447 connectés

Il était une fois les séries TV : La Vengeance aux deux visages

Date : 27 / 09 / 2015 à 08h45
Sources :

Unification France


Il y a très exactement 32 années, la richissime Stephanie Harper épousait le séduisant Greg Marsden, mais pas pour le meilleur. Retour sur ce soap opera australien.

HISTOIRE


La riche Stéphanie Harper tombe follement amoureuse du play-boy Greg Marsden, joueur de tennis professionnel. Le mariage est vite conclu malgré l’hostilité de son clan. Très vite, la jeune épouse est délaissée par son mari qui lui préfère les affaires et sa meilleure amie, Jilly. Le cauchemar de Stéphanie commence...

COMMENTAIRES


[ndlr : cette news ne s’intéresse qu’à la mini-série de 1983, la série de 1986 fera l’objet d’une news en février prochain]

Nous faisons la connaissance de Stephanie Harper (Rebecca Gilling) le jour où elle convole en troisième noce avec Greg Marsden (James Reyne), un joueur de tennis triple vainqueur de Wimbledon. Âgé de 40 ans, elle gère depuis la mort de son père, seize ans auparavant, l’empire qu’il avait créé. De ses deux précédents mariages, elle a deux enfants : Sarah (Nicole Pyner) et Dennis (Jayson Duncan).
Ce mariage n’est pas du goût de tous, notamment de Bill McMaster (Peter Gwynne), son fondé de pouvoirs, soucieux de protéger les intérêts de la jeune femme.
Ce mariage est également l’occasion de faire la connaissance de Jilly Stewart (Wendy Hugues), l’amie d’enfance de Stephanie. Elle est mariée depuis 17 ans à Philip Stewart (John Lee).

Chose étrangissime, Greg et Jilly se rencontrent à l’issue de la cérémonie et semblent immédiatement attirés l’un par l’autre. Alors qu’ils doivent partir à Eden, la propriété familiale des Harper, Greg l’invite à les rejoindre en fin de séjour. A son arrivée, il est évident que les deux sont amants, une situation dont est témoin Christopher (Charles Lathalu Yunipingu), jeune aborigène employé de Stephanie.

Prétextant une balade en barque pour admirer le coucher de soleil, Greg pousse à l’eau son épouse sous les yeux effarés de sa meilleure amie, alors que nage tout près le plus gros alligator des marais. Stephanie disparaît dans une mare de sang. Pendant des mois, alors que ce meurtre a profondément marquée Jilly (tombée dans la bouteille), Greg joue les veufs éplorés. Mais en coulisses il enrage car sans corps, il ne peut hériter de sa défunte femme. Qui plus est, Bill monte les actionnaires contre lui, le privant de toute responsabilité dans le groupe Harper Mining.

Dans le marais, un vieil ermite sauve Stephanie d’une ultime attaque d’alligator et la ramène chez lui. Après l’avoir remise sur pieds, il lui confie sa plus belle possession (une opale) pour qu’elle puisse intégrer la clinique du Docteur Dan Marshall, un chirurgien esthétique qui opère dans le Queensland. Après six mois de souffrance, elle arrive à Sydney (sous le nom de Tara Welles) et demande à Joanna Randall (Olivia Hamnett) de la mettre en couverture de Vogue sous six mois. Un an après son ’accident’ c’est grâce à cela qu’elle fait la connaissance de Greg Marsden qui va tout faire pour la séduire. Tara demande à Greg de l’emmener à Eden où elle lui cède enfin.

Mais une personne n’est pas dupe : Kathy Basklain (Patricia Kennedy), la régisseuse d’Eden. Elle reconnaît Stephanie surtout quand Tara monte King, un magnifique étalon noir que seule l’héritière Harper pouvait dompter. Si mentir lui pèse clairement, Stephanie préférera droguer la vieille dame le soir de sa ’révélation’ plutôt que de l’impliquer dans son plan.

Stephanie/Tara n’a qu’un but, détruire Greg et Jilly (qu’elle a d’ailleurs fait venir à Eden). Grimée en Stephanie, elle expose sa véritable identité. Si Jilly est atterrée, Greg fera tout pour la tuer une nouvelle fois avant de connaître une fin (accidentelle) effroyable.
Stephanie retrouve ses enfants et Dan, qui a découvert sa véritable identité.

La Vengeance aux deux visages regroupe tous les codes du genre soap opera : unité de lieu, de personnes, mélodrame, arrivisme, sexe, trahison, sans oublier les cliffhangers à la fin des deux premiers épisodes.

Son succès est sans nul doute du à l’interprétation de Rebecca Gilling qui doit sa notoriété internationale à la mini-série.

La semaine prochaine, nous fêterons les trente ans de Superminds !

FICHE TECHNIQUE


Titre : Return to Eden
Pays : Australie
Date : 27 septembre 1983
Épisodes : 3 téléfilms de 90 minutes
Avec : Rebecca Gilling, James Smilie, James Reyne, Wendy Hughes.
De : Michael Laurence

TRIVIA

  • Brian May a écrit la musique de la mini-série. Il est sans doute plus connu pour avoir œuvré sur Mad Max et Mad Max 2.
  • Rebecca Gilling, membre d’une communauté Amish quand elle a connu le succès, a éprouvé beaucoup de difficultés à gérer sa soudaine notoriété.
  • Wendy Hughes est décédée en avril 2014 des suites d’un cancer.
  • Un remake non officiel a vu le jour à Bollywood en 1988 (Khoon Bhari Maang).
  • Le budget de la mini-série est évalué à 3 millions de dollars australiens.
  • Le tournage a duré 12 semaines à Sydney (Orpheus Island) et en Terre d’Arnhem.
  • Dean Semler, le responsable de la photographie, recevra un Oscar pour son travail sur Danse avec les loups (1990).
GENERIQUE




Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Il était une fois les séries TV : La Vengeance aux deux (...)
Il était une fois les séries TV : Madame est servie
Il était une fois les séries TV : Cosmos 1999
Il était une fois les séries TV : Matt Houston
Il était une fois les séries TV : Rick Hunter, inspecteur (...)
Swamp Thing : La série était prévue pour 3 saisons
Jinn : Review de la saison 1
Murder Mystery : La review du film Netflix
Stranger Things / The Dark Crystal : Netflix montre ses (...)
Dirty God : La critique
Oblivion Song : Robert Kirkman adapté au cinéma (SPOILERS)
Little Fire Everywhere : La série avec Reese Witherspoon et Kerry (...)
Breaking Bad : La critique du jeu de plateau
Cinéma - Bandes Annonces : 17 juin 2019
Tolkien : La critique