177 connectés

This War of Mine : La critique du jeu de plateau pour vivre la guerre du côté des victimes

Date : 12 / 02 / 2018 à 10h00
Sources :

Unification France


Description :

This War of Mine : le Jeu de Plateau est un jeu coopératif s’inspirant du génial jeu éponyme sorti sur PC en 2014. Vous voici à Pogoren, une ville qui est le théâtre d’une guerre, une bourgade assiégée, à moitié en ruines. Vous n’appartenez à aucun des deux camps. Vous n’êtes qu’un habitant, une victime collatérale. Vous n’avez rien demandé à personne, les enjeux du conflit vous dépassent, vous ne voulez qu’une chose... survivre en attendant la fin de la guerre.

Vous incarnez un groupe de civils pris au piège d’une ville assiégée et déchirée par les combats. Pendant la journée, vous vous abritez dans un immeuble en ruines, que vous tentez d’entretenir et d’améliorer : enlever les décombres, fouiller dans les différentes pièces, construire des lits, des ateliers improvisés, des outils, de petits pièges, cultiver un potager, réparer les installations bombardées, renforcer la sécurité de votre abri et, etc.

Dans This War of Mine, à la nuit tombée, il faut garder votre abri et préserver vos possessions des bandits et des pillards. D’autres partiront explorer des lieux en constante évolution, disséminés dans la cité, à la recherche de ressources (Matériaux, Nourriture, Médicaments, Équipement, etc.). Ce faisant, vous croiserez des dizaines de personnages, chacun avec une histoire unique (résidents des lieux que vous visitez, voleurs, bandits, soldats, victimes de la guerre, réfugiés, voisins, commerçants et membres des communautés locales), chaque rencontre est une aventure unique.

Il vous faudra survivre jusqu’à la fin des hostilités. This War of Mine : le Jeu de Plateau est une expérience coopérative jusqu’à 6 joueurs, avec une variante solo. Cette version sur table enrichit considérablement l’univers du jeu original et met l’accent sur l’intrigue et le narratif grâce à un système unique de scripts. Une sorte de mélange entre jeu de société et jeu vidéo, qui devrait enchanter plus d’un survivant en devenir.

Vivez la lutte pour la survie de civils confrontés à une guerre aveugle et sans merci. Plongez dans un univers immersif où chaque jour et chaque nuit seront une nouvelle aventure palpitante  !

Le visuel de la boîte et son contenu :

L’illustration faciale est d’un gris poussiéreux, et l’on entre, grâce à elle, directement dans l’atmosphère du jeu, un jeu très sombre. Cette boîte contient : Un Journal (les règles), Le Livre des Scripts, une Feuille de 2 scénarios (rescto verso), un bloc de Fiches de sauvegarde (recto verso, pour le mode simple et le mode avancé), 1 plateau de jeu (immense, recto verso, pour le mode simple et le mode avancé, il représente l’abri et toutes ses pièces, vu de profil, comme dans le jeu vidéo, et fournit l’emplacement de chaque type de cartes), 4 socles en plastique de couleur pour bien différencier les figurines, 12 figurines en plastique (non peintes, bien sculptées), 4 dés en plastique (1D10 et 3 dés spéciaux pour les combats, désarmé, à l’arme blanche ou aux armes à feu), 200 cartes (évènements, personnages, visiteurs, raids de nuit etc...) , 186 pions (tout ce que l’on peut trouver dans le jeu, de l’alcool frelaté aux bandages, en passant par des lames de scie ou de la nourriture), 33 marqueurs en plastique (les ressources : eau, bois, composants). Le fond thermoformé sert de distributeur de pions pendant la partie et sert à ranger tout cela à la fin pour une installation plus simple ensuite. Le tout est de bonne qualité.

Le déroulement d’une partie :

Les règles ne sont pas simples, mais leur apprentissage est facilité par le livre de règles (bien expliquées) et sa découverte pas à pas. On commence à mettre le jeu en place dès la première page, et à commencer à jouer juste après, en suivant l’explication des phases et en se reportant aux FAQ si besoin. La première partie vous permet donc d’apprendre l’ensemble des règles et situations, en douceur. Au bout de quelques tours, la partie sera ainsi beaucoup plus rythmée étant donné que celles-ci seront assimilées.

Sachez tout d’abord que ce jeu est coopératif, vous jouez tous ensemble et tentez de survivre à la guerre comme l’indique une carte Objectif final (notez que cet objectif pourra être différents lors des extensions ou scénarios à venir). Vous aurez aussi tiré en début de partie des objectifs secondaires (comme fournir de l’eau à d’autres survivants). Un joueur est désigné comme joueur actif au tout début, mais cela change très souvent au cours de la partie (par exemple après tous les personnages ait joué leur première action). Celui-ci a le dernier mot lors de la décision de la tactique à employer. Bien entendu, il est grandement conseillé de se mettre d’accord entre tous les joueurs.

La première phase a lieu durant le Jour : Les actions y sont multiples, explorer les lieux, déblayer les gravats (nécessite une pelle ou 2 personnages sur le même lieu), ouvrir les portes (nécessite un crochet), construire un coin de bricolage sur une case vide (nécessite des composants divers) etc... en claire il faudra gérer votre abris (et le faire bien). Chaque action entreprise vous demandera de révéler la carte s’y trouvant avec un grand nombre d’effets possibles (trouver des ressources par exemple). Le nombre d’action de jour par personnage (que le joueur actif choisira pour tous les personnages) est fonction du niveau de fatigue, de faim, de maladie, et de moral de chacun. Il vous faudra donc aussi soigneusement prendre garde à tout cela. En fin de journée (phase de crépuscule), chaque personnage n’ayant pas bu d’eau devra augmenter sa faim ou son mal-être (au hasard sur un jet de dé), mais pourra aussi consommer des aliments pour contrecarrer ces effets.

