88 connectés

Mentalist saison 7 : L’interview d’un trio ravi

Date : 03 / 12 / 2014 à 11h14
Sources :

SpoilerTV


Alors que Le Mentalist joue son dernier acte, et que la saison finale de la série a débuté sur CBS dimanche 30 novembre, Spoiler TV publie une sympathique interview de trois des membres de l’équipe et non des moindres.
Bruno Heller, créateur de la série, Simon Baker et Robin Tunney les deux principaux protagonistes, nous annoncent une saison plus légère, plus heureuse, et un très attendu focus, à peine suggéré, sur les relations entre Jane et Lisbon.
Et quand ces trois-là sont ensemble, ça n’est pas triste !

Dans une interview qui recèle juste assez de spoilers pour vous mettre l’eau à la bouche, le trio s’amuse à faire durer le suspense et s’épanche sur la joie d’avoir travaillé ensemble durant sept ans.

Alors, que raconte cette saison 7 ?
Heller : Essentiellement cette saison parle de ce qui arrive lorsque la vie va dans le sens que vous aviez espéré. Ce qui arrive lorsque vous avez un final heureux - qu’arrive-t-il après ça ? Jane et Lisbon ont vécu cette épopée durant 6 ans, cherchant à capturer John le Rouge, et maintenant, ils l’ont fait. Comment mener sa vie après cela ? Comment recréer un mode de vie différent ? Et se basant sur la fin de la saison 6 comment créer une relation différente de celle née dans le genre de traumatismes qu’ont été les leurs ? Cette saison porte beaucoup sur la reconstruction de leur relation qui était basée sur cette mission, sur un désir partagé. Cette mission est maintenant achevée et il leur faut découvrir : S’ils ont de l’amour l’un pour l’autre, comment vivre ensemble ? Et que vont-ils faire de leurs vies ?

Tunney : Il y a aussi un aspect du personnage joué par Simon qui rend authentique la façon dont ils l’ont exploré. Jusqu’à ce qu’il capture John le Rouge, il avait une raison d’être ici (de travailler pour les forces de l’ordre). Il ne luttait pas contre le crime parce qu’il était né pour ça ou qu’il aimait le faire. Il ne voulait pas travailler pour la police. C’était pour relever un défi personnel. Et maintenant il est là et je pense qu’il se demande pourquoi il est là. Et je pense que c’ est vraiment intéressant d’explorer ça, c’est honnête vis à vis du personnage.

Heller : C’est aussi l’histoire d’une femme moderne qui a un emploi qu’elle aime, pour lequel elle possède un grand talent. Et maintenant elle est confrontée à la possibilité d’une vie différente. Comment lâcher votre carrière si c’est ainsi que vous aviez choisi de vivre ? Ou comment associer amour et travail dans un job aussi intense que le sien ? C’est difficile.

Tunney : Parce que c’est ce qui vous définit. C’est une si grande part de votre vie. Je pense que Lisbon a l’impression que c’est ce qui la définit en tant qu’être humain - ce qu’elle fait et pas qui elle est.

Quelle sorte de romance verrons nous entre Jane et Lisbon ? Verrons-nous des démonstrations publiques d’affection ?
Bruno Heller et Robin Tunney s’accordent pour affirmer qu’on n’est « ni dans Qui a peur de Virginia Woolf, ni dans 50 nuances de gris »…
« Ce n’est pas leur façon d’être. Ils sont tous deux réservés, indépendants, protecteurs. Aussi s’agit-il d’une histoire d’amour. Mais ce n’est pas une histoire d’amour conventionnelle. C’est une histoire d’amour qui correspond à leur relation passée, c’est ce qu’il y a d’intéressant dans cette histoire. »
Une relation qui est passée de frère /sœur, à quelque chose de plus intense avec le temps, commente Bruno Heller qui admet la difficulté de traiter le sujet avec deux personnages aussi complexes au niveau sentiments. Un petit côté à l’eau de rose qui fait de l’effet au public.
« Cela ressemble beaucoup aux romances de Jane Austen. Les bonnes. Celles qui sont consommées religieusement sont celles qui adviennent entre deux personnes qui ont tout connu l’une de l’autre pendant plusieurs années, et vous pouvez voir qu’elles sont faites l’une pour l’autre. Pas d’une manière folle ou ardente. Juste d’une façon humaine, douce, respectueuse. »
Et Robin d’insister sur la difficulté d’explorer cette intimité qui s’est créée au fil du temps, entre deux être solitaires.

