368 connectés

Verónica : La critique

Date : 20 / 01 / 2018 à 12h00
Sources :

Unification


Veronica est un film d’horreur espagnol se basant sur la seule enquête policière du pays ayant conclue que des éléments paranormaux et inexplicables se sont déroulés.

Dans les années 90, à Madrid, une adolescente de 15 ans décide d’utiliser une planche de Ouija avec ses amies lors d’une éclipse afin de contacter son défunt père. Mais tout ne se passe pas comme prévu et un esprit peu sympathique va s’installer dans l’appartement de la jeune fille.

Le film ne présente pas de scènes gores ou atroces, mais instille progressivement une angoisse et un malaise horrifique alors que la situation devient de plus en plus compliquée à gérer et que le climax de cette terrible histoire s’approche.

L’atmosphère du long métrage est particulièrement réussie et certaines séquences pourraient faire sursauter les personnes les plus sensibles. L’utilisation classique de la musique, très bonne composition de Chucky Namanera, et des sons renforcent la sensation d’inconfort du spectateur, d’autant que de nombreux éléments se passent hors champ.

Les acteurs, surtout les enfants, sont très bons. La prestation de Sandra Escacena est formidable et cette dernière livre une interprétation attachante, tout en montrant avec talent la dégradation de sa psyché suite aux horreurs que son personnage vit.

Dans une ambiance années 70 très réussie que le réalisateur Paco Plaza capte fort bien, ce dernier maitrise complètement son long métrage. Certes, il reste classique avec les scènes attendues de ce genre. Mais les mouvements de la caméra, les longs plans-séquences et les trouvailles visuelles fonctionnent très bien. Certaines séquences sont visuellement vraiment intéressantes et restent longtemps à l’esprit.

Veronica est un film d’horreur très agréable à découvrir. La destinée terrible de cette jeune fille, dont l’œuvre s’inspire, plane sur un film crépusculaire et poignant qui ne relâche l’attention du spectateur que sur un final émouvant.

Avec un nouveau film de genre abouti, le cinéma ibérique renaît de ses cendres après avoir été durement frappé par la crise de 2007 et avoir en très grande partie disparu de nos écrans. Cette nouvelle lignée de jeunes réalisateurs laisse augurer des longs métrages passionnants à venir. En attendant, faites-vous plaisir sur cette Veronica à la très belle réalisation, la musique bien utilisée et l’interprétation réussie.

Touchant et stressant.

SYNOPSIS

À Madrid, après avoir participé à une séance de spiritisme avec ses amies, une jeune fille est assaillie par des créatures surnaturelles qui menacent de s’en prendre à sa famille.
Le seul cas d’activité paranormale officiellement reconnu par la police espagnole.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 50
- Titre original : Verónica
- Date de sortie : 24/01/2018
- Réalisateur : Paco Plaza
- Scénariste : Fernando Navarro, Paco Plaza
- Interprètes : Sandra Escacena, Bruna González, Claudia Placer, Iván Chavero, Consuelo Trujillo, Ana Torrent, Ángela Fabián, Carla Campra
- Photographie : Pablo Rosso
- Montage : Martí Roca
- Musique : Chucky Namanera
- Costumes : Vinyet Escobar
- Décors : Javier Alvariño
- Producteur : Apaches Entertainment, Expediente La Película A.I.E.
- Distributeur : Wild Bunch Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Verónica



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Les vieux fourneaux : La critique
BlacKkKlansman - J’ai infiltré le Ku Klux Klan : La (...)
Silent Voice : La critique
Papillon : La critique
The Intruder : La critique
Star Trek Discovery : Les promesses de Wilson Cruz pour la saison (...)
Star Wars Resistance : La bande-annonce de la nouvelle série (...)
Ant-Man et la Guèpe : Les concept-arts de Ghost - première (...)
Les vieux fourneaux : La critique
Trailers voDvd & co : 20 août 2018
Stars 80 la suite : Les résultats du concours
Ki-oon : Les sorties d’août 2018
Confort de jeu : Une sélection de tapis
Bandes Annonces & Co : 20 août 2018
Star Trek : Ronald D. Moore parle de Star Trek, de la fatigue de (...)