193 connectés

Kingsman - Le cercle d’or : La critique

Date : 08 / 10 / 2017 à 10h30
Sources :

Unification


Kingsman : le cercle d’or est un très bon et original film d’action qui est la suite de Kingsman : services secrets sorti en 2015 et peut se voir comme un long métrage indépendant.

On y retrouve les personnages du premier opus qui se retrouvent confrontés à une organisation secrète, le cercle d’or, dont la patronne souhaite devenir l’une des femmes les plus influentes du monde. C’est par la drogue, sur laquelle elle a le contrôle, qu’elle espère arriver à ses fins.

Dépassé par les attaques meurtrières de cette mégalomane, Kingsman s’associe à l’agence Statesman, leurs homologues américains pour détruire cette menace mondiale.

Évidemment, les séquences invraisemblables et l’humour du long métrage ne sont plus une nouveauté, mais la suite regorge de scènes incroyables et vraiment spectaculaires.

Les acteurs sont tous très bons et on retrouve avec plaisir Taron Egerton en agent Galahad devant sauver le monde tout en gérant sa vie sentimentale compliquée. Et Mark Strong en Merlin, l’homme de l’ombre qui s’occupe des missions. Parmi les nouveaux arrivants, on peut noter les prestations spectaculaires de Pedro Pascal, Channing Tatum et Halle Berry en employés de Statesman tout aussi efficaces que leurs alter egos anglais.

Mais c’est vraiment l’excellente Julianne Moore qui retient l’attention et apporte sa dose de folie au long métrage. Cette dernière est formidable en femme riche, déjantée et sans pitié se conduisant en parfaite maîtresse de maison dans son antre secrète.

Les décors de Darren Gilford et costumes d’Arianne Phillips sont franchement superbes. Les différents lieux sont vraiment bien mis en valeur par la très belle photographie de George Richmond. Il faut d’ailleurs donner une mention spéciale au repaire de la méchante qui est à la fois drôle et impressionnant. Les effets spéciaux sont eux waussi grandioses et les robots létaux sont superbement réalisés.

Matthew Vaughn maîtrise très bien son film et offre régulièrement au spectateur des passages dantesques qui en mettent plein les yeux. Les cascades sont d’ailleurs des chefs d’œuvre d’inventivité et de réalisation qui laissent parfois étourdi devant tant de voltiges et de combats étonnants.

La musique d’Henry Jackman et Matthew Margeson est omniprésente, bien agréable à écouter et rythme sans arrêt les moments d’anthologie du récit qui sont pléthores.

Kingsman : le cercle d’or est un film amusant et agréable, s’éloignant du socialement correct et empilant les corps de minions éliminés de façon jubilatoire. Avec une réalisation menée tambour battant, des acteurs impeccables, des cascades superbes et de l’humour noir, cette suite est réussie et fait passer un plaisant moment de détente.

Fougueux et déjanté.

IA

Kingsman : Le cercle d’or n’échappe pas de mon point de vue à "la malédiction du numéro 2". L’art de la suite est terriblement compliqué. Et forcément attendu après le carton du numéro 1, enthousiasmant et plein d’audace, le numéro 2 souffre inévitablement la comparaison.

Le réalisateur ne s’en cache pas, "il restait beaucoup de matériel à exploiter, acquis lors du premier tournage", propice au flash-back... (ce qui pourrait aussi être le cas pour un troisième) dont il n’abuse ici pourtant pas.
S’étant attaché à trouver un nouveau "vilain", en l’occurrence ici une nouvelle méchante, à la hauteur du précédent, il n’a pas eu en tête "de faire mieux" dit-il, mais de "simplement trouver la bonne histoire".
Et si on n’a pas envie de comparer Julian Moore à Samuel Jackson, on ne peut s’empêcher de voir une certaine répétition dans l’action. C’est en fait la limite de ce genre de film. Qui reste bon néanmoins, en dépit d’un sentiment de déjà-vu pas si désagréable.

Et à l’instar d’Indiana Jones qui avait peiné à satisfaire les prières des fans d’archéologie et d’aventures dans le Temple Maudit, le Cercle d’Or de ce Kingsman numéro 2 ne me semble pas aussi vertueux que le premier opus. Et les amateurs d’espionnage devront s’en contenter.