Quel effet cela fait de jouer cette romance après toutes ces années ?
Baker : Je pense que c’est relativement organique et naturel et plutôt facile. Nous n’explorons pas l’aspect évident d’avoir une liaison sur le lieu de travail, mais plutôt les pièges et les hésitations qui surgissent quand vous connaissez si bien quelqu’un et que vous décidez d’avoir une liaison avec lui. Je pense qu’il y a une sorte de tendresse à jouer cela. Et je pense, parce que j’ai passé 7 ans à plonger les miens dans les charmants yeux verts de Robin Tunney, que nous sommes assez à l’aise ensemble pour jouer cette forme d’intimité.

Et les deux comédiens évoquent avec espièglerie le "fameux baiser" du final de la saison 6, auquel l’épouse de Simon, Rebecca Rigg a assisté par moniteur interposé. Beaucoup d’émotion !

Tunney : C’est amusant la manière dont les choses tournent. Je me rappelle la saison 1, lors d’une conférence de presse, Bruno, Simon et moi avions juré haut et fort qu’il n’y avait aucune chance qu’il arrive un truc romantique entre ces deux-là. Et je pense que nous disions la vérité !

Baker : Je l’affirme encore !

Et Bruno Heller d’expliquer que la rencontre entre les comédiens et celle des personnages se sont admirablement bien conciliées. D’étrangers l’un pour l’autre, ils sont devenus amis sincères. Leurs relations ont évolué au même rythme et une amitié authentique et une profonde compréhension les unit aujourd’hui, à la ville comme à l’écran. C’est ce qui fait la force du couple Jane-Lisbon, aujourd’hui. Et c’est ce qui rend crédible ce qui n’était pas envisageable au début.
Les trois larrons plaisantent sur la dite relation si les deux acteurs s’étaient détestés… coup dur pour le couple de détectives ! Et détruisent la belle argumentation de leur créateur à coup d’allusions scabreuses.
Tous se félicitent de pouvoir jouer des personnages plus légers, plus heureux, cette saison. Un soulagement pour Robin, qui avait hâte de pouvoir se montrer « plus lumineuse, plus naturelle ».

Mais la saison 7 ne sera pas uniquement centrée sur les amours de Patrick et Teresa, il y en aura aussi pour les autres !
On parle déjà d’un triangle amoureux, favorisé par l’arrivée de la belle Michelle Vega (Josie Loren). Il semble évident que la « bleue » va faire chavirer le cœur de Cho, et pas seulement ! La concurrence fait rage au sein du FBI, où un certain Wylie va aussi prendre de l’importance.
Une saison 7, condensée certes, mais riche de révélations, qui va permettre d’en apprendre plus sur les personnages, leur intimité, tout en respectant le code de la série. Ce qui veut dire promet Heller, que nous continuerons à assister à des enquêtes pleines de rebondissements et aux fameux « numéros de Jane »…
Une saison toute en douceur, plus « aérienne », débarrassée du poids de John le Rouge. A l’horizon plus vaste :

Heller : Une des choses que nous avons essayé de faire est de respecter l’aspect des épisodes du Mentalist "classique", des énigmes de la vieille école, Jane étant toujours aussi malin qu’il l’était, mais aussi d’étendre un peu le décor. Nous sommes à Beyrouth pour le 3ème épisode. Nous parcourons toute l’ Amérique le restant de la saison.
Il y a aussi le nouveau personnage, Michelle Vega, une bleue du FBI . Elle ajoute une touche différente de charme à la série.
Tunney : La relation de Cho avec Vega est vraiment intéressante par ce qu’il est une sorte de mentor pour elle. Il y a beaucoup à dire sur cela car je pense que, généralement, lorsque vous mettez en scène un homme et une femme qui sont proches, et travaillent ensemble cela conduit à pousser leur relation et avec eux deux l’histoire est subtile car il l’a prise sous son aile et durant la saison il y a une grande intrigue à leur sujet.... Josie Loren est fantastique dans le rôle , elle est vraiment super.
Wylie aussi, il a plus à faire durant cette saison. On développe beaucoup le personnage d’Abott. Il est vraiment mis à nu. Il sera impliqué dans un grand scandale. C’est vraiment une grosse histoire et nous allons apprendre qui il est, et en apprendre sur sa vie, et aussi sa vie de famille...

