129 connectés

Star Wars - Les derniers Jedi : Neal Scanlan parle des créatures du film (SPOILERS)

Date : 07 / 01 / 2018 à 14h00
Sources :

Collider


Après tant de secret avant le lancement du film, maintenant que Star Wars : Les derniers Jedi est sorti en salles, il y a tellement d’aspects du film à discuter et à admirer, que ce soit la narration, les personnages, la production, les effets visuels, des créatures, des costumes ou tout nombre infini de choses qui doivent tomber exactement comme il faut, comme des pièces d’un puzzle, pour faire un film fini. Collider a récemment eu l’occasion de discuter avec le créateur de créatures Neal Scanlan à propos de la création de certaines des espèces qui peuplent ce monde, à la fois par l’animatronique pratique et par les CGI.

Au cours de cet entretien rempli de spoilers, Scanlan a parlé de la pression supplémentaire de travailler à nouveau sur film de la franchise Star Wars, en collaborant avec un réalisateur aussi aventureux que Rian Johnson. les défis du travail avec des animatroniques et des marionnettes dans des lieux et des environnements réels, la relation entre les Porgs et Chewbacca, s’arranger pour que la scène du lait fonctionne, l’importance de pouvoir interagir avec les Fathiers, et pourquoi ils voulaient revenir au moule original pour Yoda.

Quelle est la plus belle pièce que vous avez en votre possession, une de vos propres créations ?

Mon dieu ! C’est une question sympa ! J’ai de très belles répliques qui ont été faites, de Rey avec BB8. Pour moi, ce sont les plus cool parce que j’apprécie l’art qui entre en compte dans leur création. Ils sont magnifiquement sculptés, ils sont magnifiquement peints et ils sont magnifiquement présentés, et j’apprécie vraiment cela. Cool n’est pas le mot à utiliser. Ils sont juste à mourir. C’est le genre de choses où les artistes en dehors des artistes avec lesquels je travaille, se donnent à fond, et je pense que ce sont de beaux modèles et de belles créations.

Chaque film a ses propres défis, mais les enjeux sont-ils plus élevés parce que c’est Star Wars ? Ressentez-vous une pression supplémentaire, en plus de terminer un projet avec succès ?

Absolument ! Dès le début, quand nous avons commencé à parler avec J.J. [Abrams] et Kathleen [Kennedy] sur ce qui fait d’un film de Star Wars un film Star Wars, et en essayant d’identifier les ingrédients de base, nous espérons avoir réussi à identifier ceux-ci, pour qu’ils deviennent votre responsabilité à créer. Chaque fois que nous avions des conversations, et nous parlions avec Rian [Johnson], c’est toujours à l’arrière-plan. Notre défaut est de nous replier et de dire : « Est-ce que c’est vrai dans le monde de Star Wars ? » J’ai toujours l’impression que le monde de Star Wars est familier parce que ce n’est pas complètement un autre monde. Il y a tellement de références à notre monde qu’il nous maintient engagés et nous permet de nous sentir comme si nous faisions partie du voyage. Les choses ne sont pas si inconnues que nous ne puissions pas les atteindre et les toucher. C’est très important pour nous. C’est une énorme responsabilité car il est si facile de laisser votre propre enthousiasme artistique ou ego s’emparer de vous, et vous n’êtes pas autorisé à le faire sur un film Star Wars. Vous êtes un gardien de cette histoire bien-aimée.

Lorsque vous-vous êtes rendu compte de ce que vous deviez faire pour Les derniers Jedi, y avait-il une chose spécifique à faire qui vous a rendu nerveux ?

Rian est un réalisateur très aventureux. Nous avons pris des animatronics et des marionnettes sur les lieux de tournage en extérieur, et nous tournions sur une île dans les conditions météorologiques de l’endroit. Cela vous sort de votre zone de confort. Vous n’êtes pas dans un studio de cinéma où votre structure de soutien et votre atelier sont à proximité, et vous pouvez construire des plates-formes et des choses spécifiques. Nous devions penser comme une équipe de guérilla et travailler très efficacement, en utilisant l’environnement naturel où nous pouvions. Rian avait ce désir d’aller faire cela dans un endroit réel avec de vrais effets pratiques, c’était donc un défi.

Est-il plus difficile d’avoir des créatures différentes qui interagissent entre elles, ou avec des humains ?

