428 connectés

Cessez le feu : La critique

Date : 17 / 04 / 2017 à 12h00
Sources :

Unification


Cessez le feu est un film sur l’après-guerre. Celle de 14/18.
Sur les Années Folles, une période bien particulière. Où l’on voulait surtout oublier l’horreur.

Mais comment oublier quand on est une "gueule cassée", ou pire, quand les traces à peine visibles de vos blessures, sont plus intérieures qu’externes ?

C’est le cas du protagoniste, magistralement interprété par un Romain Duris, totalement investi.
Un personnage torturé, mais vivant, qui cherche une nouvelle voie pour exister.

C’est un très beau film... bouleversant... très profond. Très bien fait sur le plan technique. Très bien interprété. Admirablement documenté. Décors et costumes font une reconstitution fidèle et donnent au spectateur l’impression de voyager dans le temps.

Nombre d’entre nous ont entendu des récits des deux guerres, qu’ont connues, toutes les deux, nos grands parents. Enfants ils ont perdu un père, un frère, un mari dans les tranchées, et ont vécu la terreur lors de la "Grande Guerre".
Et adultes, à peine remis du traumatisme, ils ont affronté les affres de la Seconde. Livrant par la suite, à la génération d’Emmanuel Courcol, à laquelle j’appartiens, le souvenir d’une époque à la fois fascinante et cruelle.

L’auteur nous rapporte ainsi, en quelque sorte, le récit de sa propre histoire familiale, à peine romancée.Tant l’Histoire nous démontre combien furent extraordinaires (dans le sens le moins agréable) les instants vécus par nos aïeux.

J’ai pour ma part, retrouvé les sensations de mon enfance, les évocations de mes grands-mères et grand-père encore vivant. Et ferai partie de ce public touché au fond de son coeur, par ces images dont on n’aura toujours eu que des bribes, de photos, de dessins, de cartes postales, et de lettres empruntes de nostalgie.

Pour les autres, c’est une magnifique occasion de découvrir un pan de l’Histoire, assez peu traité au cinéma, comme le souligne le réalisateur, et surtout un point de vue, rarement abordé : celui du survivant.

Superbe leçon d’Histoire et d’Humanité.

Un beau moment de cinéma, même si le sujet est évidemment triste et angoissant.

A voir et à méditer.


SYNOPSIS


1923. Georges, héros de 14 fuyant son passé, mène depuis quatre ans une vie nomade et aventureuse en Afrique lorsqu’il décide de rentrer en France. Il y retrouve sa mère et son frère Marcel, invalide de guerre muré dans le silence.
Peinant à retrouver une place dans cet Après-guerre où la vie a continué sans lui, il fait la rencontre d’Hélène, professeure de langue des signes avec qui il noue une relation tourmentée...

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE


- Durée du film : 1h 43
- Titre original : Cessez le feu
- Date de sortie : 19 avril 2017
- Réalisateur, Scénariste : Emmanuel Courcol
- Interprètes : Romain Duris, Céline Sallette, Grégory Gadebois , Julie-Marie Parmentier
- Photographie : Tom Stern
- Montage : Guerric Catala
- Musique : Jérôme Lemonnier
- Costumes : Édith Vesperini, Stephan Rollot
- Décors : Mathieu Menut
- Producteur : Christophe Mazodier
- Distributeur : Le Pacte

LIENS


- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Cessez le feu



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


L’Emmerdeur : La critique
Walk With Me : La critique
Transfiguration : La critique
Un vent de liberté : La critique
Baby Driver : La critique

SDCC 2017 - Dirk Gently’s Holistic Detective Agency : Une (...)
Hier, aujourd’hui et demain [DVD] : La critique
Mission Pays Basque : Les résultats du concours
Ki-oon : Les sorties de juillet 2017
Valérian, histoire d’une création : La review
Bandes Annonces & Co : 25 juillet 2017
SDCC 2017 - Star Trek Discovery : Faire partie de l’héritage
SDCC 2017 - Blade Runner 2049 : L’inquiétante ambiguïté
SDCC 2017 - Ready Player One : Steven Spielberg et le Géant de (...)
SDCC 2017 - Battlestar Galactica : La réunion que les fans (...)