334 connectés

Dragon Age : La découverte de la gamme du Jeu de Rôle tirée de la série de jeux vidéos

Date : 13 / 02 / 2018 à 09h30
Sources :

Unification France


Description :

Dragon Age c’est avant tout un jeu vidéo développé par Bioware, éditeur qui a son CV des titres tels que la série des Baldur’s Gate, Knight of the Old Republic, Neverwinter ou encore Mass Effect. Pas exactement des nouveaux venus dans le RPG en fait. L’univers (Thédas) qu’ils ont développé pour Dragon Age s’inspire principalement de la « fantasy » réaliste, comme le Trône de Fer de G.R.R Martin. Ajoutez à cela une grosse dose de magie sombre, presque incontrôlable, des forces maléfiques issues des entrailles de la terre (les Engeances) qui corrompent des dieux anciens et qui font des incursions régulières en Thédas (les Enclins), un ordre de gardiens séculaire destiné à protéger coûte que coûte le monde de ces invasions (La garde des ombres), des elfes réduits en esclavages, des nations prêtent à se sauter à la gorge à la moindre occasion, secouez et vous obtiendrez un univers riche, non manichéen aux possibilités de campagne infinies. Et contrairement aux 3 jeux vidéo qui explorent chacun une seule partie du monde, ici vous êtes libres de faire jouer dans n’importe quelle région de Thédas, car toutes les nations y sont décrites.

Qu’est ce qu’on joue dans Dragon Age ?

Un ancien esclave elfe, un noble nain de la surface, un apostat humain : votre choix d’historique dans une de ces trois races vous donnera des pistes pour savoir ce que vous êtes devenu aujourd’hui. Guerrier, Mage ou Roublard, les trois classes de Dragon Age peuvent vous sembler limitatives, mais le choix des talents et des sorts vous permettront de créer des personnages uniques tout au long de la progression, qui s’étale sur 20 niveaux. Au MJ de donner ensuite le ton de la campagne, même si il est évident que faire partie de la Garde des ombres facilitera grandement son travail, merci d’avance pour lui.

Comment on joue à Dragon Age ?

Le système est simple mais pas simpliste : vous additionnez le résultat de 3D6 (dont un dé un peu spécial : le dé dragon) + des modificateurs de talents ou de compétences + des modificateurs de situations. Vous devez atteindre ou dépasser un certain seuil de réussite égal à la difficulté choisie par le MJ ou la défense de l’adversaire en situation de combat.

Exemple : Galen, le nouveau venu dans la garde des ombres, doit escalader un mur pour s’infiltrer dans un bâtiment. Il doit faire un jet de Force (Escalade) et atteindre le seuil de 15 fixé par le MJ, le mur n’ayant quasi pas de prises. Les 3D6 font 12, le bonus de force de Galen est de +2 et il avait développé le focus Escalade ce qui lui donne 2 points supplémentaires pour un résultat total de 16. Galen a donc réussi.

A cela s’ajoute des petites règles qui viennent pimenter les résultats comme le dé du dragon ou les « exploits », obtenus grâce à des doubles sur les 3D6 et qui permettent de déclencher des effets spéciaux en lien avec les capacités spéciales des personnages par exemple.

Présentation de la gamme :

La gamme complète, initialement en souscription, sera composée, à sa lancée, d’un livre de base, d’un écran de jeu et de deux recueils de 3 scénarios chacun. Faut il attendre sa sortie avec impatience ?

Le Livre de base :

Cet énorme livre de 440 pages, indispensable, contient les règles de jeux. Une version collector sera éditée. Il est la compilation des 3 boîtes initialement sorties en version américaine (ce qui est une très bonne chose). Ce livre est donc complet et vous permettra de jouer des personnages de niveau 1 à 20. L’intérieur est tout couleur et la mise en page est classique mais belle et très lisible. Les illustrations sont à l’avenant.

