129 connectés

Mala Junta : La critique

Date : 09 / 03 / 2018 à 10h00
Sources :

Unification


Film courageux s’il en est, Mala Junta invite le spectateur à découvrir la difficulté de vivre au Chili, pour une population mise à l’index.
Femme et d’origine mapuche, l’auteure connaît bien le problème :

" En tant que Mapuche, j’ai à penser à propos du conflit qui secoue mon pays et plus particulièrement à ce qui se passe sur les terres de ma famille... " évoque-t-elle.
En précisant que Mala Junta a été filmé sur les territoires ancestraux de sa famille, théâtre d’une dévastation sans précédent due aux grandes usines de cellulose.

Elle veut dire avec force son besoin de s’exprimer à ce sujet et de dénoncer cette situation. Avant d’expliquer les contraintes de tournage :

"Au Chili, c’est très difficile de faire un premier film, surtout si on n’a pas soi-même d’argent. Je crois que le principal obstacle, au-delà du fait d’être une femme, a été un obstacle économique, car si personne ne vous connaît, personne ne vous finance. Notre tâche primordiale a donc été de nous attirer la confiance des personnes et des institutions et cela prend du temps.
C’est la première question lorsqu’on démarre le processus du film : fait-on assez confiance à une idée pour la poursuivre pendant des années ? Et même lorsque c’est le cas, rien ne certifie que l’on ira jusqu’au bout. Il faut donc être très sûr de soi."

Et de confiance elle s’est bardée pour oser raconter son histoire, avec ferveur et intelligence.

Ecrit avec sensibilité le scénario, très vivant, est réalisé avec sobriété et laisse à des acteurs de qualité le soin de faire passer l’émotion, sans jamais verser dans le misérabilisme, alors même que la situation décrite est plutôt dramatique. Tous ces gens en "survivance" restent dignes et se battent. Une force d’âme impressionnante.

On suit l’évolution des deux protagonistes avec intérêt, voire empathie.
Des personnages attachants, posés dans de somptueux paysages, bien cadrés, dans une lumière soignée. Qui montre la dévotion de la réalisatrice pour son pays et son peuple.

Le genre de film qui fait s’apercevoir combien on ignore ce qui se passe dans le monde. Et a le mérite d’interpeller sur une situation qui passe quasiment inaperçue dans les médias internationaux.

Eloquent.


SYNOPSIS


Tano, adolescent turbulent, est envoyé dans le sud du Chili, chez son père qu’il n’a pas vu depuis plusieurs années. Au lycée, il fait la connaissance de Cheo, jeune garçon timide d’origine mapuche, malmené par les autres élèves. Ils se lient d’amitié, chacun apprenant à dépasser ses difficultés grâce à l’autre. Si Tano canalise progressivement sa colère, Cheo quant à lui trouve la force de revendiquer son identité amérindienne. Tous deux s’impliquent alors dans la défense du territoire Mapuche...

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE


- Durée du film : 1 h 29
- Titre original : Mala Junta
- Date de sortie : 14 mars 2018
- Réalisateur : Claudia Huaiquimilla
- Scénaristes : Claudia Huaiquimilla, Pablo Greene
- Interprètes : Andrew Bargsted, Eliseo Fernández, Francisco Pérez-Bannen
- Photographie : Mathias Illanes
- Montage : Valeria Hernandez
- Musique : Miranda & Tobar
- Producteurs : Pablo Greene, Rebecca Gutierrez Campos, Eduardo Villalobos Pino
- Distributeur : Bodega Films

LIENS


- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Mala Junta



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


La nonne : La critique
Climax : La critique
Leave no Trace : La critique
Avant l’aurore : La critique
Vaurien : La critique
Loki / La Sorcière Rouge : Des séries télé pour le service de (...)
Captain Marvel : Plus haut, plus loin, plus vite
Charlie’s Angels : Patrick Stewart au casting du reboot des (...)
Red Sonja : Bryan Singer à la réalisation ?
Bojack Horseman : Review saison 5
Netflix - Bandes annonces : 19 septembre 2018
Albin-Michel : Lancement de la collection Imaginaire
La nonne : La critique
Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Bandes Annonces & Co : 19 septembre 2018