sous certaines conditions (sacrifice d’une carte, nombre de cartes du même domaine déjà jouées...), puis reconstitue sa main de 3 cartes.

Selon le domaine de la carte, et si vous possédez au moins 3 cartes devant vous de ce même domaine, l’effet est permanent, vous permettant d’augmenter votre maximum de cartes en main, pouvoir défausser une carte de votre main, récupérer une carte de la défausse et l’ajouter à sa main, défausser une carte devant vous et jouer une carte supplémentaire de sa main, reprendre une carte devant soi et jouer une carte de sa main, voir même copier un effet permanent d’un autre joueur (à condition de posséder plus de cartes Art devant soi que tout autre joueur autour de la table).

Les sacrifices de cartes sont aussi rattachés au domaine de la carte, vous permettant de faire défausser aussi vos adversaires, d’en donner, etc...
Le gagnant est le premier joueur qui arrive à cumuler 7 cartes du même domaine.

Le verdict :

A la fois offensif et défensif, (construction de son deck et contre des autres), ce jeu est très rapide et repose sur une mécanique simple mais nerveuse.
Basé sur le système de majorité, il en cela très classique. Ce jeu convient particulièrement aux joueurs débutants.

Fiche technique

Type : Jeu de combinaisons de cartes
Format : Boîte de jeu
Auteur(s) : Rémi Amy
Éditeur : Ludonaute
Illustrations : Christopher Matt
Nombre de joueurs : 2 à 4
Age des joueurs : 8 ans et plus
Durée moyenne d’une partie : 20 minutes
Édition Française : Oui
Extensions disponibles : Non
Prix habituellement constaté : Moins de 18 euros




Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Kero : La critique du jeu de plateau qui sent le kérosène
Tiny : La critique du jeu de rôle
Faust Commando : La critique du Jeu de Rôle jusqu’au bout (...)
Hexagon Universe : La critique du JdR inspiré de la BD populaire (...)
Loki / La Sorcière Rouge : Des séries télé pour le service de (...)
Captain Marvel : Plus haut, plus loin, plus vite
Charlie’s Angels : Patrick Stewart au casting du reboot des (...)
Red Sonja : Bryan Singer à la réalisation ?
Bojack Horseman : Review saison 5
Netflix - Bandes annonces : 19 septembre 2018
Albin-Michel : Lancement de la collection Imaginaire
La nonne : La critique
Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Bandes Annonces & Co : 19 septembre 2018