C’est compliqué dans les 2 cas. Quand une créature réagit avec une créature, nous contrôlons la situation. Nous pouvons répéter cela et il n’y a pas de surprises. Mais dès que vous amenez un acteur ou une actrice dans le jeu, les choses deviennent un peu plus spontanées et vous devez être spontané avec votre performance. Vous devez permettre à la personne de se sentir libre, afin qu’elle ne soit pas contrainte par les effets. L’idée générale est qu’ils devaient avoir l’impression d’agir envers une contrepartie normale, alors nous faisons beaucoup d’efforts. Nos marionnettistes sont choisis et ils répètent, afin qu’ils puissent présenter les choses sur le plateau avec une contrepartie réelle. C’est aussi pour le réalisateur, pour que Rian ne les regarde pas comme s’ils étaient extraordinaires. Ils sont un autre membre de la distribution et de l’équipe. Nous entrons tranquillement et faisons ce que nous faisons, et nous disparaissons discrètement, juste de la manière dont la plupart des acteurs et des actrices le font.

Il y a une variété de créatures différentes dans ce film. Y a-t-il des créatures que vous avez créées, mais qui ont ensuite été mises au rebut et que vous n’avez pas pu utiliser ?

Non. Nous passons par un long processus de conception, qui est vraiment un mariage créatif entre le réalisateur, qui était Rian et nous. C’est une façon de se connaître, et certainement ma façon de savoir comment le réalisateur voit son film et son univers. La plupart des moments x-factor, comme nous les appelons, se produisent très tôt, dans le processus. Nous avons mis toutes les conceptions pour un groupe particulier de personnages ou une scène particulière dans le film, et Rian suivait avec ses Post-It. Chaque personnage qui recevait son Post-It, passait au tour suivant. Au moment où nous sommes arrivés à la fin du processus, nous connaissions les personnages que nous allions faire et ceux qui allaient être utilisés dans le film. Qu’ils finissent dans le film est un jeu de roulette, avec la durée et l’histoire. Tout cela fait partie du montage. Je suis toujours un peu inquiet quand je vais voir les choses sur lesquelles j’ai travaillé parce que je ne suis jamais tout à fait sûr de ce qui est arrivé jusqu’au montage final.

Pouviez-vous imaginer que le concept des Porgs marche aussi rapidement et qu’ils deviennent instantanément une sensation ?

Nous l’espérions. Nous avons fait beaucoup d’efforts pour essayer de les rendre aussi captivants que possible. Nous avons fait beaucoup, beaucoup de Porgs pour un Porg, de sorte que vous puissiez avoir un Porg triste, un Porg heureux et un Porg anxieux. Nous les avons sculptés et emplumés pour que vous vous engagiez émotionnellement avec eux, à ce niveau. Nous étions également un peu inquiets de trop franchir la ligne. Si nous les avions rendus trop enfantins, nous aurions peut-être perdu un public plus large. Donc, je suis absolument ravi qu’ils aient été accueillis chaleureusement par tout le monde. C’est incroyable ! À la fin du tournage, je voulais emmener un Porg et vivre avec.

Avez-vous déjà pensé que les Porgs pouvaient être trop mignons ?

Oui. C’était une énorme inquiétude. Je savais qu’il y aurait toujours des opinions qui seraient partagées, mais il y a une ligne fine dans Star Wars, où si vous ne faites pas attention, ça peut basculer. Je savais que si les gens leur répondaient si bien à partir des bandes-annonces, ils continueraient à leur répondre ainsi, dans le film. Je ne crois pas qu’ils aillent vers le trop mignons ou le trop burlesque. Ils sont restés crédibles pour moi. Ils pourraient presque être les petites créatures qui vivent dans votre jardin.

Qu’est-ce qui fait en particulier que les Porgs et Chewbacca soient des âmes-soeurs ?

Nous étions très conscients que Rian voulait un moment pour montrer qu’il pouvait y avoir de l’amitié entre d’autres espèces. Ainsi, l’un des Porgs a été conçu spécifiquement pour avoir des similitudes avec le Wookie, la façon dont ses plumes étaient colorées et la forme du crâne. Quand ils se rencontrent pour la première fois, ils se voient l’un dans l’autre. L’idée de cette camaraderie et de cette amitié est parce qu’ils voient des qualités les uns dans les autres, ce qui est une belle chose à imaginer. Chewie a un très bon caractère. Il a des réactions spontanées à tant de choses, et c’est la première fois que nous avons poussé quelques boutons dans la portée émotionnelle de Chewie. Ce petit Porg a réussi à faire quelque chose que personne d’autre n’a jamais fait, et faire ressortir une qualité de Chewie que nous n’avions jamais vue auparavant.

