141 connectés

Baby Driver : La critique

Date : 16 / 07 / 2017 à 14h00
Sources :

Unification


Je vais sans doute me mettre de nombreux lecteurs à dos en révélant cela, mais je n’ai jamais été particulièrement fan d’Edgar Wright. Je suis perméable à l’humour de sa fameuse Cornetto trilogy et le seul film qui m’aura satisfait aura été Scott Pilgrim à cause de sa capacité à se réapproprier les codes du jeu vidéo dans un film live, et qui fut pourtant l’un des bides les plus retentissants de ces dernières années au box-office.

De réappropriation, il en est ici encore question dans Baby Driver, et ce sont les codes des films de braquage que s’est réapproprié Wright avec un brio hors du commun. Dès les premières minutes de film, l’impression d’assister à un spectacle inédit m’a pris et ne m’a plus lâché jusqu’au générique de fin. Ceci vient de l’idée majeure du film qui est de faire de la musique un élément clef de la narration, puisque celle-ci provient des oreillettes du personnage principal, Baby, qui les porte en permanence à ses oreilles (pour des raisons que l’on finit bien entendu par apprendre). Comme ce dernier n’aura de cesse de choisir le meilleur morceau possible pour accompagner chacune des situations auxquelles il est confronté, il en résulte de formidables scènes sublimées par des musiques d’artistes connus (Beck, Queen, The Commodores) ou plus obscurs (Jonathan Richman, Incredible Bongo Band...) et qui m’auront fait prendre mon pied comme jamais.

Pour tout vous avouer, la dernière fois que j’ai trouvé que des scènes d’action avaient été accompagnées par une aussi bonne bande-son, c’était pour Kill Bill Volume 1, considéré à juste titre comme l’un des plus grands films de tous les temps. Et c’est peut-être là que le film divisera. Porté par des émotions simples et une caractérisation des personnages parfois caricaturale, certains se sentiront sans doute épuisés par le déluge d’action furieux, violent et tapageur.

L’intrigue comporte pourtant de nombreux rebondissements, et le suspens et souvent à son comble, grâce à des acteurs au sommet de leur art. D’Ansel Gregort (Divergente, Nos étoiles contraires), parfait dans le rôle mutique et geek de Baby, à Kevin Spacey, comme toujours impeccable, tous participent beaucoup au plaisir qu’on a à regarder le film. Mention spéciale à Jamie Foxx, dans un rôle de truand un brin paranoïaque, et qui interprète ici l’un des meilleurs rôles de sa prolifique carrière.

Enfin, il est important de dire à quel point la mise en scène d’Edgar Wright est maîtrisée à tous les niveaux, que ce soit lors des incroyables scènes de poursuites automobiles ou des dialogues souvent très drôles. Sans compter les mille et une trouvailles visuelles dont regorge le film et qui sont un véritable ravissement pour les yeux.

Vous l’aurez compris, Baby Driver est un très grand film. Sans doute l’un des meilleurs qui m’a été donné de voir ces dix dernières années. Une bouffée d’air dans l’univers de plus en plus formaté et aseptisé des films d’action. Cette expérience cinématographique intense ravira les spectateurs, des cinéphiles les plus pointus qui y verront moult références, au grand public venu prendre sa dose d’adrénaline sur grand écran. Avec ce film Wright est parvenu à faire un film-somme qui reprend toutes ses obsessions, mais sublimée d’une manière rendant son style plus abordable pour tout un chacun. J’ai maintenant hâte de découvrir ce qu’il nous réserve pour la suite de sa carrière.

Il est clair que le personnage de Baby va laisser une trace indélébile dans mon cœur de cinéphile et je pense qu’avec le temps il va très vite rejoindre les personnages cultes qui jalonnent l’histoire du cinéma. Alors pour reprendre un des adages du film, "ne soyez pas lent" et dépêchez-vous de (re)voir Baby Driver !


SYNOPSIS

Chauffeur pour des braqueurs de banque, Baby a un truc pour être le meilleur dans sa partie : il roule au rythme de sa propre playlist. Lorsqu’il rencontre la fille de ses rêves, Baby cherche à mettre fin à ses activités criminelles pour revenir dans le droit chemin. Mais il est forcé de travailler pour un grand patron du crime et le braquage tourne mal… Désormais, sa liberté, son avenir avec la fille qu’il aime et sa vie sont en jeu.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1h53
- Date de sortie : 19/07/2017
- Réalisateur : Edgar Wright
- Scénariste : Edgar Wright
- Acteurs : Ansel Elgort, Kevin Spacey, Lily James, Jon Bernthal, Eiza Gonzales, Jon Hamm, Jamie Foxx, Flea
- Photographie : Bill Pope
- Montage : Paul Machliss
- Musique : Steven Price
- Décors : Marcus Rowland
- Costumes : Courtney Hoffman
- Producteur : Working Title Films, Big Talk Productions, Columbia Tristar, Medai Rights Capital
- Distributeur : Sony Pictures Releasing France

LIENS

- ALLOCINÉ
- IDMB

PORTFOLIO

Baby Driver



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Gauguin - Voyage de Tahiti : La critique
Laetitia : La critique
American Assassin : La critique
Ça : La critique
Mon garçon : La critique

Ça : Un Director’s Cut plus long de 15 minutes
Westworld : Le bain de sang dérangeant de la saison 2
Dunkerque : Le film de Christopher Nolan cartonne toujours au box (...)
Gauguin - Voyage de Tahiti : La critique
Scream : Keke Palmer pour mener la saison 3
Nightflyers : Syfy passe commande d’une série adapté de (...)
Madame : La première bande annonce
Jérusalem : L’expérience chamanique d’Alan (...)
Tomb Raider : Enfin la première bande annonce
Bandes Annonces & Co : 20 septembre 2017