206 connectés

Deadpool : La critique

Date : 09 / 02 / 2016 à 15h20
Sources :

Unification


Deadpool n’était pour l’instant qu’une promesse entretenue par une campagne marketing exemplaire. Et la première réussite du film, c’est d’avoir fait monter l’attente sans écœurer le moins du monde le public. Pas d’extraits à gogo qui dévoilent par avance le film, pas de faux making of sans intérêt, pas d’affiches fades. Juste de la créativité folle et des petites doses de bonne humeur et de mauvais goût.

Et la catastrophe aurait été d’obtenir au bout un film qui nous serve le contraire, l’antithèse de l’espérance de tout un public. Je vous rassure tout de suite, le film délivre toutes ses promesses. Deapool est bien le long métrage irrévérencieux, sexy, cradingue, sanglant, tranchant, gonflé et furieusement drôle qu’on attendait avec tant d’impatience.

Il y a des films où on ressent le conflit et la difficulté du tournage, d’autres qui transpirent le bonheur de l’équipe qui l’a fabriqué. Deadpool fait assurément partie du second lot. Projet porté à bout de bras par Ryan Reynolds, c’est flagrant de voir à quel point il prend son pied et nous avec lui. C’est un festival d’autodérision, tout y passe et y trépasse, de l’échec de Green Lantern à sa carrière de beau gosse, Reynolds tranche dans le gras et nous fait hurler de rire en même temps.

Bien que cela soit un film d’origine, la mise en scène et le scénario échappent à la linéarité qui bien souvent alourdie l’exercice. Grâce à des flashbacks superbement bien amenés, le film est très agréable à regarder. Seul petit bémol à mon enthousiasme, c’est la présence de scènes très bavardes qui auraient gagnées à être quelque peu raccourcies.

Le reste du casting est un sans-faute. Colossus et sa sidekick sont bien plus présents que je l’escomptais et c’est tant mieux. Le côté bon samaritain au cœur pur du géant russe est le contrepoint drolatique du j’menfoutisme destroy de Deadpool. L’association entre Reynolds et la très sexy Morena Baccarin fonctionne très bien. Vive la journée de la Femme (vous comprendrez en allant voir le film…). Je vous laisse découvrir sans spoiler toute la galerie de personnages qui bonifie le film. Mention spéciale au caméo de Stan Lee, certainement sa prestation la plus bandante. Pépé Lee a un sourire éclatant et quand vous verrez la scène, il y a de quoi !

Comme d’habitude, restez jusqu’à la fin du générique pour la scène supplémentaire bien dans l’humour décalé du film. Et il n’est pas dit que vous n’aurez pas une double dose, car la rumeur raconte que tout n’a pas été montré aux journalistes lors des projections presse.

Deadpool est une occasion en or pour démontrer qu’il y a un public nombreux pour des films de super héros moins sages. La balle est donc dans votre camp pour transformer l’essai.


SYNOPSIS

Deadpool, est l’anti-héros le plus atypique de l’univers Marvel. A l’origine, il s’appelle Wade Wilson : un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire. Après avoir subi une expérimentation hors norme qui va accélérer ses pouvoirs de guérison, il va devenir Deadpool. Armé de ses nouvelles capacités et d’un humour noir survolté, Deadpool va traquer l’homme qui a bien failli anéantir sa vie.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 49
- Titre original : Deadpool
- Date de sortie : 10/02/2016
- Réalisateur : Tim Miller
- Scénariste : Rhett Reese et Paul Wernick
- Interprètes : Ryan Reynolds, Morena Baccarin, Ed Skrein, Gina Carano, Brianna Hildebrand, T.J. Miller, Andre Tricoteux et Jed Rees
- Photographie : Ken Seng
- Montage : Julian Clarke
- Musique : Junkie XL
- Costumes : Angus Strathie
- Décors : Shannon Gottlieb
- Producteur : Simon Kinberg, Ryan Reynolds et Lauren Shuler Donner pour Twentieth Century Fox Film Corporation, TSG Entertainment et Marvel Enterprises
- Distributeur : Twentieth Century Fox France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Deadpool



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Bamse au pays des voleurs : La critique
The Predator : La critique
The House That Jack Built : La critique
First Man : La critique
10 minutes : La critique
Star Wars 9 : Encore plus de place à l’improvisation
Avengers 4 : Une description de bande-annonce trop belle pour (...)
Iron Fist : La réaction de Finn Jones à l’annulation de la (...)
Men in Black 2 : Tessa Thompson et Chris Hemsworth dans le (...)
Watchmen : La première image teaser de la série HBO de Damon (...)
Les Animaux Fantastiques - Les Crimes de Grindelwald : Nouvelle (...)
Futur immédiat, Los Angeles 1991 [DVD / Blu-Ray] : La (...)
Runaways : Première affiche pour la saison 2
Bamse au pays des voleurs : La critique
Pavillon Noir 2 : L’énorme gamme de JdR enfin en (...)