Le livre est donc séparé en 3 parties. La première, le" guide du joueur", présente sur près de 200 pages, la création des personnages, les règles de jeux, les compétences, talents et spécialisations, les armes, armures et équipement, la magie, un panorama du background présentant le monde, Thédas et ses principaux lieux à connaitre. Un peu plus original, la présence de conseils aux joueurs. En effet, si les sempiternels conseils aux MJ (pas toujours très utiles d’ailleurs) sont toujours présents dans les livres de JdR, on en oublie trop souvent que les joueurs ont tout autant un rôle prédominant dans la réussite d’une partie. Par réussite, j’entends, bien entendu, le plaisir de jeu et l’expérience ludique que tous, autour de la table, ont pu en tirer. C’est ainsi que l’on vous explique comment interpréter la personnalité de votre personnage, ou comment garder la fluidité du jeu en jouant sur les temps d’attente. C’est peut-être simple, mais il appartient aux joueurs, aussi, d’aider le MJ et pas tout le temps l’inverse. Ceci dit rapidement, on rentre dans des choses un peu plus complexes, comme la conception et l’utilisation des objectifs de chacun par exemple. Ces sont des éléments qui collent parfaitement à la saga éponyme en jeux vidéos. Il faudra donc y accorder une attention poussée.

La seconde partie est dédiée au "guide du meneur de jeu" sur prêt de 140 pages : des conseils au MJ sur l’art de mener une partie et une campagne ou d’utiliser les règles pour rendre les parties plus palpitantes, les secrets de Thédas y sont aussi révélés (sans spoiler, quel est l’histoire des Enclins ? Qui sont les Gardes des ombres, la souillure et le voile de l’immatériel ?)

La dernière partie présente 3 longs scénarios, déjà présents dans la version originale. "Les chaines invisibles" débutera alors que les PJ sont témoins d’un enlèvement, un nain est fait prisonnier par une troupe de brigands qui les mèneront dans le quartier de l’ancienne cité elfe ; "les chutes automnales" se déroule lors d’un Grand Tournoi pendant lequel doivent s’affronter des centaines de guerriers venus de tout le monde connu ; "le fil des batailles", quant à lui, vous propose de vous immiscer dans un contexte politique tendu en tentant d’enrôler différentes factions par la négociation, la ruse, voir pas intéressement bassement matériel, afin de lever une armée.

Un glossaire, les références de jeu (afin de retrouver, en pleine partie, toutes les règles résumées sans feuilleter l’ensemble du livre), un index et les feuilles de personnages terminent cet ouvrage.

Recueil de 3 scénarios "Massacre en Ferelden"

Ce livre de 130 pages regroupe 3 scénarios (de 40 pages chacun environ) conçus pour être joués par le même groupe de personnages, en suivant leur évolution, du niveau 1 à 5. En fin de manuel se trouve des amorces d’évolution de cette mini-campagne que le MJ pourra étoffer à sa guise selon les réussites et choix des PJ. Ces scénarios sont vraiment très bons, enchainant des situations et des lieux originaux. Un modèle du genre.

"La Rage ambrée" est une maladie mythique qui semble avoir infesté plusieurs villageois après une attaque de brigands. Les PJ seront donc envoyés à la recherche du remède, à base de moussombre, une herbe rarissime que l’on ne trouve que dans une mystérieuse grotte des Terres sauvages de Korcari.

Dans "Le Repaire des Aigles" les PJ devront affronter le froid des Dorsales de givre afin de retrouver une jeune noble dont le père a été assassiné.

"Une toile si fragile" tisse des intrigues politiques au sein de Dénérim, la capitale de Férelden. Que cache les élans de générosité du bann Nicole Baranti qui a acquis une réputation de mécène des désœuvrés ? Imaginons même que nos PJ le découvre, comment pourront ils s’opposer à cette figure de la ville ?

Recueil de 3 scénarios "Aventures en Ferelden"

Ce livre de 90 pages regroupe 3 scénarios indépendants (de 30 pages chacun environ). Ils sont de même facture que ceux du livre précédent. Profonds, originaux et très détaillés. Ils demanderont environ 10h de jeu chacun.

"Passés ensevelis" pourrait prendre place juste après "Une toile si fragile" (la dernière aventure de "Massacre en Ferelden").

