325 connectés

S’accrocher aux étoiles : La critique

Date : 21 / 08 / 2017 à 08h00
Sources :

Unification France


Katie Khan

S’accrocher aux
étoiles

  • Éditeur : Super 8 Editions
  • Traduit de l’anglais par Marie Hermet
  • Nombre de pages : 464
  • Prix de vente : 20 €
  • Date de sortie : 11 mai 2017
  • Format : 14 x 20 CM
  • N°ISBN : 978-2-37056-069-8

Dérivant dans l’espace, Carys et Max n’ont plus que 90 minutes disponibles d’oxygène – 90 minutes durant lesquelles il vont essayer de sauver leur vie.
Accrochés l’un à l’autre, les deux amoureux regardent la planète bleue, se souviennent de leur rencontre, et évoquent le monde qu’ils laissent derrière eux. Un monde censément idéal, duquel l’amour véritable est banni.

Décryptage
Quoi de plus horrible que de se retrouver dérivant dans l’espace avec seulement 90 minutes d’oxygène restant et l’impossibilité de retourner au vaisseau. C’est exactement le scénario catastrophe qui est en train de se dérouler pour Carys et Max, amis et jeunes amoureux malgré la loi. Accrochés l’un à l’autre ils sont perdus dans l’espace, tentent tout ce qu’ils peuvent, même l’impossible pour se sauver, dérivent et se souviennent de leur vie sur Terre, en attendant l’inévitable.

L’époque où vivent Carys et Max est régie par une règle très stricte sur le couple. Dans ce monde idéal utopique, "Chacun doit rester célibataire et ne pas céder à la tentation de s’installer avant d’avoir atteint 35 ans, de façon à donner ses meilleures années à Europia, pour le bien commun." Europia est un conglomérat de pays (Union Européenne plus Russie et Australie) perdant leurs noms propres pour "se débarrasser de toute identité nationale marquée." Ainsi, "Tous les 3 ans, chaque citoyen d’Europia doit changer de pays, de manière à vivre au sein d’une communauté mixte, multiculturelle et chaque fois différente." Bienvenu dans le monde parfait d’un futur post apocalyptique, faisant suite à une guerre ayant ravagé le Moyen Orient et les Etats-Unis.

Tendu, stressant et forcément étouffant avec le temps qui s’égraine tel un compte à rebours final tandis que les deux héros cherchent une solution à cette situation inextricable. L’auteur profite de ces derniers moments pour nous plonger dans des flashbacks de la vie d’avant des 2 protagonistes, de leur rencontre et de tout ce qui les a mené jusqu’à l’accident, mais aussi de ce monde post apocalyptique en reconstruction depuis 3 générations. Assez complexe au démarrage, le background de cette histoire devient finalement intéressant, pas uniquement pour ce côté uchronie futuriste mais par la manière dont il est pensé et présenté. Il est tellement riche qu’il en est complexe au départ et donc pas forcément intéressant mais c’est quand toutes les pièces se mettent en place que se dessine ce puzzle, qui une fois agencé, sublime l’histoire. C’est en cours de lecture qu’on apprend à l’apprivoiser et qu’il se développe, et qu’on en apprend plus sur ce qui a mené là les 2 jeunes gens.

Le roman est découpé en plusieures parties et si les 2 premières parlent des 90 dernières minutes de la vie des héros et de leur vie d’avant, la troisième, plus dure, se déroule après ces minutes fatidiques et présente avec beaucoup de tendresse, la vie d’après, le deuil, la reconstruction avec un rebondissement, une note d’espoir finale pour le survivant. Puis arrive ensuite la partie 4 totalement inattendue, elle renverse, très originalement, la situation. Elle donne une nouvelle perspective à l’histoire... Et si... Puis comme un coup de poing final, la cinquième partie propose une troisième fin à l’histoire, plus tragique, faisant echo aux 2 premières, plus belle, plus dans l’esprit Shakespearien.

L’écriture est très fluide, les personnages sont très attachants, énervants de se tourner autour sans se trouver, de s’aimer à la folie pour terminer aussi dramatiquement mais au final ce roman est un coup de coeur parce qu’il raconte une belle histoire, fascinante, émouvante, haletante, stressante et angoissante de deux être qui s’aiment malgré les lois et malgré les coups du sort.

Alors oui, S’accrocher aux étoiles est une histoire d’amour sur fond de science-fiction, mais qui parle aussi de choix et de tolérance ainsi que d’un avenir bien sombre. Une belle trouvaille, une belle histoire, bien évidemment un coup de coeur très original et un monde quasi dystopique, où en tout cas l’utopie guide tout de même vos actes et vos vies, qui mériterait d’être développé. Mais occupant un poste à responsabilité au sein de Paramount Pictures UK, Katie Khan devrait pouvoir donner vie sur grand écran à son oeuvre.

"Ne lâche jamais ma main."



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Drifter : La critique du tome 3
Elfes : La critique du tome 17
L’Appel de Cthulhu illustré : La critique
Elfes : La critique du tome 16
Hadrian’s Wall : La critique du tome 1

Star Wars - Les derniers Jedi : Héros ou vilains ? C’est la (...)
The Orville : Review 1.10 Firestorm
Watchmen : Lindelof explique pourquoi il veut en faire une série (...)
Ant-Man & The Wasp : Fin de tournage pour les fourmis
L’expérience interdite - Flatliners : L’interview de (...)
Thelma : La critique
Le musée des merveilles : Les résultats du concours
L’œil du cyclone : La critique
Bandes Annonces & Co : 21 novembre 2017
Solo - A Star Wars Story : Chris Miller et Phil Lord parlent pour (...)