383 connectés

Detroit - Become Human : La critique du chef-d’oeuvre de Quantic Dream

Date : 25 / 05 / 2018 à 07h45
Sources :

Unification France


Detroit
Become Human

Description :
"Devenez humain.
Nous sommes en 2038, et voici l’histoire de Kara.
LE MONDE DEVIENT CE QUE VOUS EN FAITES...
Modelez le futur.
Entrez dans une version futuriste de Détroit où la pression est palpable entre les humains et les androïdes qui tentent de coexister tant bien que mal. Les décisions que vous prenez forgent l’histoire autour de vous.
Découvrez les diverses destinées de chacun des personnages et guidez-les à travers un fil narratif à branches qui les confrontera à des dilemmes personnels et complexes. Ils remettront même en cause la nature de leur existence.
Chacune de vos décisions fait évoluer l’histoire et a des conséquences à la fois mineures et dramatiques. Une situation mal évaluée pourrait bien coûter la vie de quelqu’un et personne n’aura droit à une seconde chance. Réfléchissez bien avant d’agir et faites preuve de vigilance pour tenter de rester en vie car l’instinct de survie est bel et bien ce qui nous rend humains.

- EN DEHORS DE LA LOI
Kara
Arpentez les rues éblouissantes et les bidonvilles d’un Détroit futuriste en incarnant Kara, un androïde qui sort tout juste de l’usine. S’étant rebellée contre sa programmation et enfuie du complexe où elle a été conçue, Kara, désormais fichée comme déviante, doit survivre, trouver un sens aux inégalités du monde qui l’entoure et sa place dans la société.

- CHASSEUR DE DÉVIANTS
Connor
En tant qu’agent spécial des forces de police, enquêtez sur des affaires de meurtre et des délits perpétrés dans la métropole bourdonnante qu’est le Détroit du futur. Froid, calculateur et méthodique, Connor bénéficie de compétences et d’une expertise parfaitement adaptées à la traque des androïdes "déviants" qui se sont affranchis de leur programmation en abandonnant leurs propriétaires ou en commettant un crime.

- LEADER RÉVOLUTIONNAIRE
Markus
Incarnez Markus, un “déviant” qui s’est libéré du carcan de sa programmation initiale et allumez une étincelle qui pourrait causer l’embrasement d’une insurrection androïde. Après avoir échappé à son maître pour rejoindre une faction de dissidents clandestins en plein essor, Markus prend en charge la libération organisée de la population androïde de Détroit. Mais afin d’envoyer un signal fort aux humains, optera-t-il pour la voie de la perturbation pacifique... ou celle de la rébellion par la violence ?"

Le gameplay :
Comme les deux premiers volumes de ce que l’on pourrait appeler une trilogie (Heavy Rain et Beyond Two Souls du même éditeur), quasiment tout se déroule en QTE, où l’on appuie au bon moment sur le bon bouton pour choisir les différentes options qui apparaissent à l’écran. Tout va constituer à suivre (à vivre, à ressentir même) plusieurs histoires qui s’entrecroisent, à travers le point de vue de 3 personnages différents. Ceux qui connaissent les productions de l’éditeur ne seront donc pas du tout déroutés, car il s’agit clairement de l’évolution de celles-ci, améliorées avec l’expérience. Notons au passage que même l’option facile nécessite une grande rapidité et surprendra même les habitués du style, provocant au passage des situations inattendues. L’androïde le plus évolué, Connor, a même accès à toute une panoplie d’analyses et d’enquêtes, en ayant accès à sa base de données pour scanner les visages, analyser les situations, faire des analyses toxicologiques sur place, etc... Il aura même, en analysant les scènes de crime la possibilité de reconstituer en 3D les événements par rapport aux indices trouvés. Les 3 androïdes ont d’ailleurs accès en permanence à leur scanner qui leur permet de savoir où ils en sont en monitorant leur environnement. Ce système, parfaitement adapté à la condition d’androïde, devient alors une aide certaine pour l’humain qui tient la manette. Vous ne serez jamais vraiment perdu dans Detroit - Become Human grâce à cela. Dans le rayon des différences, avec les autres opus, on trouve aussi un rythme de changement de personnages plus rapide. On passe très vite d’un personnage (et donc d’ambiance) à l’autre. Enfin, à la fin de chaque chapitre, on découvre ce que l’on voulait cacher lors des précédents jets : L’arborescence de choix. En effet, dans Heavy Rain et Beyond Two Souls, on voulait ne surtout pas montrer la mayonnaise, afin de ne pas nuit à l’ambiance. Ici, on a pris le contre-pied (un peu à la manière d’un autre jeu sur PS4, Until Dawn). Ainsi, vous verrez, sous forme de branches qui n’ont pas été empruntés (parce que vous avez fait un choix différent, ou parce que vous n’avez pas débloqué ce qu’il fallait), qui sont autant de pistes à explorer lorsque vous revivrez l’aventure. Des personnages pourront même mourir sans que cela achève la partie.

