188 connectés

The Counterpart : Review du premier épisode

Date : 25 / 01 / 2018 à 12h00
Sources :

Unification


Quand on est fan de séries, vous avouerez qu’il est de plus en plus difficile de savoir quelle série commencer, tant l’offre actuelle est pléthorique. Du coup, le critère discriminant qui m’aura poussé à m’intéresser à Counterpart est la présence de l’immense J.K. Simmons. Que ce soit en leader Nazi enfermé dans une prison expérimental (Oz), en rédacteur en chef irascible du Daily Bugle (Spiderman 1,2 et 3) ou encore en professeur de Jazz autoritaire voire sadique dans Whiplash, Simmons m’a toujours épatant dans sa façon de jouer. Souvent cantonné aux seconds rôles, le voir en tête d’affiche d’une série était donc pour moi un irrépréhensible appel à la regarder et à la vue de cet épisode d’introduction, je ne suis pas du tout déçu.

Je pense que pour savourer au mieux les twists de ce premier épisode de Counterpart, il y a certains éléments majeurs qu’il ne vaut mieux pas révéler (et donc mieux vaut ne pas regarder la bande-annonce ci-dessous sous peine d’être spoilé). À vrai dire peut-être vaudrait-il même mieux en savoir le moins possible histoire de savourer pleinement l’intrigue. On se retrouve donc plongé dans un récit d’espionnage digne des œuvres de John le Carré (Un homme très recherché, La Taupe...) avec différents protagonistes dont on ne saisit pas vraiment le sens de leurs actes. De même, on ne sait pas très bien à quelle époque se déroule l’action avant un bon moment, ni le contexte géopolitique qui place le récit au cœur de l’Allemagne.

Au milieu de cela, nous avons Howard Silk, joué par Simmons, un modeste employé d’une agence bureaucratique méprisé par sa hiérarchie et qui va se retrouver bien malgré lui embarqué au cœur de la traque d’un criminel aux motivations pour l’instant très floues.

Il faut avouer que les 20 premières minutes de ce premier épisode déstabilisent, tant on ne comprend pas du tout ce qui est en jeu. Cependant, la réalisation efficace de Morten Tyldum (Passengers, Imitation Game) parvient à nous donner envie de découvrir les tenants et les aboutissants de l’intrigue. Lorsque celle-ci finit par dévoiler son vertigineux climax, les amateurs de science-fiction, car c’est bien à ce genre qu’appartient Counterpart, seront conquis. Sans en dire trop, de passionnantes questions sur les ce qui fait l’identité d’un individu (son A.D.N ou ses choix ?) se posent de la plus brillante des manières. Et c’est là qu’intervient l’immense talent de J.K. Simmons dont l’interprétation incroyablement subtile illustre à merveille tous ces questionnements : il faut le voir pour le croire !

Ajoutez à cela le générique d’ouverture sublime, une bande son orchestrale envoûtante et la multitude de questions qui se bousculent à l’issue du cliffhanger de fin d’épisode et vous obtenez la série la plus prometteuse et intrigante de ce début d’année ! J’ai vraiment hâte de découvrir la suite et j’espère que le contenu de cette première saison saura se montrer à la hauteur de l’immense talent de son interprète principal !

EPISODES

- Titre : The Crossing
- Date de première diffusion : 21/01/2018 (Starz) - 22/01/2018 (OCS)
- Réalisateur : Morten Tyldum
- Scénariste : Justin Marks

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Le Bon Apôtre : La review du film Netflix
Un 22 juillet : La review du film Netflix
Doctor Who : Review 11.01 The Woman Who Fell to Earth
Manifest : Review 1.03 Turbulence
The First : Review des épisodes 1 à 6
Star Wars 9 : Encore plus de place à l’improvisation
Avengers 4 : Une description de bande-annonce trop belle pour (...)
Iron Fist : La réaction de Finn Jones à l’annulation de la (...)
Men in Black 2 : Tessa Thompson et Chris Hemsworth dans le (...)
Watchmen : La première image teaser de la série HBO de Damon (...)
Les Animaux Fantastiques - Les Crimes de Grindelwald : Nouvelle (...)
Futur immédiat, Los Angeles 1991 [DVD / Blu-Ray] : La (...)
Runaways : Première affiche pour la saison 2
Bamse au pays des voleurs : La critique
Pavillon Noir 2 : L’énorme gamme de JdR enfin en (...)