217 connectés

Mutafukaz : La critique

Date : 21 / 05 / 2018 à 11h00
Sources :

Unification


Mutafukaz est un très bon dessin animé franco-japonais de Shoujirou Nishimi et de Guillaume Renard adaptant la bande dessinée de science-fiction éponyme de Run.

À Dark Meat City, un jeune homme à un accident de scooter et se met à voir de curieuses choses. Repéré par des hommes étranges, il va se faire traquer avec son ami et va croiser la route d’une galerie de personnages haute en couleur entre membres de gangs et catcheurs masqués.

L’histoire n’est pas sans rappeler les très bons Invasion Los Angeles et The Thing de John Carpenter qui sont assurément des sources d’inspiration. On retrouve des éléments de SF classique avec notamment un savant bricoleur et une ingénierie très développée sur laquelle s’appuient les hommes en noir.

La ville où se passe la majeure partie de l’histoire à une personnalité propre et propose de nombreux lieux et méandres divers. Cette dernière est l’écrin fort intéressant d’un récit très actif et réservant d’innombrables rebondissements.

Les personnages sont tous formidables et ont une vraie personnalité. Mais c’est vraiment le héros et son ami qui sont attachants. Ces derniers, un peu loosers, ont de véritables ressources et sont parfaitement complémentaires. On retrouve aussi leur troisième ami, invraisemblable, une jeune femme ambiguë et un chef des méchants tenace.

Tous les protagonistes ont un design bien reconnaissable tranchant avec ce que l’on a l’habitude de voir dans les animés. Ils sont d’ailleurs fort bien doublés en français par des artistes qui ont su leur insuffler une véritable personnalité.

L’animation est aussi très réussie. Fluide et colorée, elle offre de merveilleux moments, des fusillades épiques, des courses-poursuites haletantes ou des passages plus contemplatifs vraiment drôles. Les séquences avec les cafards apprivoisés sont parmi mes coups de cœur et vous ne verrez plus cet insecte de la même façon après avoir vu le long métrage.

De plus, la bande originale de Guillaume Houzé et The Toxic Avenger Band se marie très bien à ce qui se passe à l’écran et rythme les péripéties d’un héros dépassé par les évènements.

Mutafukaz est une belle découverte. Un animé drôle et original montrant le meilleur de l’animation française et japonaise. Une œuvre s’adressant plutôt à un public adolescent et adulte et racontant une histoire de SF efficace faisant intervenir des personnages truculents. Avec un récit sans temps mort, une BO vraiment formidable, et une réalisation sans faille, le personnage gagne franchement à être découvert.

Flashy et rythmé.

IA

Dark Meat City est une ville paumée où il ne fait pas bon vivre. Vinz et Angelino y survivent dans un appartement crasseux entre deux petits boulots jusqu’au jour où Vinz commence à percevoir des choses. Très vite, leur vie va être bouleversée...

Mutafukaz est tiré d’une BD éponyme publiée chez Ankama. D’un genre nouveau, elle a inauguré la collection label 619 tourné vers des œuvres originales se déroulant dans des univers contemporains, pop et modernes. Le film retrace bien l’intrigue de la BD. Cependant, sa durée est courte, seulement 1h30. Le scénario n’a donc pas pu rentrer dans les détails de l’histoire. Il offre pourtant un tout cohérent et très bien rythmé. Pour les détails, les spectateurs pourront toujours se tourner vers l’œuvre originale.

Le film est accompagné d’une bande-son fort bien adaptée aux multiples péripéties des protagonistes. L’action est omniprésente et entraîne les spectateurs dans une histoire un peu dingue mêlant culture urbaine et science-fiction. Les surprises sont partout et les rebondissements multiples, pas le temps de s’ennuyer.

Le film bénéficie d’une animation très fluide et très agréable. Le design des personnages est conforme à l’œuvre sur papier. Des décors aux nombreux personnages, tout est très soigné. Cette réalisation met en scène une galerie de personnalités peu communes dans des situations tout aussi absurdes.

Mutafukaz est un film d’animation dynamique et très original. Réussi, il s’adresse à un public adulte et adolescent.

G

SYNOPSIS

À la suite d’un accident de scooter provoqué par la vision d’une mystérieuse inconnue, Angelino, un bon à rien comme il y en a des milliers à Dark Meat City, une sordide mégapole de la côte Ouest, commence à avoir de violentes migraines accompagnées d’étranges hallucinations. Avec son fidèle ami Vinz, il tente de découvrir ce qui lui arrive, alors que de menaçants hommes en noir semblent bien déterminés à lui mettre la main dessus...

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 33
- Titre original : Mutafukaz
- Date de sortie : 23/05/2018
- Réalisateur : Shoujirou Nishimi, Guillaume Renard
- Scénariste : Guillaume Renard d’après l’œuvre de Run
- Interprètes : Orelsan, Redouanne Harjane, Féodor Atkine
- Montage : Ivy Buirette
- Musique : Guillaume Houzé, The Toxic Avenger Band
- Producteur : Tanaka Eiko, Frédéric Puech, Anthony Roux pour Ankama Animations, Studio 4°C
- Distributeur : Tamasa Distribution

LIENS

- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Mutafukaz



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Have a Nice Day : La critique
Sans un bruit : La critique
Moi et le Che : La critique
Ocean’s 8 : La critique
Hérédité : La critique
Bandes Annonces & Co : 20 juin 2018
Ant-Man et la Guêpe : Evangeline Lilly n’aime pas le (...)
Star Trek Discovery : La transformation cybernétique de (...)
Pet Sematary : La production débute sur le remake de (...)
Solo - A Star Wars Story : Les versions alternatives du Faucon (...)
Netflix - Bandes annonces : 19 juin 2018
Doctor Sleep : Ewan McGregor pour jouer Danny Torrance (...)
Those Long Haired Nights [VOD] : La critique
Death’s choice : La critique de la trilogie
Exit : Les 3 nouveaux opus de l’escape game