379 connectés

Bienvenue à Suburbicon : La critique

Date : 03 / 12 / 2017 à 13h00
Sources :

Unification


Suburbicon est une petite ville modèle des années 50 où tout est parfaitement aménagé pour les familles de classe moyenne, à condition de remplir les bons critères. Pourtant, sous ces aspects heureux et lisses, des faits pas bien beaux s’y déroulent...

George Clooney a décidé de mettre en scène un scénario des frères Cohen pour son sixième film. On pourrait s’attendre à une œuvre sortant des sentiers battus, mais il n’en est rien. La réalisation est très classique que ce soit dans les enchaînements de plans ou tout simplement l’utilisation de la musique qui souligne de manière peu discrète les actions. L’histoire qui comporte des rebondissements se laisse cependant volontiers suivre. L’originalité du film tient surtout au contexte dans lequel se déroulent les évènements.

Le film démarre en fanfare avec la présentation publicitaire de la ville de Suburbicon : un petit paradis où des familles des quatre coins du pays sont venues s’installer. La représentation graphique de l’époque, les 50’s, est très colorée avec robes pastel et grosses voitures typiques. Ce bonheur lisse de classe moyenne blanche américaine va être bouleversé par l’arrivée d’une famille noire. Sans même les connaître, les habitants vont tout faire pour les voir partir. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le film ne se focalise pas sur ce fait, soit dit en passant tiré d’une histoire véritable, mais sur la maison juste derrière, celle de la famille Lodge. Les évènements racistes ne seront montrés que par intermittence et (trop) peu détaillés. Ils serviront surtout le scénario pour montrer à quel point des personnes peuvent être aveuglées par la haine gratuite et ne pas voir les véritables horreurs de leur quartier.

La famille Lodge est donc au cœur de l’intrigue. Le spectateur va vite découvrir la face cachée de certains de ses membres et surtout du père de famille incarné par Matt Damon. Cet homme est présenté comme un être terrifiant mais aussi pitoyable. Tous les faits se déroulent par ailleurs sous le regard du jeune fils ce qui donne un angle de vue particulier à certaines scènes.

Suburbicon est un thriller assez classique qui embarquent les spectateurs dans la face cachée des banlieues tranquilles.

SYNOPSIS

Suburbicon est une paisible petite ville résidentielle aux maisons abordables et aux pelouses impeccablement entretenues, l’endroit parfait pour une vie de famille. Durant l’été 1959, tous les résidents semblent vivre leur rêve américain dans cette parcelle de paradis. Pourtant, sous cette apparente tranquillité, entre les murs de ces pavillons, se cache une réalité tout autre faite de mensonge, de trahison, de duperie et de violence... Bienvenue à Suburbicon.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1h46min
- Titre original : Suburbicon
- Date de sortie : 06/12/2017
- Réalisateur : George Clooney
- Scénariste : George Clooney, Joel et Ethan Coen, Grant Heslov
- Interprètes :  Matt Damon, Julianne Moore, Oscar Isaac, Noah Jupe
- Musique : Alexandre Desplat
- Photographie : Robert Elswit
- Montage : Stephen Mirrione
- Costumes : Jenny Eagan
- Décors : James D. Bissell
- Producteur : George Clooney, Grant Heslov , Teddy Schwarzman pour Black Bear Pictures, Silver Pictures, Smokehouse 
- Distributeur : Metropolitan Film Export

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Bienvenue à Suburbicon



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Moi, Tonya : La critique
La forme de l’eau - The Shape of Water : La critique
Mary et la fleur de la sorcière : La critique
Contes sur moi ! : La critique
4 histoires fantastiques : La critique
Marvel : Un avenir au féminin pour les films Marvel ?
Star Trek Discovery : Retour en photos sur le final
Black Panther : Une réussite sans précédent au Box Office
Roswell : Avec Jeanine Mason, le reboot tient enfin sa tête (...)
Irresponsable : Review de la Saison 2
Lego Ninjago, le film [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
Power Rangers : La critique du tome 1
Capital Lux : Le test du jeu de cartes
Bandes Annonces & Co : 20 février 2018
Transformers : Hasbro et Paramount revoient leur position sur (...)