Le verdict :
Les graphismes sont splendides et mettront une claque à n’importe qui. Les textures sont une merveille, les expressions faciales (l’une des grandes spécialités du studio français) sont époustouflantes. Les musiques changent l’ambiance de chaque scène (et de chaque personnage) avec brio, et le côté technique est fabuleux en tout point. Personne ne pourra le nier. Tout a été fait avec un souci du détail inouïe. De façon bien plus profonde que dans n’importe où. La ville de Détroit par exemple, n’a pas été choisi par hasard. Véritable 4ème personnage de l’aventure, elle est représentée avec justesse et grande beauté dans ce monde d’anticipation. Les auteurs ont d’ailleurs passé du temps dans la ville, avec un guide local amoureux de ses rues, pour sentir les palpitations de la Motown, pilier de la révolution industrielle par la construction automobile. En 2038, les androïdes ont remplacés les véhicules et une autre révolution est en marche. A travers la place de cet élément dans la vie et dans la ville, c’est bien tout un environnement social et historique du monde qui est décrit. La ségrégation des noirs (dans le futur, les androïdes sont parqués à l’arrière) dans les bus, ils attendent en file indienne que l’on vienne se servir d’eux (à la manière d’une file d’esclaves enchaînés), certains bars sont interdits aux chiens et aux androïdes (les magasins et les chiens étaient souvent interdits dans les pays occupés lors de la Seconde Guerre Mondiale), etc... Dans Detroit - Become Human (comme dans son prédécesseur surtout), on passe aussi souvent son temps à faire des choses du quotidien (faire la vaisselle, ranger, pour les débuts de l’androïde domestique par exemple), pour servir un rythme progressif afin de mieux ancrer l’histoire dans la vie pour l’extirper dans le fantastique et l’épique ensuite. Je souligne ici l’une des plus grandes réussites des développeurs : on fait des choses que l’on ne fait nul part ailleurs. Surtout, on vit des choses que l’on ne peut pas vivre ailleurs. Le thème de l’androïde sert bien entendu beaucoup cela. Et parce que je veux maintenant m’en libérer et que j’ai bien fait attention de ne pas utiliser le mot "jeu" pour désigner Detroit - Become Human, j’aimerais préciser qu’il ne s’agit pas d’un jeu. Non. Et les détracteurs des productions de la firme française ont raison sur ce point uniquement. Car, contrairement à ce que les grincheux pensent (et je les plains vraiment), il s’agit de BIEN PLUS QU’UN JEU. Il s’agit d’une expérience. Une expérience inoubliable, belle et entière. Detroit - Become Human, vous donnera l’impression de communiquer votre humanité via la manette à vos androïdes, vous les amènerez à dépasser leurs programmes. Certaines scènes sont incroyables et se multiplient ici. Après la partie, on y repense souvent, un peu à la manière de la fin de la première saison du jeu video de Walking Dead, ou du chien qui traverse la vitre au début du premier jeu Resident Evil. L’expérience sera parfaite si vous savez la prendre telle qu’elle.
Si l’on croit détenir un jeu comme les autres, on lui trouvera deux défauts. L’histoire bien que grandiose et mâtinée de scènes épiques, reste classique mais tellement bien emmenée que vous devriez pouvoir pardonner. Le manque d’emprise, entraînera la même frustration que si vous n’avez pas aimé les jeux plus anciens.
Pour ma part, Detroit - Become Human, a remplit exactement tout ce que j’attendais de lui, et même plus. Il révèle que Quantic Dream avait raison de poursuivre dans cette voix. C’est un carton plein.
"N’oubliez pas, ceci n’est pas qu’une simple histoire, c’est notre futur."

NOTE :

Fiche technique

Studio : Quantic Dream
Genre : Aventure
Nombre de joueurs : 1
Textes en Français, Voix en français
Date de sortie : 25/05/2018
Plateforme : PS4 uniquement





Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


The Walking Dead - Our World : La date de sortie du jeu en (...)
Jurassic World Evolution : La critique du jeu vidéo
Spider-Man : Le jeu vidéo sera intégré au canon avec une nouvelle (...)
Vampyr : La critique du jeu au cœur des ténèbres
Moonlighter : La critique du Zelda-like
Iron Fist : Poing jaune contre Poing rouge dans cette nouvelle (...)
Star Trek Discovery : Les personnages secondaires parlent enfin (...)
Carnage chez les Puppets : Les 4 nouvelles affiches du film (...)
Les nouvelles aventures de Sabrina : Les deux premières photos (...)
Trailers voDvd & co : 17 août 2018
Downrange : Les résultats du concours
Le Livre de Poche : Les sorties d’août 2018
Bloodborne : La critique du jeu de cartes
Bandes Annonces & Co : 17 août 2018
Apple : Joel Kinnaman à l’affiche de la nouvelle série (...)