329 connectés

La Educación del Rey : La critique

Date : 20 / 11 / 2017 à 09h30
Sources :

Unification


La education del Rey dans le texte, est un film d’espoir... qui prône la rédemption par l’effort. L’éducation de Rey consistant en premier lieu à réparer ses torts, selon son mentor.

L’intention est louable mais ne portera pas vraiment chance à ce duo d’hommes courageux. Jeune et vieux se retrouvent malgré leur belle tentative en bien mauvaise posture. Il faut dire qu’ils s’attaquent à plus fort qu’eux...
Pour autant, leurs comportements méritoires vont les lier d’une affection toute particulière qui fera son effet.
Sur le jeune homme on espère qu’il sera des plus bénéfiques. Sur son infortuné bienfaiteur, c’est une autre histoire.
On se demande ce que lui-même cherche à se faire pardonner...

On reste un peu sur sa faim, à la fin... tant il est difficile de savoir ce que cette amitié scellée dans l’adversité aura finalement apporté à l’un et à l’autre.

Le film est lumineux (en dépit des scènes de nuit, parfois macabres) et plein d’optimisme, même si cela n’est pas évident à première vue. La photo splendide.

Les personnages sont attachants et fort bien interprétés. Mis en scène avec une sobriété de bon aloi. Qui colle parfaitement au caractère fermé des deux protagonistes. Qui s’ouvrent mutuellement l’un à l’autre timidement au long d’un processus bien maîtrisé.

L’ensemble est harmonieux et parvient à surprendre un peu, sans choquer. La description d’une "réalité contemporaine en Argentine" douloureuse, qui a inspiré l’auteur, est poignante. Dénonçant la corruption dans une société où la jeunesse, pauvre et influençable se débat pour survivre, il cède à son envie de lui opposer une forme d’initiation salvatrice.

" J’étais d’abord fasciné par les codes de l’enseignement (Hagakure, Dhammapada, codes de la chevalerie médiévales) constitués d’une série de leçons visant à former les chefs et les guerriers." explique-t-il.
En soulignant tout l’intérêt "alchimique" du duo.
Bien plus compliqué qu’il n’y paraît. Il n’y a pas que "le bien" et "le mal"...
Le chemin que suivent les deux hommes les mènent plus loin que l’un vers l’autre, dans un échange libérateur. Emouvant par certains côtés.

Un bon film. Parfois un peu dur, mais sans violence gratuite.
Les images les plus crues servent le propos avec justesse.

Evidemment pas pour tout public, mais intéressant à partir d’un certain âge.
Si la leçon est bien assimilée.
Utile à la réflexion.

Festival San Sebastian 2017 - Horizontes Latino


SYNOPSIS


Le jeune Reynaldo participe à un cambriolage qui tourne mal. En tentant de s’enfuir, il tombe dans le jardin d’un vieux couple. Contre toute attente, le propriétaire ne le dénonce pas à la police mais lui propose un marché. Une relation de confiance fragile s’installe alors entre le jeune homme et son protecteur.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE


- Durée du film : 1 h 36
- Titre original : La educación del Rey
- Date de sortie : 22 novembre 2017
- Réalisateur : Santiago Esteves
- Scénaristes : Santiago Esteves, Juan Manuel Bordon
- Interprètes : German de Silva, Matias Encinas, Esteban Lamothe.
- Photographie : Cecilia Mardorno
- Montage : Santiago Esteves
- Musique : Mario Galvan
- Producteur : Santiago Esteves
- Distributeur : Urban Distribution

LIENS


- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

La educación del Rey



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


A Ghost Story : La critique
Jumanji - Bienvenue dans la jungle : La critique
Wonder : La critique
Ferdinand : La critique
The Florida Project : La critique
Star Wars - Les derniers Jedi : De superbes photos du (...)
Jean-Claude Van Johnson : Review de la Saison 1
A Ghost Story : La critique
Aquaman : Le réalisateur fait le point sur les méchants
Kidnap [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
Frontier : Netflix commande une saison 3
Gene Tierney, une star oubliée : La review
Star Wars - Les derniers Jedi : En route pour battre Le réveil de (...)
Bandes Annonces & Co : 18 décembre 2017
Star Wars - Les derniers Jedi : En quoi le film diffère du Réveil (...)