505 connectés

PIFFF 2017 : Jour 2

Date : 07 / 12 / 2017 à 08h30
Sources :

Unification


C’est sur une très bonne première journée que cette nouvelle édition du PIFFF se lance proposant un film en rétrospective, Le maître des illusions projeté pour la première fois en version Director’s Cut, et pas moins de 3 films en compétition.

Le niveau est clairement élevé cette année et il faut saluer la vigueur des films de genre à petits budgets prouvant brillamment avec Dave Made a Maze et The Endless. Comme quoi, un bon scénario, une idée solide, beaucoup de débrouille et des acteurs convaincants peuvent s’affranchir de l’argent.

C’est d’autant plus une bonne nouvelle que ce renouveau du film de genre permet de montrer que l’on peut faire des bon films originaux s’affranchissant des codes 100 fois ressassés de ce que l’on voit en ce moment dans les salles de cinéma.

En complète opposition, le dernier film de la journée, Ajin : Demi-Human, est un blockbuster japonais adaptant un manga célèbre et ayant eu des fonds conséquents. Là aussi, la réalisation et le scénario original le font sortir des rangs et lui donne une véritable chance pour remporter le prix du festival.

Les réalisateurs Justin Benson et Aaron Moorhead étaient présents pour présenter leur film The Endless et vous pouvez retrouver ci-dessous la vidéo de leur présentation et de leurs réponses aux questions du public à l’issue de la projection.

Cette année, cela va être difficile de remettre un prix si la sélection des 7 autres films en compétition reste du même niveau que ceux de la journée. Il est à noter, pour ceux qui l’auraient raté, que The Endless repasse le mardi 12 à 21h30 dans le cadre de la reprise de certains films du Max Linder Panorama.

Labyrinthe, magie, boucle et pouvoirs sont les mots clé de la journée.

14h30 : DAVE MADE A MAZE

Dave, un artiste dont la carrière piétine, se met en tête de construire un fort dans son salon. Problème : une fois à l’intérieur, le jeune homme ne parvient plus à retrouver la sortie et se voit confronté à des pièges et des créatures issus de son imagination.

Avis : Dave Made a Maze est une très agréable surprise. Un véritable OVNI bourré d’imagination et réservant de très nombreuses surprises.

On y découvre un labyrinthe vivant sa propre vie de carton, alors que son concepteur n’arrive pas à le finir et se trouve perdu dedans. Ses amis en essayant de venir à son aide vont compliquer la situation et entre pièges vivants et minotaure au design particulier, les lieux se révèlent vite létaux.

Le réalisateur Bill Watterson filme un huis clos vraiment singulier et envoûtant en entraînant le spectateur dans un monde étonnant et visuellement spectaculaire malgré son budget réduit.

Car, toute l’inventivité vient des décors impressionnants. Ces derniers sont réalisés en papier et carton, tout comme ses habitants, et le rendu visuel est bluffant. De plus, les morts sont vraiment très drôles et jamais vues de cette façon.

C’est donc un film à découvrir sans hésiter. Dommage qu’il passe en début de festival, car les spectateurs ne commencent jamais avec de grosses notes en début de compétition. Il a donc peu de chance de remporter le prix.


16h30 : LE MAÎTRE DES ILLUSIONS

Harry d’Amour est un détective privé spécialisé dans l’occulte. Embauché par la femme d’un célèbre magicien, il est confronté à une secte dont les adeptes prédisent l’imminente résurrection de leur gourou, appelé « Le Puritain »…

Avis : Le maître des illusions est un bon film fantastique de Clive Barker jouant sur la frontière entre illusion et magie alors que le maître d’une secte est appelé à revenir mener à bien ses sombres machinations.

En effet, suite à sa mort à cause de dissidents de son groupe, les adeptes du maître font tout pour le ressusciter en semant des cadavres sur leur chemin.

Scott Bakula est très bon en enquêteur tenace cherchant la vérité et à protéger son employeur. Le long métrage laisse la part belle à des démonstrations de magie qui 22 années après sa sortie restent toujours impressionnantes, grâce à des effets spéciaux qui ont bien vieillis.

C’est la version inédite Director’s Cut à laquelle on a eu droit. En effet, le réalisateur n’était pas d’accord avec la version plus courte qui est sortie et cette nouvelle mouture sera prochainement disponible en DVD en France grâce aux Éditions Le chat qui fume.