Durant la phase nocturne, on choisira qui, parmi les personnages, restera pour garder l’abri, qui dormira (pour perdre de la fatigue) et qui partira collecter. La phase de collecte qui suit vous demandera de résoudre des cartes d’évènements une à une en partant fouiller un autre lieu (un hopital, un garage etc...) afin de trouver des ressources et objets, tout en faisant attention à ce que les habitants de ce lieu ne vous trouvent pas (il y a une jauge de bruit que les cartes d’évènements vous demande d’augmenter petit à petit). Pourtant, si vous rencontrez des habitants, ceux-ci ne sont pas forcement hostiles et vous pourrez même commercer avec eux, en fin de phase de nuit vous choisirez quelles trouvailles vous ramènerez à votre avis, votre sac à dos étant limité.

Pendant ce temps, à votre abris, on résout la phase de raid de nuit en tirant une carte de cette pile. D’autres survivants auront peut-être attaqué celui-ci. Le personnage de garde pourra se défendre avec son dé spécial en rapport avec l’arme qu’il possède (plus ou moins efficace). Il subira peut-être des blessures et des objets de votre inventaires pourront être volés.

De retour à l’aube, tout le monde pourra se soigner (si vous avez des bandages et médicaments), vous piocherez une carte "Destin" (un évènement se produit), puis une carte narrative (une petite histoire). Ainsi se termine le premier tour.

Ajoutez à tout cela un compteur de froid, la possibilité d’affronter des ennemis lors des collectes, des prouesses à récolter après chaque combat, des dizaines d’objets à fabriquer, à réparer, faire pousser (d’un réchaud à un établis, en passant par des balles et des médicaments), des pouvoirs spéciaux évolutifs pour vos personnages et des ressources à collecter pour "payer" tout cela, et vous comprendrez vite que les possibilités sont gigantesques.

Mais ce n’est pas tout, car il y a aussi le carnet de scripts. Voyez cela comme un livre dont vous êtes le héros, une suite de chapitres dont la lecture est déclenchée par des évènements en jeu. Chaque chapitre contient un petit texte d’ambiance et souvent un tirage de dé à faire pour passer à un autre chapitre (si vous rencontrez quelqu’un, par exemple, il pourra soit passer un peu de temps avec vous, soit vous attaquer, soit être prêt à commercer). L’ajout de ce carnet de script est un ajout magistral qui apporte énormément à l’ambiance (les textes d’histoire), et au renouvellement de chaque partie.

Le verdict :

Le jeu vidéo était déjà une merveille, mon coup de cœur de l’année dernière et le reproduire, sans le trahir, était, il me semblait, impossible. Je m’étais lourdement trompé. En effet, l’adaptation en jeu de plateau est (et je l’annonce dès maintenant), le jeu de l’année. La tactique est profonde, comme bon nombre de jeux de gestions de ressources, mais celui-ci réussit là où aucun autre ne l’avait fait. L’ambiance est à couper au couteau, épaisse et nostalgique, comme dans le jeu vidéo, ce qui lui vaut ce classement incroyable d’être destiné à un public de 18 ans et plus ! Les textes narratifs des cartes et surtout du carnet de scripts apportent à cette ambiance unique un côté languissant, voir moralement effrayant. Ajoutez à cela qu’une application est disponible sur iOS et Androïd avec musiques d’ambiance et aide au jeu et aucun joueur ne pourra en sortir indemne. Car en effet, le thème, la guerre vue de l’intérieur, par des personnes qui ne sont pas des guerriers marquera, à n’en point douter, les joueurs qui réfléchissent un peu et ont une sensibilité supérieure à celle d’une cuillère en bois. Le contenu et la diversité du jeu est déjà immense ainsi, mais imaginer qu’il est prévu d’autres cartes, d’autres scénarios, d’autres personnages et surtout d’autres carnets de scripts, cela donne le tournis. Jetez-vous sur ce jeu. Vous ne pourrez pas être déçu.

Fiche technique :
Type : Jeu de plateau coopératif.
Format : Boîte de jeu
Auteur(s) : Michal Oracz et Jakub Wisniewski
Editeur : Edge
Nombre de joueurs : 1 à 6
Age des joueurs : 18 ans et plus
Durée moyenne d’une partie : 45-120 minutes
Edition Française : Oui
Extensions disponibles : Oui mais avec la version kickstarter
Prix habituellement constaté : Moins de 70 euros


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Kero : La critique du jeu de plateau qui sent le kérosène
Tiny : La critique du jeu de rôle
Faust Commando : La critique du Jeu de Rôle jusqu’au bout (...)
Hexagon Universe : La critique du JdR inspiré de la BD populaire (...)
New York 1901 : La critique du jeu de plateau
Captain Marvel : Enfin la première bande annonce
Star Trek : Rainn Wilson tease le retour d’Harry (...)
Doom Patrol : Robotman se montre
Le retour de Mary Poppins : La nouvelle bande annonce
Climax : La critique
The Conjuring 3 : Des dates pour le nouveau film
L’Étrange Festival 2018 : Un bilan bien étrange
Kero : La critique du jeu de plateau qui sent le kérosène
Emmys 2018 : Les gagnants
Bandes Annonces & Co : 18 septembre 2018