La magie de la surprise a fait long feu. D’autant plus que, fort désirée, cette suite a suscité une énorme curiosité et a été traquée sur les réseaux sociaux. Plus beaucoup de scoops, du coup en arrivant dans la salle... Eventées la présence d’Elton John, et la réapparition de Galaad (1), n’ont plus tout à fait l’impact que l’espérait le réalisateur qui se désespère de ne plus pouvoir surprendre son public en ces circonstances. Mais c’est le cinéma d’aujourd’hui. Il faut faire avec. Ce qui ne gâche pas pour autant le plaisir.

Car en fait, on sait bien pourquoi on est là ! Pour l’action, brutale, "cartoonesque", patinée d’humour noir, qui rend le héros invincible, alors que tout le monde meurt autour de manière incroyable. La surenchère de violence et d’invention en matière de façon de trucider est hallucinante.
Le "trop", l’incohérence, qui finalement rassure... "tout ça n’est que du cinéma", effectivement. Alors on peut se délecter à voir les protagonistes s’entre décimer sans le moindre frisson d’horreur, le sourire aux lèvres et la conscience légère.

Du coup, on s’amuse du pire comme Vaughn, nourrit au lait des dessins animés délirants comme Tom et Jerry dont il a fait "en quelque sorte ses modèles"... et c’est bien l’important à ses yeux : "La seule règle, c’est de s’amuser à faire le film en espérant que le public s’amusera autant à le regarder" assure-t-il. En avouant s’être particulièrement plu à mettre en scène le chanteur, "adorable sur le plateau et dans la vie". Même si au-delà du plaisir, la maîtrise d’un tel "barnum" est très compliquée et que le danger a effectivement régné sur le tournage. Un grand nombre de cascades étant réelles. Les effets spéciaux ne pouvant pas tout régler.

C’est en cela un très bon film d’action. Réussi, visible indépendamment du premier, comme on se régale de n’importe quel épisode de Chapeau Melon et Bottes de cuir, pour le charme des personnages, bien dessinés, hauts en couleur et complètement décalés, qui auront peut-être bien inspiré les auteurs des comics, et laissé une trace esthétique indéniable aux long-métrages.

Un excellent spectacle pour les aficionados.

DB

SYNOPSIS

KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux Etats-Unis.

Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 21
- Titre original : Kingsman : The Golden Circle
- Date de sortie : 11/10/2017
- Réalisateur : Matthew Vaughn
- Scénariste : Jane Goldman, Matthew Vaughn d’après l’œuvre de Mark Millar, Dave Gibbons
- Interprètes : Taron Egerton, Colin Firth, Mark Strong, Julianne Moore, Halle Berry, Channing Tatum, Pedro Pascal, Jeff Bridges
- Photographie : George Richmond
- Montage : Eddie Hamilton
- Musique : Henry Jackman, Matthew Margeson
- Costumes : Arianne Phillips
- Décors : Darren Gilford
- Producteur : Adam Bohling, David Reid, Matthew Vaughn pour Twentieth Century Fox Film Corporation, Marv Films, Shangri-La Entertainment, TSG Entertainment
- Distributeur : Twentieth Century Fox France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Kingsman Le cercle d’or



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Zombillénium : La critique
Le Monde secret des Émojis : La critique
Le vent dans les roseaux : La critique
Laissez bronzer les cadavres : La critique
Lego Ninjago, le film : La critique

Bandes Annonces & Co : 17 octobre 2017
Black Panther : Marvel Studios dévoile une seconde bande-annonce
Star Trek Discovery : La saison bouclée et le nom du reste des (...)
Inhumans : Review 1.04 Make Way for... Medusa
Marvel / Fox : Les tournages de Deadpool 2 et X-Men Dark Phoenix (...)
Zombillénium : La critique
The X-Files : Robert Patrick de retour pour jouer Doggett (...)
The Talisman : Josh Boone pour adapter Stephen King
Mes vies de chien [DVD] : La critique
On s’est fait doubler : Le court-métrage réunissant les (...)