19h30 : THE ENDLESS

Deux frères retournent dans la secte qu’ils ont quittée dix ans auparavant après avoir reçu une mystérieuse lettre rédigée par l’un des membres de leur ancienne « famille ». Très vite, des événements inexpliqués vont remettre en cause leurs croyances…

Avis : The Endless est encore une bonne surprise parmi les films de genre sans budget. Si comme le film précédent des réalisateurs, Justin Benson et Aaron Moorhead, Spring Œil d’or de l’édition 2014, il souffre de longueur, l’histoire passe très bien.

Les deux amis ont enfilé plusieurs casquettes sur le long métrage, réalisateurs, scénariste, directeur de la photographie, acteurs, producteurs et ont clairement mis toute leur énergie dedans.

Deux frères décident de retourner passer quelques jours dans la secte de laquelle ils se sont échappés 10 ans plus tôt. Ces derniers vont se retrouver confrontés à d’étranges phénomènes dans une œuvre Lovecraftienne plutôt subtile.

Les rebondissements sont intéressants à découvrir et les effets spéciaux sont bien faits. Justin Benson et Aaron Moorhead utilisent parfaitement les techniques permettant de décrire des évènements horrifiques sans jamais les montrer, apportant un véritable charme à l’œuvre, tout en restant dans un tournage peu onéreux.

L’idée de départ parfaitement exploitée bénéficie d’une bonne interprétation, d’un huis clos anxiogène perdu en pleine nature et d’un véritable savoir faire pour capter l’attention du spectateur.

Présentation du film et Q&A des réalisateurs Justin Benson et Aaron Moorhead :


Bande annonce :


22h10 : AJIN : DEMI-HUMAN

À la suite d’un accident, Kei Nagai, un lycéen lambda, découvre qu’il est un Ajin, un être immortel. Traqué par le gouvernement qui le considère comme un démon, il prend la fuite avec l’aide d’un insoumis…

Avis : Ajin : Demi-Human est un blockbuster japonais adaptant un manga éponyme en 11 tomes, déjà décliné sous différentes formes, séries, longs métrages animés… et traduit en France par les Éditions Glénat.

On y découvre des personnages qui suite à un décès découvrent qu’ils sont immortels. Mis sous la protection du gouvernement japonais, ces derniers servent de cobaye à des expérimentations extrêmement violentes, les faisant « reseté » régulièrement, soit tués pour pouvoir se régénérer en entier.

Ces derniers ont aussi la possibilité de projeter une sorte de matière noire sortant de leur corps qui prend l’apparence de sorte de créatures géantes, invisibles aux humains, mais pouvant les tuer et détruire leur environnement.

Ces capacités de régénération et ces monstres sont particulièrement bien réalisés visuellement et les combats opposant l’État japonais contre les Ajins vengeurs sont très bien chorégraphiés par la même équipe que celle qui s’était occupée des affrontements lors de la formidable trilogie live de Kenshin le vagabond.

Les deux acteurs principaux sont très bons avec Takeru Satoh impeccable dans le rôle principal et Gô Ayano glaçant dans celui de son opposant aux méthodes létales.

Avec ce premier film grand public, le PIFFF change un peu sa politique de film en compétition, ouvrant les votes sur des œuvres moins indépendantes que celles des dernières années. Le prix du public permettra de voir si les petits poucets peuvent lutter contre les gros.

En tout cas, cette adaptation live vaut vraiment la peine d’être découverte et donne franchement envie de lire le manga.


- SITE OFFICIEL
- SITE FACEBOOK



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


PIFFF 2017 : Le weekend
PIFFF 2017 : Le Bilan
PIFFF 2017 : Jour 4
PIFFF 2017 : Jour 3
PIFFF 2017 : Jour 2
Star Wars - Les derniers Jedi : En quoi le film diffère du Réveil (...)
Jumanji - Bienvenue dans la jungle : La critique
Apple : La pomme commande une nouvelle série spatiale à Ronald D. (...)
Curiosité : Megan Fox continue de cultiver son sex-appeal pour (...)
Holly Weed : Visite du tournage
Black Lightning : Une nouvelle affiche
Bandes Annonces & Co : 17 décembre 2017
Game of Thrones : Premières infos sur la saison 8
Annihilation : La bande annonce
Wonder : La critique