"La Malédiction Dalatienne" était initialement proposée comme une aventure d’initiation dans la boîte de la version originale américaine. Elle est ici traduite et remise à jour . Elle pourra servir comme le début d’une campagne que le MJ pourra étoffer. En voyage à la frontière entre Férelden et la forêt de Bréciliane, les PJ tombent sur une scène de massacre dans une ferme des environs, seule survivante, une elfe dalatienne que les habitants du village désignent comme responsable d’attaques mystérieuses. Eshara, l’elfe blessée, explique que ses semblables sont en fait victime d’une chose terrible, tapie dans la forêt toute proche.

"Un bann de trop" fait suite au scénario précédent. Un commanditaire charge les PJ d’une mission : débusquer et exterminer les hors-la-loi qui ont commis le massacre précédent. Mais que cache tout cela ?

Les autres éléments et accessoires issus de la campagne de financement :

L’indispensable écran de jeu et son scénario, un set de dés décorés, seront aussi disponibles. Des aides de jeu, scénarios, et les cartes de Ferelden et de Thédas, inclus dans le pack de financement initial seront surement, quant à eux, téléchargeables gratuitement, à terme.

Et en parlant de pack de financement, il est sans doute encore temps de craquer et de vous ruer sur le late pledge (autre nom d’une précommande tardive) afin de vous procurer tout cela à prix préférentiel sur le site de l’éditeur, ici : https://www.black-book-editions.fr/produit.php?id=4706

Verdict :

Avait-on besoin d’un énième JdR Médiéval fantastique ? En effet, il est légitime de se poser la question car, et l’énorme Pathfinder (dérivé de D&D 3ème édition, en français du même éditeur) et Donjons et Dragons 5ème édition (toujours distribué par Black Book) se partageaient déjà la part du lion. Et que dire de la 3ème et dernière mouture en date de Warhammer ? Et bien OUI, il y avait encore de la place. La raison en est que Dragon Age est rattaché à une licence forte, qui, dans ses versions en jeu vidéo a pu complètement relancer le genre du RPG à son époque, jusqu’à devenir la nouvelle référence. Le lancement du JdR, dont les règles ont été condensées en un seul livre, est plus que judicieux. Il s’inscrit ainsi dans une autre voie que ses concurrents. Un jeu qui se veut à la fois complet, simulationniste dans les phases de combat et l’évolution des personnage mais qui se veut surtout rendre le plaisir des parties de jeux vidéo. Il plaira donc à la fois aux fans du jeu initial et à ceux qui ne voudront pas investir dans 45 livres différents pour avoir une idée de la moitié des possibilités du jeu.

Il ne manque plus qu’une longue campagne pour notre plaisir à tous. Mais je suis certain que chaque MJ trouvera l’inspiration pour proposer à ses joueurs des parties endiablées en attendant l’édition, un jour, peut-être d’une campagne officielle, en plus des nombreux scénarios, de très bonne facture, qui seront proposés lors de la sortie du JdR de Dragon Age.

Fiche technique :
Type : Gamme de Jeu de Rôle
Format : Grands livres (papier et PDF)
Auteur(s) : Chris Pramas
Editeur : Black Book Editions
Disponibilité annoncée de la version papier en magasin : Indéterminée
Edition Française : Oui



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Blackwood : La critique du jeu plein de magie
Tahala : Le Livre-monde pour vos parties de jeux de rôle
Twelve Heroes : La critique du jeu de cartes - à essayer (...)
Les éditions Makaka : Les Bandes Dessinées Dont Vous Êtes Le (...)
Klip’n Play : Des décors cartonnés pour jeux et (...)
Charmed : La bande annonce du Reboot
Les soirées de Carolina : Le Prix Carolina
Blackwood : La critique du jeu plein de magie
Netflix - Bandes annonces : 20 mai 2018
Fahrenheit 451 : La review du film HBO / OCS
Solo- A Star Wars Story : Rotten Tomatoes donne sa note et 4 (...)
Trailers voDvd & co : 19 mai 2018
Le cerveau des enfants : La critique
Le Manoir de Paris : La crypte maudite, l’Escape (...)
Tahala : Le Livre-monde pour vos parties de jeux de rôle