458 connectés

Zombie Tsunami : La critique du jeu de plateau

Date : 26 / 04 / 2018 à 07h45
Sources :

Unification France


Zombie Tsunami
Un jeu de plateau et d’ambiance

Description :
"Zombie Tsunami est un jeu d’ambiance pour 3 à 6 joueurs qui se joue en moins de 30 minutes. Chaque joueur mène une horde de zombies assaillant la ville.
Ils devront collaborer et parfois se trahir, les uns les autres, pour gagner le jeu. Rires garantis !"

Le visuel de la boîte et son contenu :
Le jeu tient dans une boîte de taille moyenne, à l’illustration faciale fun et plutôt enfantine, contenant une cinquantaine de cartes, des cubes zombies (c’est original), des jetons, une piste centrale et les règles du jeu. Ce n’est pas tant la tactique qui prime ici, mais bien l’ambiance qui se dégage de chaque partie.

Le déroulement d’une partie :
En 3 tours de 6 cartes pour chaque joueur, le gagnant sera celui qui obtiendra le plus de points de victoires (représentés par les petits cubes zombies). Techniquement, les cubes zombies servent à plusieurs choses, de dés en premier lieu, une des faces représentant un zombie, à chaque fois qu’un obstacle vous est présenté sur la piste centrale les zombies serviront à les surmonter. Les obstacles peuvent être sautés (mais les cubes zombies tombant sur la face imprimés seront écrasés), poussés, (en général par des zombies de plusieurs joueurs, en s’étant mis d’accord, mais un vote final décidera de qui est avec qui sur ce tour), ou affrontés des civils (qui pourront faire des dégâts, mais qui se transformeront en zombie ensuite). La piste centrale représente donc le déroulement de toute la partie, avec la possibilité, d’acheter des cartes sur le marché (faire des dégâts, récupérer, voler des zombies). Jusque-là, c’est assez simple, mais il faut savoir que chaque joueur tire une carte "rôle" avec un objectif différent (caché au début, cela va de soi). Bluffer ses adversaires pour que le groupe avance sous les conditions de chacun est donc primordial. Mais encore plus intéressant, 2 joueurs pourront être des traîtres dont le but seront de gagner en faisant perdre les autres. Le Tsunami devra être au final dans la plus grosse équipe, et le Ninja dans la plus petite.

Le verdict :
Inspiré du jeu vidéo mobile éponyme de Mobigames (dans lequel il vous faut surmonter les obstacles avec le plus de zombies possibles), avec plus 300 millions de téléchargements et 3 millions de joueurs par jour, les auteurs en ont tiré le but et l’ambiance fun tout en conservant aussi le côté runner. La mécanique est rapide et fluide, et les erratas ont rendu le jeu limpide. Le jeu est très compétitif, et les rôles tournant font tout le sel du jeu. Impossible de croire qui que ce soit et les trahisons retournent maintes fois le sens du jeu.

Fiche technique

Type :
Format : Moyenne boîte de jeu
Auteur(s) : Jeremie Torton, Vincent Vergonjeanne
Editeur : Lucky Duck Games
Illustrations : Mateusz Komada, Katarzyna Kosobucka
Nombre de joueurs : 3 à 6
Age des joueurs : 14 ans et plus (annoncé initiallement à partir de 10 ans)
Durée moyenne d’une partie : 30 minutes
Edition Française : Oui
Extensions disponibles : Oui, une carte supplémentaire
Prix habituellement constaté : Moins de 30 euros





Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Escape Quest : La critique des 2 premiers tomes
Malkyrs : La critique du jeu de cartes, connecté et évolutif
Skylands : La critique du jeu des îles suspendues
Le Cercle des Enquêteurs : La critique du Crime au Zoo de (...)
First Martians : La critique du jeu de survie sur Mars
Le château de Cagliostro : La critique
Channel Zero : La série annulée après 4 saisons
The Witches : Anne Hathaway sera le rôle principal dans (...)
Le Livre de Poche : Les sorties de janvier 2019
Escape Quest : La critique des 2 premiers tomes
Cinéma - Bandes Annonces : 21 janvier 2019
Star Trek Discovery : Review 2.01 Brother
Green Book - Sur les routes du sud : La critique
Treadstone : 5 nouveaux acteurs pour la série Bourne
Raised by Wolves : Ragnar Lothbrock chez les loups (SPOILER)