340 connectés

The Amazing Spider-Man : Le bonheur de travailler avec certains acteurs

Date : 08 / 05 / 2012 à 20h15
Sources :

Source : Silas Lesnick via Coming Soon



Il y a un plan dans la bande-annonce où Spider-Man se balance et où son pied sort de l’écran et on dirait qu’il vient beaucoup plus près que la plupart des films en 3D. Comment avez-vous accompli cela ?

Webb : C’est une question de convergence. Encore une fois, le film que j’ai conçu est en 3D et la séquence d’où cela vient est plus tardive dans le film. Vous savez, James Cameron a été incroyablement généreux avec moi dès le début. Il aime voir des choses se jouer avec de la profondeur. Il veut que vous voyiez la profondeur. Comme si [l’écran] est une fenêtre et tout ce que vous voyez est là derrière. C’est ce qui est amusant à ce sujet. Les jungles d’ "Avatar" sont vraiment un excellent exemple de cela. J’ai bien aimé pousser la 3D un peu plus loin. Je me souviens, quand j’étais enfant, avoir regardé "La Créature du lac noir" avec toutes ces choses qui viennent sur vous, ou "La Maison de Cire". Il y avait quelque chose d’amusant à ce sujet et de voir le public avec des enfants tendre la main pour quelque chose. Il y avait des moments que je voulais exploiter comme ça. C’était un de ces moments. Cette scène a notamment beaucoup, beaucoup de couches. Nous l’avons généré autour d’une figure. Ensuite, nous avons convergé le niveau de l’écran derrière le personnage - derrière Spider-Man - de sorte que ses jambes sortaient. Ensuite, nous avons fait un peu plus la mise au point sur lui pour que vous puissiez sentir un sentiment tangible de lui et réduire le flou de mouvement. Cela fait plus tactile. Alors dans ce plan, en particulier, si vous remarquez, quand un sujet enfreint le bord de l’écran, il corrompt l’illusion. Vous remarquerez que ce n’est pas vraiment réel. Nous l’avons donc conçu de sorte qu’il existerait dans les barrières de l’écran et cela ne contrecarre pas l’écran. Cela aide avec cette notion qu’il peut sortir vers vous. C’est une autre de ces couches.


Dans les comics, la mort de l’Oncle Ben est vraiment le catalyseur de la transformation de Peter en Spider-Man. De la bande-annonce il semble que la recherche de la vérité sur ses parents est le catalyseur.

Webb : Le premier domino dans l’histoire sont les parents. Il va à la recherche de son père et se retrouve. C’est mon slogan. Mais l’Oncle Ben, bien sûr, et sa mort... ainsi, vous devez voir le film ! Mais, il y a trois éléments sur lesquels Marvel était très protecteur et je pense que des parties sont très importantes dans l’histoire d’origine de Spider-Man. La mort de l’Oncle Ben le transforme et a un impact énorme sur lui. C’est un élément extrêmement important de la mythologie. Je n’aurais jamais renversé cela. C’est tout ce que je vais dire à ce sujet.


Pouvez-vous parler du casting de Martin Sheen dans le rôle ?

Webb : [Grand sourire] C’était tellement cool. C’était génial. C’était un rêve. Entre les prises, il racontait des histoires au sujet de Terrence Malick, d’Apocalypse Now et sur Fellini. Il a été spectaculaire. Ce fut vraiment l’un des moments les plus agréables de faire ce film, d’apprendre à travailler avec Sally Field et Martin Sheen et Denis Leary. C’était tellement cool ! Ils sont de tels pros que, à nouveau, avec Martin Sheen, vous pensez au Président Bartlett. Il a ce sens de l’autorité bienveillante et il y a autre chose qui est important en termes de dynamique. Je voulais explorer la relation de Peter avec ses parents absents. Ben et May avisés, des gens en cols bleus, mais ils ne sont pas scientifiques. Peter a cette capacité scientifique incroyable qui crée un peu d’écart entre lui et Ben et May. Je pensais que c’était une chose vraiment intéressante à explorer. Ce que Martin a réussi à faire était d’incarner ce type en col bleu. Il y avait quelque fissure, une rupture entre les deux qui se développait. Même s’il y avait un grand amour pour lui, il savait qu’il n’était pas le père. Il n’était pas Richard Parker. Cette fissure dans le monde de Peter, ce morceau manquait dans sa vie, était une chose amusante à commencer.


Vous avez parlé de la partie romanesque un plus tôt. Avez-vous ressenti une quelconque pression pour livrer un de ces iconiques baisers de Spider-Man ?