Parlons de cette scène de avec Chewbacca qui a fait cuire un Porg au feu. Y a-t-il eu beaucoup de discussions pour savoir à quoi ressemblerait un Porg roti, et vous êtes-vous jamais inquiété de la réaction des gens ?

Il y a eu des discussions interminables. C’est une scène très difficile. Il était si important pour Rian d’obtenir cette connexion, aussi rapidement que possible, mais il y avait aussi un certain élément de ne pas le rendre trop graphique. L’une des raisons pour lesquelles nous avons fait les Porgs, essentiellement pratiques, est que nous voulions nous engager dans ce monde de la marionnette et du théâtre. Pour ce petit moment de vignette, nous étions vraiment à l’écoute de tous les enfants. Nous avions l’impression que l’idée était d’avoir quelque chose qui avait l’air un peu comique et Looney Tunes était la voie à suivre. Nous l’avons eu sans devoir être trop gratuit.

Quelles ont été les réactions de Mark Hamill et Daisy Ridley, la première fois qu’ils ont vu les Porgs avec lesquels ils interagiraient ?

Ce qui se passe, c’est que les marionnettistes qui les exécutent sont en costume vert avec des tiges vertes, et ils portent même des capuchons verts, de sorte que vous ne pouvez pas voir leurs yeux ou quoi que ce soit. Vous oubliez très vite qu’il y a un marionnettiste là-bas et vous commencez à vous engager avec eux comme de petites marionnettes. Comme avec n’importe quelle marionnette, les marionnettistes sont géniaux à improviser, un peu. Nous essayons toujours de maintenir la personnalité, même lorsque les caméras ne fonctionnent pas. C’est amusant de le faire. Par exemple, nous pourrions plaisanter avec Joonas [Suotamo], qui joue Chewie, ou nous bavarderions un peu avec Mark, et ensuite vous iriez dans le moment. Il s’agit de la performance et nous voulons qu’ils s’engagent avec eux, non pas en tant qu’effet visuel, mais en tant que personnage, de leur propre chef. Ils sont un effet visuel, par la nature de ce que nous faisons, mais nous voulions que les acteurs et les actrices sentent qu’ils ne sont qu’un autre membre de la distribution et qu’ils n’ont rien de spécial, même s’il y a quelque chose de spécial.

La scène avec Luke Skywalker obtenant le lait de l’une des Thala-sirènes était vraiment intéressante. Expliquez-nous le cheminement, de la création de la créature au moment de sa mise en place sur le tournage ?

C’était quelque chose que Rian voulait filmer sur place, pour de vrai. En fait, nous avons construit cette marionnette animatronic à Pinewood, nous l’avons amené à ILM, et nous l’avons ensuite transporté sur l’île en hélicoptère. Une fois sur place, nous avons enfermé deux marionnettistes à l’intérieur. La tête s’ouvre un peu, deux marionnettistes sont entrés, nous avons remis la tête en place, et nous l’avons scellée avec une bande prothétique. Et puis, il y avait deux marionnettistes qui opéraient les nageoires à l’extérieur, et deux autres marionnettes à l’arrière-plan. Nous étions prêts pour l’arrivée de l’équipe de tournage, et nous avions une fenêtre que nous savions que nous devions ne pas manquer. Il a été conçu pour pouvoir respirer et il y avait un système de distribution de lait, à l’intérieur. Les gars à l’intérieur pouvaient voir ce qui se passait à l’extérieur, à travers des moniteurs et un système de walkie que nous avions, et Mark marchait littéralement, se penchait et pouvait traire sa truie marine. Au fait, ça a fait une délicieuse boisson. Ce n’était pas aussi dégoûtant que ça en avait l’air. Au final, ils ont créé une teinte en infographie pour le rendre encore plus dégoûtant. C’était merveilleux d’être là et de le faire pour de vrai, parmi les éléments.

Vous avez créé les Fathiers, et avec effet , vous avez également créé une version animatronique. Qu’est-ce que cette version vous permettait de faire, que vous n’auriez pas pu faire sans cela, et quelles étaient les limites de cette version ?

