99 connectés

Vikings Gone Wild : La critique du jeu de plateau

Date : 15 / 04 / 2018 à 09h00
Sources :

Unification France


Vikings Gone Wild
Le jeu de plateau

Description :
"Dans Vikings Gone Wild, les joueurs prennent le rôle de chefs de clans combattant les uns contre les autre pour prouver aux dieux quel est le meilleur.
Durant chaque tour, vous jouez les cartes dans votre main pour acheter des cartes d’unité ou de défense, ériger des bâtiments et attaquer les autres joueurs. Vous devrez trouver la bonne balance entre investir dans votre économie (bâtiments, cartes spéciales) et grossir votre armée !"

Le visuel de la boîte et son contenu :
Le jeu tient dans une bonne grosse boîte contenant un grand plateau, 4 feuilles de joueur, 220 cartes, 25 lingots d’or, 25 barils de bière, et des jetons.
La qualité est au rendez-vous : les cartes, leurs textes (sur fond clair) et l’iconographie sont très lisibles.

Le déroulement d’une partie :
Avec un petit deck de 10 cartes de départ, chaque joueur devra réussir ses missions (données aléatoirement et qui rapporteront des points de Victoire). Durant la première phase de jeu, la phase de production, les bâtiments que l’on possède, produisent leurs ressources, ensuite, durant la phase de pioche, chaque joueur pioche 5 cartes (+1 par Taverne possédée). La 3ème phase, la phase des joueurs permettra à chacun et à son tour d’attaquer, d’acheter des cartes, construire (en dépensant ses ressources et cartes) et d’accomplir une mission (on reprend une carte mission à chaque tour). A la 4ème phase, on stocke les lingots et les barils non utilisés ce tour. Enfin, tout le monde se défausse de ses cartes (à moins de posséder au moins un Drakkar) et l’on retire tous les jetons pour recommencer un tour. Rajoutez à tout cela, la voie d’Odin, une ligne de cartes aléatoire que l’on pourra acheter, et des conditions pour gagner des points de Victoire, et vous aurez une idée de comment se déroule une partie. Le combat contre un adversaire ou contre un PNJ (un petit dragon qui lâchera quelques ressources) se déroule de façon très simple, en jouant des cartes de guerrier dont la valeur d’attaque devra être égale ou supérieure à la valeur de défense de la victime (les bâtiments ont, tous, une valeur de défense). Chaque dégât infligé remportant des points de Victoire. Bien entendu, les cartes ont des effets et des combos habituels pour ce genre de jeu.

Le verdict :
Adaptation d’un jeu vidéo de construction de ville viking, le jeu reste dans l’esprit, mais contient une mécanique et un fond différent. Les règles de jeu sont limpides, l’interaction entre joueurs est omniprésente (ce qui est assez rare dans les jeux de deckbuilding), mais, surtout, il ne peut pas y avoir d’acharnement sur un seul joueur car chacun ne peut-être attaqué qu’une fois par tour, et ne perd pas grand chose (il est toujours frustrant de voir son avancé trop souvent freinée). Petit bémol, à la longue, les cartes proposées (surtout les cartes de Missions) reviennent trop souvent. Les extensions disponibles devraient palier ceci.

Fiche technique

Type : Jeu de Plateau de gestion de ressources hybridé deckbuilding
Format : Boîte de jeu
Auteur(s) : Julien Vergonjeanne
Editeur : Lucky Duck Games
Illustrations : Mateusz Komada
Nombre de joueurs : 2 à 4
Age des joueurs : 12 ans et plus
Durée moyenne d’une partie : 45-90 minutes
Edition Française : Oui
Extensions disponibles : Oui, plusieurs
Prix habituellement constaté : Moins de 40 euros




Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Kero : La critique du jeu de plateau qui sent le kérosène
Tiny : La critique du jeu de rôle
Faust Commando : La critique du Jeu de Rôle jusqu’au bout (...)
Hexagon Universe : La critique du JdR inspiré de la BD populaire (...)
Loki / La Sorcière Rouge : Des séries télé pour le service de (...)
Captain Marvel : Plus haut, plus loin, plus vite
Charlie’s Angels : Patrick Stewart au casting du reboot des (...)
Red Sonja : Bryan Singer à la réalisation ?
Bojack Horseman : Review saison 5
Netflix - Bandes annonces : 19 septembre 2018
Albin-Michel : Lancement de la collection Imaginaire
La nonne : La critique
Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Bandes Annonces & Co : 19 septembre 2018