Webb : Il est difficile de rivaliser avec celui du premier Spider-Man. Donc, ce n’était pas mon objectif principal. Je voulais faire un film où il s’agit de la chimie et c’est la chose sur laquelle vous vous reposez. Ces choses peuvent arriver, mais je ne voulais pas utiliser ce langage. Je voulais créer un langage bien à moi.

Il y a eu une rumeur en ligne qui a suggéré le film pourrait être un peu plus maigre que les précédents films de Spider-Man. Est-ce qu’un Final Cut a déjà été livré ?

Webb : Oui, il dure environ deux heures. Il y a quelque chose sur un site internet qui dit une heure et trente minutes, ou quelque chose comme ça. Non ! [rires] De temps en temps, c’est vraiment très intéressant car vous entendez les gens parler d’informations qui sortent et parfois des choses sortent et vous dites ‘De quoi parlez vous ?!’. C’est une de ces choses car je n’ai aucune idée d’où cela vient.


En dehors de l’histoire principale, quelle part d’une vision globale obtenons-nous de l’univers de Spider-Man ?

Webb : Nous avons passé beaucoup de temps avec les scénaristes, à créer une histoire et un monde qui pourrait développer plusieurs histoires si cela devient une série. Nous avons pris des choses de différentes versions. Nous avons pris des choses d’Ultimate. Nous avons pris des choses des vieux Amazing Spider-Man, puis nous avons inventé d’autres choses pour rendre le tout intéressant. Comme, Gwen Stacy, par exemple, j’ai plus regardé vers The Amazing Spider-Man car j’aime plus la texture de son personnage que dans Ultimate. J’ai pensé que c’était plus approprié pour Peter.

Avez-vous été impliqué dans l’écriture de scénarios pour le deuxième film ?

Webb : J’ai été si profondément immergé dans celui-ci que je n’ai encore vraiment touché à rien. Il y a des discussions, ou quoi que ce soit, mais ce n’est que des discussions. Une grande partie a à voir avec les plannings. J’ai littéralement passé dix-huit heures par jour à l’édition du film, donc je ne peux pas vous donner de scoop intéressant. Je voudrais bien !


Avez-vous de quelconques réflexions sur la discussion à la CinemaCon sur le tournage en quarante-huit images par seconde ?

Webb : Je n’ai pas eu la chance de voir cela, mais j’ai une confiance absolue en Peter Jackson. Je pense que c’est un cinéaste incroyable et je sens qu’il est vraiment important de soutenir ces expériences. Il est vraiment important d’essayer des choses choses et différentes et je veux vraiment honorer l’expérience théâtrale et la rendre meilleure. Nous devons être patients et voir ce qui se passe. C’est une chose très, très difficile de faire des films, en particulier dans un environnement où tout le monde maintenant veut avoir une opinion sur quelque chose qu’il est difficile à n’importe quel niveau d’avoir la volonté ou le soutien ou la curiosité des choses. Je serais curieux de le voir. Je ne l’ai pas vu et donc je ne peux pas vraiment commenter. Tout pour aider à faire de grands films intéressants et amusant à regarder. Je suis tout à fait pour essayer de nouvelles choses.


Spider-Man est Copyright © Columbia Pictures et Marvel Studios Tous droits réservés. Spider-Man, ses personnages et photos de production sont la propriété de Columbia Pictures et Marvel Studios.



 Charte des commentaires 


The Amazing Spider-Man 3 - Sinister Six : Méga-chamboulement dans (...)
The Amazing Spider-Man 3 : Le départ de Roberto Orci, signe de la (...)
The Amazing Spider-Man - Le destin d’un héros : Les designs (...)
The Amazing Spider-Man 3 : Le film repoussé à 2017 ?
The Amazing Spider-Man - Le destin d’un héros : La réaction (...)

Jamais content le geek chômeur !
Le Trône de fer - Game of thrones : Sansa Stark ou l’aube (...)
SDCC 2014 - Grimm : La saison du grand chamboulement
SDCC 2014 - Ascension : Les USA revisitent leur histoire (...)
The Mummy : Alex Kurtzman à la réalisation
Avengers - Age of Ultron : Une affiche officielle artwork
Arrow : L’heureux élu qui incarnera Wildcat est...
12 Monkeys : Emily Hampshire & Tom Noonan pour des rôles (...)
Sleepy Hollow : Le mal s’installe
Tigre et Dragon 2 : Un acteur de Glee dans le film de Woo-Ping (...)