232 connectés

Evil Empire : La critique du tome 2

Date : 04 / 08 / 2017 à 08h00
Sources :

Unification France


La Désunion fait la force
Evil Empire - Tome 2

  • Scénario : Max Bemis
  • Dessin : Ransom Getty
  • Editeur : Glénat
  • Collection : Comics
  • Genres : Thriller/Policier, Politique/Actu
  • Date de sortie : 6 juillet 2016
  • Nombre de pages : 128
  • ISBN : 978-2-344-01599-5
  • Format : 185 x 283 mm
  • Prix : 14.95 €

Lire un extrait

Aujourd’hui, la campagne électorale américaine.
Demain, un empire du mal en proie au chaos.

L’opinion publique américaine est sens dessus dessous. Des suites d’un simple événement, le pays se retrouve déchiré dans un débat sur le sens du bien et du mal, et Reese Greenwood ne compte pas se taire face à ce peuple qui soutient les idées d’un homme fou. Mais jusqu’à quel point les gens sont-ils capables de prendre position pour ce qu’ils croient ?

À travers les yeux d’une rappeuse underground en proie à un saut de conscience, Max Bemis explore les dérives de la politique pour nous conter l’évolution d’une société sombrant peu à peu dans un empire du mal. Une fable politique qui se révèle pour le moins crédible lorsqu’on voit qu’une personnalité controversée comme Donald Trump a pu monopoliser le débat aux États-Unis...

Décryptage
Ace est un tueur en série psychopathe et psychologue qui ne comprend plus ce monde actuel qui se permet d’être plus violent que lui. Ce monde, c’est celui d’un enchainement malheureux qui a mis au pouvoir un psychopathe que va tenter de combattre Reese Greenwood avec les moyens à sa disposition. Le chaos organisé s’installe et se repend comme une trainée de poudre.

C’est de manière très originale et forcément très amusante que débute ce tome 2 puisqu’il montre ce tueur en série bien cruel mais surtout très classique, de la vieille école qui semble dépassé par les événements actuels où le péquin moyen américain se permet d’être encore plus violent que lui, alors que lui est un tueur en série. C’est une remise en question totale, le monde à l’envers... Plus personne ne respecte plus rien, même pas un bon vieux tueur en série. Après ce petit aparté, le récit reprend plus classiquement avec les protagonistes du premier tome et montre les dérives engendrées par le chaos ambient et une pseudo résistance qui s’organise autour de Reese Greenwood qui refuse de laisse sombrer son pays. C’est une chronique d’une violence banalisée par les médias et mise sur le compte ici de Laramy le candidat à la présidence des Etats-Unis du tome 1 qui tue sa femme. Le récit dystopique, bien heureusement mais finalement pas si lointain de ce que l’on pourrait vivre, nous montre des américains (mais pas que) dénués de toute moralité qui plongent tête la première, comme s’ils étaient prêts, dans le chaos.

Alors oui c’est bien américain, bien (anti)patriotique et il faut avouer que le récit à tendance à nous perdre en cours de route et le dessin qui ne facilité pas la reconnaissance des personnage n’est pas forcément non plus d’une très grande aide. Mais il est parfait pour dépeindre ce chaos qui tombe comme une chape de plomb sur l’Amérique. C’est véritablement dommage puisqu’à l’instar d’un American Nightmare, l’auteur tenait là une idée intéressante de ce pays qui sombre dans le chaos organisé finalement. Un chaos que ses organisateurs veulent global, pour ébranler le monde. Alors le message pour passer doit être très violent, remuer, secouer et c’est effectivement le cas. Celui qui se posait comme le sauveur devient pêcheur et souhaite pouvoir l’afficher au grand jour. Ici pas de bons dans le futur, tout se déroule dans le présent qui montre le genèse de cet Empire du mal et de la (pseudo) résistance qui tente de se mettre en place.

Peut-on y voir ici une alerte sur les dérives de la politique encore plus d’actualité maintenant avec l’élection de Donald Trump au poste de maitre du monde ? Doit-on faire attention aux choix que nous faisons concernant les gens qui nous dirigent ? Ou plus largement de la société ? Pas forcément uniquement aux USA, peut-être une mise en garde de la montée de extrémistes en Europe ? Surement avec ce George Washington de la couverture de ce tome plus parlante, grimé d’une moustache à la Hitler. Dans tous les cas, le chaos règne en maitre, le reste du monde commence à être touché par cette folie et la toute dernière image montre bien que le changement c’est maintenant, que les règles et les limites entre le bien et le mal sont de plus en plus mouvantes.

Reste donc à voir si ce débat ouvert sur le bien et le mal, les références à l’actualité et à Star Wars (l’Empire, Palpatine...) suffisent pour en faire une bonne BD, l’avenir et le tome 3 nous le diront. La provocation ne suffit pas, la violence ne suffit plus, il faut aussi maintenant apporter des solutions à une violence avec une résistance qui commence à s’organiser. C’est très frustrant parce que ce tome est moyen par rapport au premier, l’effet de surprise passé en fait, on attend peut être un autre message fort et pas uniquement de la violence exacerbée même si elle est nécessaire au message. La force de la BD, c’est ce message alarmant parce que la conclusion on la connait déjà. Mais une chose est sûre, le message ne peut pas laisser indifférent.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Nailbiter : La critique du tome 2
Five Ghosts : La critique du tome 1
Elfes : La critique du tome 15
James Bond : La critique du tome 1
Secret Identities : La critique

Solo - A Star Wars Story : Et oui... C’est bien le (...)
Bandes Annonces & Co : 18 octobre 2017
Star Trek Discovery : Review 1.05 Choose Your Pain
Gambit : Un nouveau héro pour la St Valentin
Stranger Things : La bande annonce finale de la saison (...)
Lore : Review des premiers épisodes
Trailers voDvd & co : 17 octobre 2017
[Exposition] Cité des sciences : Effets Spéciaux - Crevez (...)
Dead Again in Tombstone : Le Pacte du Diable [DVD / Blu-Ray] : La (...)
[Spectacle] The Pianist : La critique