405 connectés

Dark Museum : La critique d’American Gothic

Date : 21 / 03 / 2017 à 08h20
Sources :

Unification France


American Gothic
Dark Museum, tome 1

  • Scénario : ALCANTE, GIHEF
  • Dessin : Stéphane PERGER
  • Editeur : Éditions Delcourt
  • Collection : MACHINATION
  • Série : DARK MUSEUM
  • Date de sortie : 15 février 2017
  • Nombre de pages : 56
  • ISBN : 978-2-7560-6208-2
  • Format : 240 x 320 mm
  • Prix : 14.95 €

Pour entrer au Dark Museum, une toile doit provoquer chez son observateur une impression morbide que seule une origine mystérieuse semble pouvoir expliquer. L’austère American Gothic de Wood y tient une place de choix…

1930, Iowa. Les effets de la crise sont terribles dans cette partie de l’Amérique. Avec la misère, l’égoïsme prévaut. L’installation d’un cirque en pleine sécheresse finit d’échauffer les esprits. Alors que Lazarus Henkel désespère de pouvoir nourrir sa famille, un accident de voiture se produit près de sa ferme. L’odeur du corps du conducteur en train de brûler lui inspire une macabre solution…

Décryptage
C’est le début de la Grande Dépression, depuis le Krach boursier de Wall Street en 1929, le pays est plongé dans la plus grande crise économique du XXème siècle. Les campagnes ne sont pas épargnées et sont elles-aussi très durement touchées. En 1930, lors de la foire agricole d’Eldon dans l’Iowa, Lazarus et sa fille Epiphany ont vendu leur tracteur pour payer les soins de Caleb, l’enfant cadet de la famille, qui se meurt à petit feu. La tension est palpable en ville et l’installation d’un crique autorisé par le maire, va mettre le feu aux poudres. Lazarus de son côté sera bien obligé de faire des choix pour subvenir aux besoins de sa famille lorsque s’en présentera l’opportunité.

Découvrez la vérité fantasmée de ce qui se cache derrière la toile. C’est l’idée aussi morbide que géniale, que nous soumettent Alacante et Gihef. L’objectif est de prendre une peinture célèbre et d’imaginer une histoire horrifique autour de cette peinture. Il s’agit là de lui offrir une histoire inventée de toute pièce, tout en respectant une époque, des lieux et une vérité historique, ici terrible, qui entoure cette oeuvre. C’est un véritable plongeon imaginaire dans l’oeuvre.

Les temps sont durs, les gens le deviennent par obligation. Ils sont prêts à tout pour survivre même au pire pour épargner sa famille. Ce sont les tréfonds de l’âme qui sont étudiés ici, ce qui est le pire chez l’homme lorsqu’il est poussé dans ses ultimes retranchements. Jusqu’où aller pour survivre et assurer la survie de nos proches ? Véritablement très noire mais pas dénuée d’humour, très glauque, la BD montre avec grande justesse toute l’horreur et la dureté de cette époque.

C’est un pur récit horrifique qui est proposé avec pour protagonistes principaux des survivants d’une époque cruelle, sublimement mis en image par Stéphane Perger qui nous plonge petit à petit dans l’horreur et qui donne littéralement vie aux personnages du tableau avec un grand réalisme et d’étonnants choix de couleurs. L’histoire est maitrisée de bout en bout, elle respecte les codes du genre et nous plonge dans l’épouvante avec ce malaise palpable qui prouve bien que la réussite est au rendez-vous.

Une collection très étonnante dotée d’un concept très fort qui débute plutôt bien. Du coup, on a hâte de voir si la suite sera aussi bonne... ou pas, mais la barre est déjà très très haute.

Le tableau (Source wikipedia) American Gothic est un tableau de Grant Wood faisant partie de la collection de l’Institut d’art de Chicago. Wood a été inspiré par un chalet conçu dans le style néogothique (American gothic house) avec une fenêtre supérieure caractéristique et il a décidé de le peindre avec "le genre de personnes qu’il imaginait devoir vivre dans cette maison."
Le tableau montre un paysan debout à côté de sa fille célibataire. Les modèles étaient le dentiste et la sœur de Wood. La femme est vêtue d’un tablier imprimé colonial imitant le style traditionnel américain du XIXe siècle et le couple est dans les rôles traditionnels des hommes et des femmes, la fourche représentant le dur labeur et les fleurs au-dessus de l’épaule droite de la femme suggérant la vie domestique. C’est une des images les plus connues de l’art américain du XXe siècle, et elle est souvent parodiée dans la culture populaire américaine.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Drifter : La critique du tome 3
Elfes : La critique du tome 17
L’Appel de Cthulhu illustré : La critique
Elfes : La critique du tome 16
Hadrian’s Wall : La critique du tome 1

Solo - A Star Wars Story : Chris Miller et Phil Lord parlent pour (...)
Agents OF S.H.I.E.L.D. : L’affiche de la saison (...)
Black Lightning : La date de diffusion dévoilée
Marvin ou la belle éducation : La critique
True Detective : Carmen Ejogo face à Mahershala Ali pour la (...)
La Educación del Rey : La critique
Tales From The Loop : Le Jeu de Rôle aura sa version (...)
Bambi : Huginn & Muninn célèbre les 75 ans du personnage
Bandes Annonces & Co : 20 novembre 2017
Mazinger Z Infinity : La critique