295 connectés

Deus Ex Universe : La critique du tome 1

Date : 02 / 03 / 2018 à 08h30
Sources :

Unification France


Deus Ex Universe
Dissidence

  • Scénario : Alex Irvine
  • Dessin : John Aggs
  • Editeur : Mana Books
  • Date de sortie : 4 janvier 2018
  • Nombre de pages : 128
  • ISBN : 9791035500122
  • Format : 165 x 255 mm
  • Prix : 14.00 €

Lire un extrait.

La révolution est en marche !

2029. Deux ans après l’Incident, un acte terroriste aux répercussions mondiales, les Augmentés, des citoyens transformés par la technologie et libérés de leurs limitations physiques, sont au cœur de toutes les tensions. Profitant de ce climat de crise, un groupe d’extrémistes fomente une révolution menaçant de détruire toute possibilité de cohabitation… et c’est à l’agent Adam Jensen qu’il incombe de stopper une bonne fois pour toutes les dissidents.

Prise d’otages, ségrégation et agents doubles… Dans cette préquelle officielle de Deus Ex : Mankind Divided, découvrez la première mission haletante de Jensen au sein de la Task Force 29 : une course contre la montre pour éviter à tout prix un apartheid mécanique.

ALEX IRVINE est un écrivain de science-fiction, auteur du Soleil du nouveau monde et de La Colline aux mystères. Il a travaillé notamment sur Avengers et Batman : Inferno.

JOHN AGGS est un illustrateur de comics plus connu pour son travail sur le John Blake de Philip Pullman et sur Robot Girl.

Décryptage
C’est sous les yeux d’une caméra de télévision que la Task Force 29 (« la meilleure équipe anti-terroristes d’Interpol, » selon l’un d’entre eux) intervient sur une prise d’otages. Adam Jensen, qui vient d’intégrer cette unité anti-terroriste, ne demande qu’à faire ses preuves pour gagner sa place dans l’équipe et le respect de ses frères d’armes. Mais étant un « augmenté » et faisant face à une attaque terroriste pro-augmentés, il devra redoubler d’efforts pour prouver sa valeur.

Deus Ex est avant tout un jeu vidéo culte de Warren Spector sorti chez Eidos Interactive. C’est un jeu de tir à la première personne doté d’éléments de jeu de rôle qui permettent de faire « évoluer » le personnage. Le tout premier de la saga est sorti en 2000. Il engendrera une suite en 2003 (Deus Ex : Invisible War), un prequel en 2011 (Deus Ex : Human Revolution) puis une nouvelle suite en 2014 (Deus Ex : The Fall) et un nouveau prequel en 2016 (Deus Ex : Mankind Divided). Ce comic Deus EX Universe : Dissidence est un prequel de ce dernier jeu et nous plonge en plein dans l’univers tendu de Deux EX.

L’action se déroule dans un futur dystopique moyennement lointain ou des individus, que l’on surnomme « les augmentés » décuplent leurs capacités physiques grâce à des améliorations technologiques. Certains voient dans ces améliorations technologiques un moyen de se démarquer dans la société mais pas toujours de manière très légal ni loyale. Sur fond de menace terroriste, on suit un héros fougueux (et désobéissant) voulant bien faire pour montrer que les « augmentés » ne sont pas tous des terroristes, ce qui résonne bien évidemment comme quelque chose de familier dans notre propre société (extrémisme, amalgames…).

Mais Interpole chasse les « augmentés, » comme sont chassés les mutants dans X-Men parce qu’ils sont différents. Adam est lui, le monstre qui chasse ses semblables mais pas uniquement, c’est là aussi que l’histoire prend toute sa dimension. On suivra ici une enquête qu’il va mener pour découvrir qui se cache derrière ses attaques et quelles sont les motivations des uns et des autres. C’est un thème assez classique dans la science-fiction qui est repris ici, l’amélioration du corps humain pour le rendre meilleur et tendre vers une immortalité pour se rapprocher de Dieu, qui ne répond à aucune règle Au passage, la presse prête à tout pour un bon coup, en prend pour son grade.

Ce n’est pas la BD parfaite pour bien des raisons, elle est franchement plaisante et s’adresse directement à ceux qui ne connaissent pas forcément le jeu vidéo, il est impossible de se perdre dans la lecture. Les fans de la série y verront un moyen de combler un vide entre 2 épisodes. Forcément l’histoire musclée est aussi bavarde, mais il faut aussi planter le contexte et se rendre accessible au plus grand nombre. Pour cela de nombreux personnages ont droit à une fiche descriptive en fin de volume. Des bonus sont présents aussi sous forme de codes à scanner sur une application dédiée pour IOS et Androïd et qui dirigent vers un making-of. Du coup la représentation est dense et la densité a tendance à annihiler le dynamisme pourtant bien présent dans le dessin et l’histoire. Rien à redire au niveau du dessin qui fait le job en proposant de belles planches bien dans l’atmosphère du monde développé dans le jeu. Pour les plus fans encore, il existe aussi des romans pour prolonger l’immersion dans l’univers.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Q mysteries : La critique de la série
Lesson of the Evil : La critique de la série
Death’s choice : La critique de la trilogie
Sky-High Survival : La critique des tomes 1 à 10
Wild Blue Yonder : La critique
Avengers Infinity War : Les effets spéciaux dévoilés
Les Gardiens de la Galaxie 3 : James Gunn brouille les (...)
Teenage Mutant Ninja Turtles : Les tortues à nouveau (...)
Luke Cage : La saison 2 se dévoile en photos
Love Simon : La critique
Trailers voDvd & co : 22 juin 2018
Verónica : Les résultats du concours
Q mysteries : La critique de la série
8bit box : Le jeu de société qui surf sur le retrogaming
Bandes Annonces & Co : 22 juin 2018