La meilleure chose à propos de la construction d’une version animatronique ou pratique est que nous savions que lorsque Rose rencontrait ces Fathiers, c’était une scène vraiment très importante, non seulement pour l’histoire mais aussi pour elle, et nous avons vraiment senti que la meilleure façon de le faire était de le faire avec un effet pratique. Les effets pratiques sont très utiles pour tout ce qui concerne les choses relativement liées au sol. Nous savions que nous ne pouvions pas faire un Fathier grandeur nature évoluant sur une piste de course ou dans les rues de Canto Bight, mais ce que nous savions, c’est que nous pouvions présenter Rose à ces créatures et présenter le public à ces créatures pour de vrai, la première fois, et essayer de construire cette émotion et la connexion entre les deux, sur l’écran. Donc, nous avons construit l’animatronique pour être dans l’ombre à l’intérieur de l’étable, et Rose et Finn l’approchent. Il y avait une version dans un chariot que nous pouvions faire avancer, qui avait une tête animatronique avec des oreilles et des yeux, pour jouer cette scène avec Rose. Une fois que les acteurs ont eu cette image et cette réalité dans leur tête, cela les aide vraiment quand ils vont faire le travail avec les effets plus tard. Quand ils se retrouvent face à une version beaucoup plus réduite devant un écran bleu, ils comprennent toujours la créature à laquelle ils se rapportent. Et puis, nous avons construit une version animatronique entièrement articulée que nous avons pu utiliser pour une partie de ces séquences, pour aider à vraiment vendre la version numérique. Ils ont réussi à monter sur un Fathier grandeur nature mais celui-ci ne courrait pas.

Quel était le processus pour décider du look de Yoda dans ce film ? À quel point était-ce difficile de le rendre pratique, en tant que fantôme de la Force, tout en correspondant aux normes de production modernes ?

Dès le début, la première conversation que j’ai eu avec Rian était : « Mon dieu, ce moment est un cadeau, et nous devons faire de ce cadeau qu’il soit vrai, honnête et absolu pour les fans de Star Wars. » Ce n’était jamais une question de savoir que nous ne ferions pas cela de la même manière que dans L’Empire contre attaque. Ce pourrait être, oserais-je le dire, la dernière fois que Yoda apparaît. Je ne le sais pas à coup sûr, mais ça pourrait l’être. C’est une réunion de tout ce que nous tenons pour vrai. Je pense qu’il est l’un des moments les plus emblématiques de la marionnette dans l’histoire du cinéma. D’avoir Frank [Oz] marionnettiste et être là sur le plateau, il était très clair que nous avons ce respect et revenons en arrière et regardons ce que George [Lucas] avait fait et ce que Stuart [Freeborn] (concepteur de marionnettes) avait fait, et donnez ça aux fans de Star Wars. Nous avons parlé de ne pas le rendre trop transparent. Il est tout d’abord éclairé, puis il devient plus solide à mesure que la séquence se poursuit. Le Yoda que nous aimons et identifions tous est le Yoda qui a eu ce moment intime avec Luke dans L’Empire contre attaque, et nous savions que c’était un moment très intime et très émouvant. Les réunir tous les trois, Yoda, Frank et Mark, était la seule manière d’y parvenir. Donc, nous avons contacté Lucasfilm et ils ont envoyé tous les moules qu’ils avaient. Au fond de la boîte, nous avons trouvé le moule original de la tête de Yoda sculpté par Stuart. Sinon, c’était une reconstruction, en revenant et en regardant de vieux magazines, en versant chaque petit morceau d’information que nous pourrions, et en parlant à Frank autant que nous le pouvions, prodiguant sa mémoire, quant à comment il avait imaginé la fabrication. Il était absolument dans nos esprits d’en faire la réplique la plus proche que l’on puisse faire de la marionnette Yoda. C’était le mantra et c’est ce à quoi nous nous sommes poussés à faire.


Star Wars est Copyright © Lucasfilm Tous droits réservés. Star Wars, ses personnages et photos de production sont la propriété de Lucasfilm.



 Charte des commentaires 


Star Wars Episode 9 : John Williams confirmé pour la (...)
Star Wars - Les derniers Jedi : Neal Scanlan parle des créatures (...)
Star Wars 4 : Le combat réorchestré entre Obi-Wan et Dark (...)
Solo - A Star Wars Story : Ron Howard nous souhaite une bonne (...)
Star Wars Les derniers Jedi : Rogue One et Harry Potter (...)
Avatar 2 : James Cameron distille quelques petites infos de (...)
Altered Carbon : Une nouvelle bande annonce de la série SF (...)
Hard Sun : Review de la Saison 1
The Handmaid’s Tale : La bande annonce de la saison (...)
Catch-22 : Hulu fait équipe avec George Clooney
Chambers : Un nouveau drame surnaturel pour Netflix
Outlive : La critique du jeu de plateau de survie post-apocalyptique
Sons of the Devil : la critique du tome 1
Bandes Annonces & Co : 17 janvier 2018
Star Trek Discovery : Review 1.11 The Wolf Inside