155 connectés

Metal Gear Solid - Projet Rex : La critique

Date : 26 / 04 / 2018 à 08h30
Sources :

Unification France


Metal Gear Solid
Projet Rex

  • Histoire : Kris Oprisko
  • Illustration : Ashley Wood
  • Editeur : Mana Books
  • Date de sortie : 8 février 2018
  • Nombre de pages : 304
  • ISBN : 9791035500023
  • Format : 180 x 275 mm
  • Prix : 18.00 €

« Alors comme ça, le gouvernement ne t’a rien dit ? Classique. C’est ce que tu récoltes en étant l’employé modèle, Snake. On te ment, on te trahit et puis on te sacrifie. »

Quand des terroristes génétiquement modifiés s’infiltrent sur l’île de Shadow Moses pour dérober le Metal Gear Rex, une arme de destruction massive, le soldat Solid Snake doit sortir de sa retraite anticipée. Libérer les otages et éviter une détonation nucléaire : tel est l’objectif officiel de cette mission.

Mais lorsque des informateurs meurent dans ses bras, qu’une force invisible semble attaquer la base et qu’un adversaire redoutable du nom de Liquid Snake se révèle, le super-soldat se rend vite compte qu’il est le pion d’une machination tentaculaire…

Kris Oprisko est l’auteur de nombreux comics tels que la série CSI ou Underworld : Red in Tooth & Claw. Il s’attaque ici pour la première fois à la saga culte Metal Gear Solid.

Ashley Wood est un illustrateur de comics (Hellspawn, Silent Hill, Uncanny X-Men), candidat au prix Eisner en 2006 pour son histoire courte « Blood Son »..

Décryptage

Alors qu’il pensait profiter d’une retraite anticipée méritée, Solid Snake doit, de force, reprendre du service. Et c’est direction l’ile de Shadow Moses en Alaska avec pour objectif d’infiltrer une base secrète gouvernementale de stockage et recyclage d’armes atomiques, mais maintenant tombée aux mains des terroristes de FoxHound qui menacent d’utiliser les armes. Il va falloir stopper les terroristes, récupérer les otages mais c’est une toute autre histoire qu’il découvrira une fois sur l’ile.

Sortie en 2 tomes aux éditions Soleil Prod (août 2005 et février 2006), la BD fait ici peau neuve chez Mana books. Pour cette ressortie, l’éditeur a fait le choix intelligent de réunir l’intégralité de l’histoire sur un seul volume. Ce qui donne un objet lourd et imposant de plus de 300 pages, et cerise sur le gâteau, le prix n’est que de 18€. Du coup cette belle édition prend dignement place dans la collection de comics de jeux-vidéo à la tranche blanche de chez Mana Books.

Ce beau bébé nous replonge dans l’univers du jeu avec un graphisme dessin crayonné au flou artistique très nerveux et plutôt très original qui remonte l’intérêt d’une histoire à l’intrigue un peu faible. Soyons honnête, l’histoire et la narration ne sont pas ce qui se fait de mieux dans la collection Mana mais la manière dont le dessin illustre l’histoire, est un plus indéniable. Du coup l’histoire est longue mais suit avec précision la trame du jeu-vidéo. Et ce dessin apporte le dynamisme nécessaire à l’histoire. Tout y est comme dans le jeu, on joue suit Snake et ce dernier doit éviter les gardes, éviter les caméras, éviter de se faire voir le plus possible, avancer en mode furtif, et si par mégarde, il n’a pas la choix, il doit se débarrasser des opposants tout en dissimulant les corps pour ne pas se faire repérer. Il doit aussi penser à récupérer du matériel et des armes (en fait il est parti un peu vite sans son matériel) tout en restant caché, camouflé, c’est bien ici le maitre mot. L’action est bien présente ainsi qu’une partie espionnage pour l’ambiance complotiste, mais très vite les trahisons et ls manipulations vont prendre le pas. Sur son chemin Snake rencontrera des boss ennemis qu’il combattra comme le héros qu’il est, les uns après les autres, courageusement.

Metal Gear Solid est un jeu-vidéo culte de Hideo Kojima d’action mais avant tout d’infiltration. Hideo Kojima lance en 1987 une première mouture appelée Metal Gear pour Konami sur MSX2 et NES. Mais le véritable Metal Gear Solid, troisième volet de la franchise ne sortira qu’en 1998 sur Playstation.

Leçon de rattrapage pour les fans qui n’auraient pas déjà succombé à la version précédente ? Objet ultime pour tout fan absolu du jeu ? Dans tous les cas c’est l’identité visuelle des dessins qui en font la force principale. Un coup de cœur graphique sans aucun doute. Et une certitude en refermant la BD, l’envie est forte de remettre le jeu en route.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Letter 44 : La critique du tome 5
Orc et Gobelins : La critique du tome 3
Lazarus : La critique du tome 6
Juste un peu de cendres : La critique
Nailbitter tome 4 : La critique
Star Wars 9 : Encore plus de place à l’improvisation
Avengers 4 : Une description de bande-annonce trop belle pour (...)
Iron Fist : La réaction de Finn Jones à l’annulation de la (...)
Men in Black 2 : Tessa Thompson et Chris Hemsworth dans le (...)
Watchmen : La première image teaser de la série HBO de Damon (...)
Les Animaux Fantastiques - Les Crimes de Grindelwald : Nouvelle (...)
Futur immédiat, Los Angeles 1991 [DVD / Blu-Ray] : La (...)
Runaways : Première affiche pour la saison 2
Bamse au pays des voleurs : La critique
Pavillon Noir 2 : L’énorme gamme de JdR enfin en (...)