Heller pense qu’il y a encore un défi à relever… « nous n’introduisons pas toute une bande de nouveaux personnages ni une grande intrigue élaborée car cela traite plutôt de la vie et du mode de vie de nos héros… il ne s’agit pas de rajouter de l’histoire juste pour un supplément d’histoire. »

Quels souhaits pour les personnages dans cette saison finale ?
Baker : Une sex tape, à poil !

Tunney : Mais uniquement pour la fête de fin de tournage, pour que l’équipe puisse mater.

Baker : Alors, pas de sex tape, à poil.

Tunney, plus sérieusement : J’ai la sensation d’avoir eu ce que je voulais, que mon souhait s’est réalisé. Que nous avons bien une dernière saison, définitive, qui permet de relier toutes les choses entre elles. C’est assez inhabituel et nous avons pu conclure en beauté. Cela a vraiment été un long chemin. Et les fans sont vraiment attachés à ces personnages. Je me sens chanceuse d’avoir vécu cela. Je suis simplement heureuse d’avoir un véritable dénouement. Tout le monde sera satisfait, les personnages et vous-même, que la fin de l’histoire soit vraiment solide.

Et pourtant, un doute subsiste, est-ce vraiment la fin ? (NDLR)

Est-il possible que la série puisse revenir sur une autre chaîne après cette saison ?
Bruno Heller en convient : « Ne jamais dire jamais à propos de ce genre de truc. C’est du showbusiness. Cela témoigne du fait que tout ce que ces gens ont accompli, et les personnages qu’ils ont créé ont encore une vie. Ils continuent de vivre, des personnages vivants auxquels le public s’intéresse et qu’il veut continuer de voir. Il y a une volonté de garder ces personnages vivants. Mais on a besoin de souffler. Quoiqu’il arrive, nous devons tous nous arrêter et regarder ce que nous avons fait et respirer un peu. Il n’y a encore eu aucune discussion sur une éventuelle reprise. Mais ne jamais dire jamais. »

Les raisons pour reprendre sont nombreuses à commencer par l’amitié qui lie tous les membres de l’équipe, acteurs, scénaristes, techniciens, tous sont prêts à « remettre ça »… ce sera à voir avec les demandes du public, des chaînes… il y a donc un espoir pour les fans, mais pas dans l’immédiat, c’est certain. Bruno Heller, qui remercie les fans d’avoir soutenu la série durant toutes ces années, espère sincèrement qu’ils apprécieront le travail fait sur cette (pour le moment) ultime saison. Qu’il a voulue comme un au revoir, un coup de chapeau, fait avec amour et respect en pensant à eux.
Un merci qui marche dans les deux sens. Merci à vous monsieur Heller. Et bon vent à tous... où qu’il les mène.

The Mentalist est revenu sur CBS depuis dimanche 30 novembre.


Mentalist est Copyright © Warner Bros. Television et Primrose Hill Productions Tous droits réservés. Mentalist, ses personnages et photos de production sont la propriété de Warner Bros. Television et Primrose Hill Productions.



 Charte des commentaires 


Mentalist : Bruno Heller, Robin Tunney et le final matrimonial et (...)
Mentalist : Patrick Jane à la retraite, Simon Baker offre sa DS à (...)
Mentalist saison 7 : L’interview d’un trio (...)
Mentalist saison 7 : Retour vers le final
EXCLUSIF - Mentalist : Thierry Ragueneau, la voix de Simon Baker, (...)
Aquaman : La bande annonce finale
Flash : Ezra Miller continue à confirmer le film
Westworld : L’ouest s’en relèvera
Les voyageurs du temps : Une date pour la saison 3
Supergirl : On sait qui jouera Lex Luthor
Bios & Project Blue Book : Retour à la science-fiction pour (...)
Les filles du soleil : La critique
Mortal Engines : Le 2 premiers tomes en grand format
Bärenpark : La critique du jeu de parc à ours
Bandes Annonces & Co : 20 novembre 2018